(Photo : Félix Renaud)
Guillaume Pineault présente son spectacle au Théâtre Gilles-Vigneault le 16 février.
|

Guillaume Pineault : Un long détour pour faire de l’humour

Par France Poirier

Après avoir complété 11 ans d’université, Guillaume Pineault choisi de réaliser son rêve de devenir humoriste. Alors qu’il terminera dans les prochains mois son premier spectacle Détour, il sera au Théâtre Gilles-Vigneault le jeudi 16 février.

Onze ans d’université et finalement faire de la scène, explique-moi comment s’est arrivé ?

« J’ai toujours aimé l’humour. Jeune, j’étais quand même timide. Je faisais rire les élèves et les profs. » Puis, en secondaire 5, il décide d’animer le gala de fin d’année.

« L’orienteur me disait que ce n’était pas un métier réaliste. Mes parents me disaient de faire ce que je souhaitais, mais en même temps, je sentais qu’ils voulaient que je complète mes études. De là, tout a été fait sur un coup de tête. J’ai fait les sciences santé au cégep parce que mes amis faisaient ça. Puis, j’ai décidé d’aller à l’Université McGill parce qu’encore là, je voulais suivre mes amis. J’ai été refusé en physiothérapie, mais accepté en ergothérapie. Je ne connaissais pas cette science. J’ai complété le programme et obtenu mon diplôme. Ensuite, j’ai décidé de faire un cours d’ostéopathie. Mais je pensais toujours à l’humour », nous raconte Guillaume.

En route vers mon premier gala

Parallèlement à son travail d’ostéopathe, il faisait des spectacles d’humour dans des bars une fois tous les trois ou quatre mois.

« Puis, j’ai participé au concours En route vers mon premier gala en 2011. Je me suis rendu en demi-finale. J’ai développé des amitiés dans le milieu. Puis, en 2015 Phil Roy m’a invité à faire sa première partie et j’ai fait la tournée avec lui durant trois ans et demi », ajoute-t-il. Il confie qu’il avait toujours le rêve de faire de l’humour. « J’aimais traiter les patients et j’aimais la relation thérapeutique. Mais mon désir de faire de l’humour était plus grand. Je rentrais travailler de reculons. »

Il a officiellement lâché l’ergothérapie et l’ostéopathie en 2013. « Ça n’a pas été un coup de tête. J’ai calculé combien j’avais besoin d’argent pour vivre dans une année. Je n’ai pas tout lâché sans avoir mis de l’argent de côté. »

C’est la fin de sa tournée et le spectacle a évolué. Dans ce premier spectacle, il se présente. « Je parle de mes racines, d’où je viens, de ma famille, de mon frère qui est sourd et la communication dans la famille, de ma séparation et comment retrouver le chemin de l’amour. Mon spectacle a évolué depuis que je l’ai écrit (il était prêt en mars 2020). Depuis que je me suis séparé, j’ai changé des choses dans le spectacle. J’ai commencé en humour, j’avais 28 ans. Plus tard que les jeunes humoristes, mais avec un bagage d’expérience de vie », ajoute-t-il.

Il se qualifie de conteur. Par ailleurs, Jean-Marc Parent et Michel Barrette étaient ses idoles.

La tournée sera complétée en juin 2023. « J’ai commencé à écrire le deuxième spectacle et je fais des spectacles secrets pour essayer des extraits. Le rodage débute en juillet. Je ne voulais pas trop d’espace entre les deux. »

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *