|

Du 5 au 11 novembre, on souligne l’apport des proches aidants à la société

Par Marie-Catherine Goudreau

La Semaine nationale de la proche aidance se déroule du 5 au 11 novembre. L’objectif de cette campagne est de souligner et de reconnaître l’apport des proches aidants à la société.

« C’est 33 % de la population québécoise qui est proche aidante ou qui va l’être durant sa vie. Cela représente 2,4 millions de Québécois », indique Julie Gravel, directrice de l’organisme l’Antr’Aidant. Cet organisme a pour mission de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des personnes proches aidantes d’adultes et d’aînés dans les Laurentides

La semaine se déroule sous le thème Ensemble, cultivons l’humaine et l’on souhaite rejoindre autant le grand public que les organismes de la région. Souvent, les personnes proches aidantes ne savent pas qu’elles le sont. « C’est difficile de le reconnaître. La semaine nationale sert entre autres à ce que ces gens se reconnaissent », explique Mme Gravel. En plus d’être proche aidant, les personnes ont la plupart du temps un autre rôle à jouer dans la société. « Que j’accompagne une personne 20 minutes chaque semaine ou que j’accompagne un frère avec une déficience intellectuelle, ce rôle s’ajoute à un emploi ou à des études par exemple », ajoute-t-elle.

« Plus on va en parler, plus les gens vont se reconnaître comme étant proche aidant », souligne Julie Gravel.

Comment reconnaître une personne proche aidante ? « On doit se poser quelques questions : Est-ce que je suis préoccupée ou inquiète par le processus de vieillissement ou l’état de santé de l’un de mes proches ? Est-ce que je me sens responsable par rapport à la vulnérabilité d’un de mes proches ? », rapporte la directrice générale.

Trouver des points de repères

Puis, il y a tout l’enjeu de l’information et des connaissances par rapport à cette réalité. Souvent, les personnes proches aidantes vont se poser des questions sur le système d’hébergement, sur l’accessibilité aux soins et aux ressources ou encore sur les soins à domicile, explique Mme Gravel. Ces questionnements s’ajoutent à ceux sur la maladie ou sur les défis vécus par leurs proches.

Dans le cadre de la semaine nationale, les organismes des Laurentides organisent plusieurs activités pour répondre à ces questionnements, ainsi que pour favoriser les rencontres. « La plupart des ressources sont gratuites. L’objectif est de les faire connaître », soutient Mme Gravel.

La proche aidance est un rôle qui s’ajoute à la vie des gens qui souvent ont un emploi, une famille et une vie sociale. Les activités organisées et les ressources aideront justement ces personnes à trouver un équilibre entre le rôle de proche aidant et le reste de leur vie.

« L’idée, c’est que tout le monde se sente concerné par la proche aidance. On souhaite que tout le monde soit mis au courant, autant dans le monde politique que du travail, par exemple. On veut sensibiliser et cultiver une reconnaissance des personnes proches aidantes », souligne la directrice.


Les activités à venir

Mercredi 8 novembre 

  • Activité de reconnaissance sous le thème Présent pour les personnes proches aidantes dans le secteur d’Antoine-Labelle
    • De 9 h 30 à 16 h
    • À l’Espace théâtre de Mont-Laurier
  • Conférence de L’Antr’Aidant Comment maintenir sa relation avec son proche 
    •  De 18 h à 20 h
    • À l’Espace théâtre de Mont-Laurier

Jeudi 9 novembre

  • Conférence virutelle de L’Antr’Aidant à la Société québécoise de la déficience intellectuelle sous le thème de l’épuisomètre
    • De 9 h 30 à 11 h 30
  • Conférence Prévention de la fraude
    • À 13 h
    • Au 1000, chemin du Plan-Bouchard, Blainville
  • Soirée en bonne compagnie Quand on aime, on a toujours 20 ans
    • De 17 h à 21 h
    • À la Maison Aloïs

Qu’est-ce qu’une personne proche aidante ? 

Selon la définition de Proche aidance Québec, il s’agit de « toute personne qui, de façon continue ou occasionnelle, apporte un soutien significatif à un membre de son entourage qui présente une incapacité temporaire ou permanente et avec qui elle partage un lien affectif, qu’il soit familial ou non. Le soutien est offert à titre non professionnel, dans un cadre informel et sans égard à l’âge, au milieu de vie ou à la nature de l’incapacité du membre de l’entourage, qu’elle soit physique, psychique, psychosociale ou autre. Il peut prendre diverses formes, par exemple le transport, l’aide aux soins personnels et aux travaux domestiques, le soutien émotionnel ou l’organisation des soins. »

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *