(Photo : Antoine Meunier)
|

Saint-Jérôme en bref

Par France Poirier

Mercredi dernier, le conseil municipal de Saint-Jérôme tenait son assemblée ordinaire du mois de mai. Les citoyens pouvaient suivre celle-ci sur le web, alors que les conseillers étaient en ligne. Le maire Stéphane Maher, le directeur général Yvan Pateneaude et la greffière Marie-Josée Larocque étaient sur place à l’Hôtel de Ville. En début de séance, le maire a répondu aux questions que le public avait fait parvenir.

 

Piste cyclable

Concernant une annonce faite il y a deux ans environ sur les emprises du chemin de fer Québec-Gatineau qui parcourent plusieurs quartiers de la ville et qui seraient aménagées en corridor cyclable, Michel Tanguay demandait : est-ce que les travaux en vue de la réalisation de ce projet vont commencer bientôt? La création de pistes cyclables sur des talus déjà stabilisés permet de créer à bon compte des aménagements récréatifs de qualité, alors que les cyclistes risquent leur vie tous les jours sur des artères dangereuses comme le boulevard Labelle et la rue Saint-Georges. Le maire Stéphane Maher a souligné que « la Ville est très près d’une entente avec les propriétaires de la voie ferrée pour réaliser une piste cyclable. Nous espérons pouvoir proposer une résolution en août» .

Projet Sexto

Développé par le Service de police de Saint-Jérôme, le projet Sexto a reçu de nombreux prix et afin de le rendre accessible, une convention de développement de formation en ligne a été établie entre le Directeur des poursuites criminelles et pénales, la Ville de Saint-Jérôme et le Centre d’animation de développement et de la recherche en éducation. Cette entente a pour but de déployer le projet Sexto à l’échelle québécoise. « Ce projet vise à prévenir le phénomène grandissant de l’autoexploitation juvénile et à sensibiliser les jeunes de niveau primaire et secondaire aux répercussions importantes qu’il peut occasionner. Le projet offre également une méthode d’intervention novatrice, coordonnée et efficace », peut-on lire sur le feuillet explicatif du projet.

Transport en commun

La Ville de Saint-Jérôme a adopté le document intitulé Pour un transport urbain, accessible et durable à la Ville de Saint-Jérôme et a mandaté la direction générale à négocier avec l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) les modalités de transfert à la Ville de la gouvernance de son transport collectif local. « À l’instar d’autres villes du Québec qui se sont dotées d’un plan de mobilité durable et qui avancent dans cette voie, Saint-Jérôme souhaite développer l’offre de transport collectif et actif sur son territoire, afin de répondre aux principes de mobilité durable énoncés par le gouvernement du Québec », a déclaré Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme. « Cela sera fait, entre autres, dans le cadre d’une entente entre l’ARTM et la Ville », a expliqué M. Maher.

Coûts associés à la COVID-19

La Ville de Saint-Jérôme estime qu’il y aura un manque à gagner et des coûts supplémentaires entre 800 000 $ et 5 M$. Les coûts réels associés à la COVID-19 comme l’aménagement de L’IRS (Institut régional des sports) pour un refuge pour personnes en situation d’itinérance et l’ensemble des dépenses s’élèvent à 2 M$. Cette somme sera envoyée à la ministre dans le cadre d’un programme à cet effet. « D’ici la fin de l’année, on aura l’évaluation juste des manques à gagner qui pourraient s’élever entre 2 à 6 M$ dans le cadre d’un programme provincial de subvention ainsi que d’un programme fédéral. Les citoyens n’auront pas à rembourser ».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.