(Photo : Courtoisie)
|

Actrice: faire l’école à la maison pour vivre sa passion

Par France Poirier

Sandrine Carneiro a 15 ans. Elle habite les Laurentides et depuis 5 ans elle participe à des tournages. Cette année, alors qu’elle commençait son 4e secondaire, elle a décidé de faire l’école à la maison avec sa mère pour continuer de faire des tournages.

« Je suis inscrite au Théâtre Royal de Saint-Jérôme depuis l’âge de 9 ans et je fais partie de l’Agence Marie-Ève Lafond depuis l’âge de 10 ans. J’ai fait plusieurs figurations et des publicités, dont McDonald qui a tourné beaucoup pendant la pandémie parce qu’on parlait de livraison et Jean-Coutu. J’ai aussi fait des premiers rôles dans des séries jeunesse comme Les cavaliers et Le pacte », explique la jeune actrice passionnée.

Les études et les tournages

La série Les cavaliers se tourne l’été et Le pacte en automne, de septembre jusqu’en décembre.  « L’an passé, elle a essayé de tout coordonner, mais ça été très intense », souligne son agente Marie-Ève Lafond. « C’est impossible pour moi de choisir entre l’école et les tournages. Je tiens à terminer mon secondaire et faire des études et je tiens à tout prix à faire des tournages. Je me vois faire carrière, j’aime apprendre et progresser dans ce domaine, j’adore ça. Mais l’école est aussi pour moi une priorité. Ma famille m’encourage. Je fais donc l’école à la maison avec ma mère et un tuteur en sciences et en mathématiques », raconte l’adolescente. « Comme plan B, je veux étudier en cinéma, en réalisation, ou un autre domaine bien différent, en marketing. Sinon j’ai toujours voulu être agente de bord pour voyager. »

L’an passé, elle a réalisé à la période des Fêtes qu’elle n’avait été présente à l’école que la moitié du temps depuis le début de l’année. « J’avais manqué les ¾ de la matière. Je ne comprenais rien quand les profs parlaient. Puis, j’ai rattrapé le tout et c’est là que j’ai décidé de faire l’école à la maison. Quand je n’ai pas de tournage, je peux avancer et me concentrer sur mes études. Ce qui est plus difficile, c’est que je suis sociable, alors faire l’école seule c’est plus difficile, mais je reste active socialement. Je reste en contact mes amis. Je suis en secondaire 4 et c’est une grosse année. Dans mes temps libres, je prends toujours de l’avance parce que je ne sais pas ce qui peut se présenter. »

L’ambiance des plateaux de tournage

Quinze jours de tournage représentent un mois et demi de travail à temps plein durant la rentrée scolaire, en plus des textes à apprendre. « Je me souviens sur Le pacte, j’avais un débat oratoire, des dizaines de pages à apprendre. Je dois me lever tôt pour les plateaux, mais j’adore cette atmosphère, rencontrer l’équipe, échanger avec la gang du CCM (costume, coiffure, maquillage), avec qui on a une proximité tous les jours », raconte Sandrine.

Est-ce difficile de faire des auditions et de ne pas être choisie ? « J’ai du plaisir à faire ça. J’adore être devant la caméra alors je donne tout ce que j’ai. Je joue devant eux et lorsque je n’aurais plus de plaisir, je ne le ferai plus. Je vois ça comme des rencontres nouvelles et de nouveaux contacts. »

As-tu une anecdote de tournage ? « Dans Les cavaliers, je devais sauter dans un lac qui était plus un étang boueux avec des poissons et ça se passait la nuit. C’était très froid. J’ai dû faire 4 allers-retours. Ils avaient prévu une doublure. Je n’étais plus capable, mais je ne voulais pas laisser la place à la doublure. »

Sandrine rêve d’un premier rôle dramatique. Entre-temps, on peut la suivre dans les séries Les cavaliers et Le pacte.

 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.