| Par France Poirier

Saint-Jérôme : Nathalie Lasalle se dit victime d’intimidation

La conseillère municipale de Saint-Jérôme, Nathalie Lasalle, se dit victime d’intimidation alors qu’elle soutient que le directeur général de la Ville, Yvan Pateneaude aurait tenté de l’intimider parce qu’il n’appréciait pas ses interventions à titre de conseillère indépendante.

 

Elle a décidé de mandater une firme d’avocats spécialisés en droit municipal pour étudier ce dossier, jugeant l’intimidation assez sérieuse.

« Ainsi, à la lecture de leur rapport, il s’agirait bel et bien d’intimidation et, selon leurs propres termes, « d’une tentative inadmissible et grossière de me museler ». C’est pourquoi j’ai déposé au Conseil de ville du 20 mai 2020, l’avis juridique qui en découle », a souligné la conseillère dans un communiqué de presse. 

Elle souligne que le DG aurait eu des propos malveillants à son endroit dans une lettre. « Celui-ci prétend que mes paroles vont trop loin, en relatant certaines situations qu’il associe à des manquements à mes obligations déontologiques et civiles », ajoute madame Lasalle.

Admistratif et politique

Pour Nathalie Lasalle, « il faut bien marquer la ligne entre l’administratif et le politique, tout en considérant que nous avons à travailler ensemble dans la bonne entente. Je m’attends à plus de retenue dans les propos et plus d’objectivité dans l’analyse de situations de la part d’un fonctionnaire ».

« Je proclame haut et fort que j’évite d’entretenir cette « loi de l’Omerta » qui s’est installée solidement au sein des deux instances, politique et administrative, au cours des années. Je prône plutôt la libre expression dans le respect et la diligence à l’intérieur des limites de mes fonctions. J’ose espérer qu’un meilleur climat de travail va refaire surface et je suis prête à faire ma part avec Monsieur Patenaude. La balle est dans son camp », a souligné la conseillère.

Les pouvoirs du BIPA

Concernant le BIPA, elle soutient que M. Pateneaude l’accuse de l’avoir traité de menteur. « Mon intention était de rectifier des paroles qu’il a avancées en disant que deux personnes avaient éprouvé un malaise face à ma motion portant sur l’élargissement du mandat du BIPA. Il m’accuse à tort, car en somme, c’était tout simplement d’aller à la recherche de la vérité. En effet, il souligne qu’aucune de ces personnes n’a corroboré ma version des faits lors de ma rencontre, le 20 septembre 2019 avec M. Danny Paterson, Chef de police de la ville de Saint-Jérôme et M. Jacques Duchesneau, Directeur du BIPA et en présence d’un témoin » explique Nathalie Lasalle.

« Ses fonctions versus mes fonctions »

Pour madame Lasalle, le directeur général ne peut lui rappeler sa conduite déontologique,  puisqu’en tant qu’élue municipale, cette tâche revient au maire. « Je tiens également à signifier qu’en aucun temps, j’ai manqué de respect envers qui que ce soit, que mes demandes et mes propositions sont supportées par de nombreuses recherches et que, contrairement à ce que monsieur Yvan Patenaude pense, mes affirmations ne sont pas faites à l’emporte-pièce. Je vous rappelle qu’il est de mon ressort de questionner, me positionner, faire des vérifications, afin de consolider la véracité des informations, de veiller au développement de la Ville, ainsi qu’aux besoins des citoyens qui m’ont attribué leur confiance depuis 2013 », ajoute la conseillère.

Elle ajoute que son grand intérêt pour l’éthique l’a amené à faire des démarches pour que le code d’éthique de la haute direction et des fonctionnaires de la Ville soit étudié et révisé.

 

La Ville ne commente pas

Nous avons demandé à la Ville de Saint-Jérôme de commenter la situation et on nous a répondu : « La Ville de Saint-Jérôme n’émettra pas de commentaire sur le sujet ».

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

11 Comments

  1. Pierre Lafond

    Le directeur général est un employé de la ville.
    Les conseillers ne relèvent ni de lui ni du maire.
    Les conseillers sont élus par la population et ce n’est qu’elle qui peut décider de ne pas la reprendre.
    Le gros problème actuel dans plusieurs municipalités, c’est que les oppositions municipales ne sont pas les bienvenues et on prend tous les moyens pour les museler : menaces de ne pas payer les frais d’avocats, lettres par huissier, retrait de la boîte courriel, limitation du droit de parole …plainte non fondée à la CMQ…et tout le tralala.
    Le maire et son dg mènent la barque et les conseillers ne sont élus que pour donner l’apparence d’une démocratie, ce qui estpire , avec l’aval du Ministère des Affaires Municipales et de sa Ministre.
    Sainte -Adéle est la championne au niveau de l’intimidation et bonne première également pour les dettes. Que voulez vous les poursuites avec avocats c’est pas donné.
    Pour le dossier de La Croix, les citoyens ont payé 3 millions en frais d’avocats pour un dossier non réglé après 14 ans.
    Les municipalités ;une véritable manne pour les firmes d’avocats !!!!

    Reply
  2. Jean Claude HEBERT

    Le moins que le puisse dire c’est qu’au niveau municipal, il est très rare de voir une conseillère s’assumer de cette façon. Utiliser ses propres fonds pour demander un AVIS JURIDIQUE, relève d’une personne qui a des valeurs et qui veut les protéger à tout prix. La ligne entre l’Administratif et le Politique DOIT ÊTRE CONNUE ET RESPECTÉE. Mme Lasalle le précise et souhaite respecter son rôle de porte parole des citoyens et veut obtenir les infos pour bien accomplir sa charge. CE GESTE EST SIGNIFICATIF POUR SES ÉLECTEURS. Un exemple à suivre pour les autres élus qui sont très souvent MUETS. Un parti au pouvoir ne laisse pas l’occasion à ses Élus (es) de s,exprimer AU CONSEIL. Ce type d’OMERTA n’est pas la DÉMOCRATIE présentée lors des ÉLECTIONS 2013 et 2017. Est-il trop tard pour un changement RADICAL d’attitude DANS LA MAISON DES CITOYENS ? C’est pourtant ce que doit représenter UN CONSEIL DÉMOCRATIQUE.

    Reply
  3. Richard St-Laurent

    Très bien dit bravo, il est grand temps de briser cette politique non conforme & politiquement incorrect.

    Reply
  4. Johanne Chalifoux

    J’appuie totalement Madame Lasalle dans sa quête de vérité et d’éthique professionnelle. Nous la connaissons comme une femme qui livre bataille dès que se pointe une injustice qui a trait à son travail de conseillère municipale. Nous savons tous comment la haute direction de la ville ont essayé de lui mettre des bâtons dans les roues car elle-même et Madame Dicaire n’ont pas accepté de s’écraser devant certaines personnes et qu’elles sont devenues indépendantes, donc ennemies de la haute direction. Madame Lasalle ne doit en aucun cas se laisser intimider et se faire imposer des comportements qu’elle juge erratique. Elle est une femme de coeur, une femme de tête et elle est droite comme un piquet. On ne peut rien demander de plus à une personne qui fait partie de la classe politique et qui travaille aussi fort pour les citoyens…ce genre de personnes qu’on ne voit plus souvent de nos jours. Salutations Madame Lasalle de ne pas vous en laisser imposer. Il semblerait bien que l’intimidation ne se passe pas seulement dans les cours d’école !!

    Reply
  5. Benoit Ethiet

    C’est drôle de voir les commentaires. Un groupe qui intimide depuis plusieurs années.
    Hâte aux élections ,pour enfin laisser parler le peuple.

    Reply
    • yves bazinet

      il serait temps que nous ayons une femme ,comme maire de cette ville,une qui sait se faire respecter,la démocratie oblige,une sonneur d’alerte,comme Nathalie,apporterais la confiance ,et la transparence,qu’on ne retrouve plus a St-Jérome depuis une dizaine d’années..

      Reply
  6. Bergeron

    Madame LaSalle risque de perdre en crédibilité en se plaignant constamment dans les médias de ses problèmes politiques.

    Reply
  7. Pierre Lafond

    Après un de mes mots du Conseiller qui n’a pas plus à la mairesse Brière, elle a mandaté l’avocat de la Ville Maitre Filiatreault de m’envoyer une mise en demeure par huissier me menaçant de poursuites judiciaires et que ça me coûterait un bras en frais d’avocats.
    Sainte-Adèle la reine des taxes , de la dette et de l’intimidation.
    Vive la démocratie municipale !!!

    Reply
  8. real frechette

    elle joue ancore a la victime . bizarre quand elle était avec le maire maher . elle disant que c était le respect réincarné monsieur maher . et nous insistait pour qu on vote pour lui

    Reply
    • Nathalie Lasalle

      M Fréchette faite attention à vos dires car je n’est jamais dit ça ! Je comprends que vous avez perdu vos élections de 2017 , je comprends qu’aucune personne du conseil n’a donné suite à vos demandes et ont sait pourquoi et que vous ressentez de la colère mais ce n’est pas une raison de dire des mensonges.
      Il y a pas si longtemps vous haïssiez le maire et maintenant vous l’adulez faudrait vous brancher.

      Reply
      • denise rocheleau

        ce n et pas de la colère . dit moi au dernier nier élection vous étiez pas présenté pour vision st jerome parti du maire maher et que sont slogan étai pas continuions notre bon travaille quelque que chose comme sa . et je n et jamais dit que je haisait maher mais bien certaine décision de sa politique . et jai dit a monsieur maher a plusieurs reprise que quand qu il prendrait des décision qui me semblerais de bonne décision je le dirait

        Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.