Crédit : Noël Bégin
|

FASS : Célébrer le jazz en famille

Par Simon Cordeau

Durant le Festival des arts de Saint-Sauveur (FASS), la compagnie Decidedly Jazz Danceworks, venue de Calgary, présentera le spectacle Family of Jazz, le dimanche 30 juillet à 20 h. « Family of jazz est un concert pour les yeux et les oreilles. Les musiciens jouent et les danseurs dansent. […] C’est un paysage musical riche, qui est très « groovy », très joyeux. C’est vraiment une célébration », explique Kimberley Cooper, directrice artistique de la compagnie et l’une des chorégraphes du spectacle.

Sur scène, six musiciens et la chanteuse Karimah accompagneront les neuf danseurs. « La musique vient vraiment de la famille du jazz. Il y a beaucoup d’influences différentes, comme l’afrobeat, la musique brésilienne, le swing, le blues, etc. » Cette diversité d’influences vient directement du riche bagage culturel de la compagnie. « Le compositeur, Rubim de Toledo, qui est aussi le bassiste, est né au Canada et a des racines brésiliennes. Il a beaucoup étudié la musique latine, brésilienne et cubaine », donne en exemple Mme Cooper.

Le plaisir d’improviser

Crédit : Trudie Lee

L’improvisation est un élément central du jazz, et c’est le cas également pour la danse jazz. « Il y a des éléments d’improvisation éparpillés à travers la soirée. Les solos sont improvisés, à l’intérieur des segments. Et les danseurs y participent. »

Même si les différents segments du spectacle sont chorégraphiés, les danseurs aussi se laisseront aller à l’inspiration du moment, explique Mme Cooper. « En fait, l’improvisation est essentielle. On reconnaît qu’on est des êtres humains différents chaque jour. Ça nous connecte à comment on se sent. »

Cela permet même aux musiciens de communiquer directement avec les danseurs, et vice-versa. « Ils sont très connectés durant toute la pièce. Ils sont tous sur scène et gardent un contact visuel. On sent vraiment qu’ils ont une conversation ensemble. »

Ainsi, chaque spectacle est unique. « Il vit, respire et change à chaque représentation. La forme et le rythme demeurent les mêmes. Mais à travers ça, il y a la liberté d’explorer. »

La joie de célébrer

Family of jazz est formé de deux actes de 40 minutes chacun, avec une douzaine de segments en tout. En plus de Kimberley Cooper, les chorégraphes Brandi Coleman, Melanie George et Lisa Latouche ont participé à la création des différents segments. « Tout ce travail est tellement inspiré par la musique. Je travaille avec de Toledo [le compositeur] depuis plusieurs années, et chaque spectacle a une ambiance, une sensation différente. Et les musiciens sont spectaculaires ! »

Mme Cooper partage aussi son amour pour la chanteuse, Karimah. « Parfois elle chante de vraies paroles, parfois elle fait des vocalises. Elle descend même pour venir danser avec les autres ! »

La chorégraphe tient à rassurer ceux qui auraient des appréhensions face au jazz ou à la danse. « C’est très « groovy » et accessible. Je crois que c’est une excellente introduction pour ceux qui sont curieux. On a présenté le spectacle à Calgary et à Toronto. On voyait les gens se dandiner sur leur siège. C’est très accueillant, une vraie célébration. Ce n’est pas léger, mais c’est plutôt riche et consistant, et très joyeux. »

Tous y trouveront leur compte, selon elle, dans la grande diversité des artistes sur scène. « Chacun des neuf danseurs est très différents. C’est comme écouter un ensemble de jazz : on peut les apprécier individuellement mais aussi comme un tout. Et si vous croyez avoir trouvé votre favori au début du spectacle, ç’aura peut-être changé arrivé à la fin ! »

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *