François-Xavier Leprohon, Maxime Ducharme, Robert Charlebois et Jérôme Charlebois ont brassé ensemble la Charleboise.

| Par Simon Cordeau

La chaleureuse Charleboise

Robert Charlebois s’associe à la microbrasserie Les Bières Philosophales, à Mirabel, pour brasser une bière unique aux couleurs du chanteur. La Charleboise est une saison au gingembre et au piment bondamanjak.

« C’est une bière que mon père avait en tête depuis quelques années. Ce sont deux ingrédients que Robert aime, qu’il voyait en bière », raconte Jérôme Charlebois, fils du chanteur-compositeur-interprète. Le bondamanjak est un piment antillais semblable au habanero. « Mon père aime manger épicé, et ça lui rappelle sa Guadeloupe. »

Jeu d’équilibriste

Le gingembre et le piment sont des saveurs très expressives, qu’il faut doser délicatement afin qu’elles n’éclipsent pas le reste de la bière et qu’elles ne brûlent pas trop les papilles, explique Maxime Ducharme, maître-brasseur des Bières Philosophales. « Ç’a été le défi le plus grand que j’ai eu jusqu’à maintenant dans ma carrière de brasseur. Ç’a été extrêmement difficile à balancer », confie-t-il.

Trouver la bonne base pour mettre en valeur les deux épices a aussi nécessité de l’expérimentation. Une lager, une IPA et une pale-ale ont été tentés, mais c’est finalement la saison qui l’a emporté. « Il a fallu faire de la recherche, des tests, trouver les ratios précis, balancer la sècheresse et le sucre, etc. À chaque étape, on validait avec les Charlebois. Robert venait faire son tour. C’était une expérience mémorable », raconte Maxime.

Selon lui, le style léger et rafraichissant de la saison s’agence étonnamment bien aux deux épices chaleureuses, pour former une bière à la fois goûteuse et facile à boire. « C’est une super belle balance, je crois. On goûte bien la saison et sa sècheresse, le gingembre prend la place et le piment vient donner un kick », détaille le maître-brasseur.

Synchronicité

Les Bières Philosophales est encore une jeune microbrasserie, ouverte à Mirabel depuis mars 2021 seulement. Comment est né le partenariat avec le mythique chanteur? « Le père d’un des propriétaires est le voisin de Robert », indique Maxime. « C’est une histoire un peu familiale. Mon père croit beaucoup en la synchronicité », ajoute Jérôme.

Après une soirée de dégustation, les Charlebois sont tombés sous le charme des bières hors-norme de la microbrasserie. « Il y avait vraiment beaucoup de variété. Surtout, c’était bien fait, l’effet était réussi. Ça nous allumait », continue Jérôme.

« Robert cherchait un brasseur. Il est allé voir des grands noms, et on lui a répondu que non, ils n’étaient pas capables de faire ça, qu’ils ne voulaient même pas essayer. Moi, j’ai pris ça comme un challenge. C’est ça mon trip : l’agencement des saveurs, comme un chef en cuisine », rapporte Maxime.

La Charleboise est brassée en petite quantité et n’est distribuée que dans quelques commerces, dont le IGA et le Marché Vaillancourt à Morin-Heights; le Shack à bière, le Rachelle Béry et le Rouge Tomate à Saint-Sauveur; et le Métro de Sainte-Adèle. Il est aussi possible de la déguster en fût, sur place aux Bières Philosophales. « On aime aussi l’effet de rareté : créer un buzz associé à la région des Laurentides », explique Jérôme.

Il souligne que cette bière est d’abord brassée par plaisir personnel. « Robert n’a pas envie de refaire Unibroue. C’est sûr qu’on aime ça quand nos affaires ont du succès. Mais l’objectif premier, c’est de faire une bière qui plaît. » La Charleboise évoluera aussi au gré des saisons, avec des versions différentes mettant en valeur les mêmes deux épices.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. Francine Thibert

    J’habite à Gatineau et j’aimerais trouver cette bière pour mon fils et mon gendre. Où pourrais-je en trouver ?

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.