|

« Il fallait faire quelque chose… » — Lise Allaire

Par mychel_lapointe

La décision des dirigeants de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord de modifier leur structure pour faire place à un nouveau directeur général adjoint à la réussite est définitivement justifiable pour les uns, mais inexplicable pour les autres.

Lors d’une rencontre avec la presse régionale lundi le 29 juin dernier, le président de la CSRDN, M.Rémy Tillard, et la directrice générale, Mme Lise Allaire, ont tenu à expliquer que le changement d’organigramme se justifie pleinement du fait qu’il est plus que temps à la CSRDN qu’un sérieux coup de barre soit donné pour améliorer la performance en terme de réussite scolaire et de décrochage. « Au cours des dernières années, nous avons posé des gestes et investi de l’argent, mais la réussite scolaire n’est pas là. Il fallait donc faire quelque chose… » note Mme Allaire.

On a donc décidé de nommer sept conseillers pédagogiques à la réussite parmi les 25 que compte la commission scolaire et de créer le poste de directeur général adjoint à la réussite qui a été confié à M.Marc St-Pierre qui occupait le poste de directeur général adjoint au secondaire. M.Pierre Brunet, jusque là directeur du Service de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle, remplacera Marc St-Pierre.

La bonne décision?

La décision des gestionnaires de la commission scolaire a notamment été décriée par le président du Syndicat de l’enseignement de la Rivière-du-Nord, M.Jean Dumais, pour qui il aurait mieux valu investir cet argent dans les écoles. À cela, Lise Allaire riposte que l’abolition d’un poste de directeur aux services éducatifs et l’engagement d’un directeur général adjoint à la réussite se traduit par une dépense supplémentaire de 15 000 $. Ce qui aux yeux de la directrice générale représente peu pour faire en sorte d’améliorer la performance des élèves de la CSRDN.

M.Dumais plaide également que l’on n’a pas consulté les enseignants avant de procéder aux changements qui les concernent directement. Cette fois-ci, c’est Marc St-Pierre qui rétorque qu’au contraire, les futures interventions auprès des enseignants sont guidées par un sondage mené auprès de ces derniers au cours des dernières années par la Table en renouveau pédagogique mise sur pied par le ministère de l’Éducation du Sport et du Loisir. « Dans le cadre de ce sondage auquel ont participé des enseignants de notre commission scolaire, la première chose qui ressort des réponses obtenues c’est que les enseignants apprécient quand un collègue vient les aider en classe ou quand un conseiller pédagogique vient dans l’école pour les supporter. C’est exactement ce qui est prévu. Les sept conseillers pédagogiques à la réussite seront quatre jours par semaine dans les écoles et une journée au bureau pour partager les expériences dans les écoles. Tout est fait de façon à maximiser le temps de présence dans les écoles… » note, entre autres, Marc Saint-Pierre au cours d’une conversation téléphonique avec le Journal LE NORD.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.