|

Jacques Godin et Philippe Prud’homme en récital

Par Lpbw

Le pianiste jérômien Philippe Prud’homme sera de retour le 23 février prochain à la Maison de la culture Claude-Henri-Grignon. Le comédien Jacques Godin sera la voix de ce récital pour narrateur et piano mettant à l’honneur, en deuxième partie, la pièce Enoch Arden composée par Richard Strauss sur un texte poétique de Alfred Lord Tennyson.

« L’œuvre pour narrateur et piano est une forme de musique classique. Le texte est parlé avec de la musique par-dessus, très synchronisé. C’est une œuvre musicale et l’un des instruments est un comédien, » souligne Philippe Prud’homme, 21 ans, jeune pianiste virtuose et compositeur, originaire de Saint-Jérôme.

Une forme perdue

Il nous explique que les récitals pour narrateur de piano étaient courants au 19e siècle en Europe. « Mais avec les années ça s’est perdu et, ici, on n’en entend quasiment pas parler.»

Enoch Arden, op. 38, est un mélodrame pour narrateur et piano composé par Richard Strauss sur un texte d’Alfred Lord Tennyson poète britannique, Strauss a écrit une musique d’accompagnement.

« Nous présentons une traduction française presque inconnue.» « Ce sont des œuvres très accessibles au public, ajoute Philipe. On lance le spectacle à Saint-Jérôme. Ensuite, on a quelques concerts de prévus au Québec. C’est trop rarement joué et ça peut attirer un public plus large puisqu’il s’agit de lecture de grands textes et de musique classique. »

« C’est un honneur pour moi de travailler avec lui »

Philippe Prud’homme aime beaucoup la musique de chambre. Aussi les comédiens québécois, le cinéma et le théâtre. Le récital pour piano et narrateur est parfait pour fusionner les deux mondes et travailler avec des gens de théâtre. Il a alors contacté le comédien Jacques Godin pour son projet. « Jacques Godin a été extrêmement réceptif. Je ne pensais jamais qu’un acteur de ce calibre-là serait intéressé. Il s’est investi complètement et on répète depuis quelques mois. Il a vraiment intégré le texte. Pour lui, c’est un grand rôle. C’est un des meilleurs partenaires que j’ai eu et c’est un honneur pour moi de travailler avec lui! »

Jacques Godin, de son côté, nous confie avoir tout de suite été très intéressé par ce projet. « Lorsque j’ai lu le texte du poème (de Alfred Lord Tennyson), je me suis rendu compte que ça m’intéressait beaucoup. Le texte est très sensible, très beau et très touchant, ça me plait énormément. L’auteur, des années 1800, a écrit énormément de poèmes, il a commencé à huit ans!  Celui-là est très beau, avec des rimes qui ressemblent à de la prose. Une belle histoire vécue, racontée, de 50 minutes.»

Et la rencontre avec Philippe Prud’homme ? «J’ai été énormément surpris. Il est très jeune.  Il a énormément de talent. On se comprend et on s’entend très bien.»

Jacques Godin nous partage également que c’est le début d’une collaboration. Philippe Prud’homme veut développer ce genre de récital, avec des textes écrits et de la musique. « Nous allons continuer à travailler ensemble. Nous verrons la réaction du public lors de ce premier récital, on va voir l’effet que ça fait! Mais déjà, lorsque l’on a tourné pour l’émission les Grands reportages-personnalités (Radio Canada), les gens sur le plateau ont adoré le bout de répétition de ce récital.»  

Interprète et compositeur

Philippe a terminé sa maitrise en interprétation musicale à l’Université de Montréal et souhaite faire son doctorat à l étranger. « Je commence les auditions dans l’espoir d’être accepté dans une université américaine. » Il n’est pas seulement interprète, il compose aussi.

« J’aimerais plus tard devenir un pianiste et un compositeur, le plus proche possible du public, en jouant souvent. Je veux vraiment faire connaitre les œuvres. Pour se divertir, mais aussi pour être touché, découvrir des sentiments. J’ai l’impression de rendre service, de faire quelque chose de bien. C’est un miracle la création artistique humaine. Je veux le partager. J’aime ça partager des œuvres écrites par d’autres, nous confie le jeune pianiste qui se dit très inspiré par la musique russe du 20e siècle, les compositeurs Scriabine, Rachmaninov, Prokofiev et Chostakovitch.

« Quatre génies! Je me sens très proche des œuvres. Elles sont touchantes, la musique chargée, mais facile à comprendre, instinctive. » En ce qui concerne la musique contemporaine : « Le compositeur québécois Michel Longtin me touche beaucoup. Je dois beaucoup à sa musique! »

Soirée de contes musicaux -Jacques Godin, narration, Philippe Prud’homme, piano

Programme : Serge Prokofiev : oeuvres pour piano seul. Francis Poulenc : L’histoire de Babar.

Richard Strauss : Enoch Arden, Op. 38

Samedi 23 février 2013, à 20h Maison de la Culture Claude-Henri-Grignon, à Saint-Jérôme

Entrée : 20$ (régulier) 10$ (étudiant) Réservation : 450-951-5370

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.