| Par Ève Ménard

Christine Beaulieu: Entre théâtre, cinéma et télévision

Dès le 3 février sur ICI TOU.TV, le public pourra renouer avec le sympathique personnage d’Isabelle, joué par Christine Beaulieu dans L’oeil du cyclone. Cette série qui dépeint le quotidien d’une mère avec ses trois enfants et le poids de la charge mentale de manière humoristique a gagné non seulement le coeur des Québécois, mais aussi de l’actrice qui y tient le premier rôle.

« Je suis tellement bien dans ce projet-là, comme un poisson dans l’eau! J’adore mes collègues, les enfants, les textes. » Il s’agit d’un premier rôle principal dans une comédie pour Christine Beaulieu, qui s’est vue récompenser d’un Gémeau en 2021 pour son interprétation. Alors que la seconde saison débarque en ligne, la première joue actuellement à la télévision. « Ça me touche de me dire que ce soir, l’émission va jouer dans pleins de foyers, que ça rassemblera la famille au complet. Je trouve ça vraiment beau », souligne l’actrice.

J’aime hydro: surprises après surprises

Cet hiver, Christine Beaulieu s’apprêtait aussi à reprendre la route avec sa pièce documentaire à succès, J’aime Hydro. La pandémie a changé ses plans. Les dates prévues en janvier à Montréal ont été repoussées en août. Le reste du calendrier reste à déterminer. Plus de cinq ans après sa première représentation, l’artiste en parle toujours avec autant de passion et d’humilité.

Les coups de coeur culturels de Christine Beaulieu

Le livre Milles secrets mille dangers de Alain Farah

La série télévisée Mare of Easttown

Les séries M’entends-tu et Audrey est revenue

« Toutes les étapes de J’aime Hydro m’ont surprise. Je ne pensais jamais écrire une pièce de théâtre documentaire, encore moins sur le sujet d’Hydro-Québec et de l’énergie. À chaque étape, j’ai été étonnée de rejoindre autant les gens. » Depuis, la pièce est en constante évolution. La dernière étape du processus est survenue en novembre dernier, lorsque l’artiste est allée à la rencontre de Sophie Brochu, nouvelle PDG d’Hydro-Québec, qui s’insère dans la nouvelle mouture de la pièce.

Rendre le théâtre accessible

L’oeuvre engagée s’est aussi transportée vers plusieurs médiums artistiques : un balado, un livre, une version télé, notamment. « On a même fait des t-shirts! (rires) », s’exclame Christine Beaulieu. Et malgré tout, le public en veut encore. Ça s’explique notamment par l’intemporalité du sujet : la grande question de l’oeuvre, à savoir s’il est temps de faire le deuil des grands chantiers hydro-électriques résonne encore aujourd’hui et évolue constamment dans l’actualité.

 

D’ailleurs, quand Christine Beaulieu a proposé l’idée de rendre la pièce accessible, via une projection en directe, un livre ou encore un balado, le milieu était plutôt réticent. On croyait que les gens ne prendraient plus la peine de venir sur place, au théâtre. Au contraire, cela semble avoir promut encore davantage le projet. Pour les représentations prévues en janvier à Maisonneuve, 90% de la salle était vendue, indique la dramaturge.

Éventuellement, on verra aussi Christine Beaulieu dans quatre films tournés au cours des trois dernières années : Nouveau Québec, Les Tricheurs, Frontières et Norbourg.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.