Des Pumas de Saint-Jérôme jusqu'au rang collégial !

Des Pumas de Saint-Jérôme jusqu'au rang collégial !

FOOTBALL. Du haut de ses 6’02 » et ses quelque 240 livres, le Jérômien Simon Laurin fera le saut cette année au football collégial.

Après avoir joué quatre ans pour les Pumas de Saint-Jérôme et trois saisons pour les Wildcats de Laurentides-Lanaudière, le footballeur de 16 ans commencera un nouveau chapitre de sa jeune carrière avec les Élans du Cégep FX Garneau à Québec, une équipe de la division 1.

Simon aurait très bien pu aller jouer ailleurs. En effet, un joueur de ligne offensive de sa taille est une denrée rare dans la ligue et plusieurs collèges, tels que le Cégep de Saint-Jérôme, auraient aimé le recruter. Toutefois, la recrue a décidé de s’éloigner des siens.

« Je pense que pour m’améliorer et être plus performant, je devais m’isoler un peu pour éviter toute distraction, comme mes amis, mes parents et mon travail.», a-t-il raconté pendant un entretien téléphonique.

Sa visite au Cégep FX Garneau l’a convaincu de poser ses bagages à Québec.

« Je voulais vivre l’expérience football et avoir un sentiment d’appartenance à une équipe, à un collège. Le gym est vraiment beau, le terrain est sur le bord de la colline, la vue est superbe. Je trouve que l’endroit ressemble à un campus américain », souligne-t-il.

L’importance des études

Élèves en secondaire 5 à l’Académie Lafontaine, Simon a également choisi ce cégep pour la qualité du programme d’études. L’automne prochain, il sera inscrit en sciences humaines, profil administration, dans le but de poursuivre ses études à l’université.

Lors de sa participation au camp Bruno Heppell récemment, le sportif a saisi encore plus l’importance des études.

« Nous avons eu plusieurs conférences et la plupart des joueurs nous rappelaient comment c’était important d’avoir un plan B parce qu’une carrière au football ne dure pas longtemps».

Dans son cas, son sport lui a permis d’être mieux structuré dans ses études.

« J’ai appris à avoir une meilleure méthode de travail. Lorsque tu as trois pratiques par semaine à Sainte-Thérèse que tu habites à Saint-Jérôme, il faut que tu sois organisé dans tes études. Dès que tu as du temps, tu sors tes livres et tu étudies», raconte Simon Laurin.

Le Jérômien sait qu’il devra avoir de bonnes notes au Cégep, sans quoi il risque de sauter son tour sur le terrain.

Donner au suivant

L’été dernier, Simon a été instructeur des joueurs de ligne offensive chez les Pumas dans la catégorie pee-wee.

Il a ainsi voulu redonner ce qu’il a reçu au cours de ses quatre belles années dans l’organisation pour laquelle il avait un grand sentiment d’appartenance lorsqu’il jouait.

« Chaque année, j’ai vraiment eu de bons coachs, j’étais bien encadré. Quand j’ai eu l’opportunité de coacher, je l’ai fait avec plaisir »

«Je me voyais un peu dans ces jeunes à cet âge-là. Ça m’a fait penser au temps où j’étais content de jouer avec mes chums. Ça m’a rappelé de bons souvenirs», souligne celui qui voudrait s’impliquer à nouveau à titre d’entraîneur vers la fin de sa carrière.

Pour le moment, l’athlète travaille fort en gymnaste en vue de se tailler un poste de partant avec les Élans de Garneau qui ont terminé au 7e et avant-dernier rang de la division 1 la saison dernière.

« Je suis de calibre pour la division 1 et je pense être partant cette année», dit-il, confiant.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de