Cheminots: Gino Perreault quitte son poste d'entraîneur-chef

Cheminots: Gino Perreault quitte son poste d'entraîneur-chef

Entraîneur-chef de l’équipe de football des Cheminots depuis le début du programme il y a quatre ans, Gino Perreault a surpris tout le monde en annonçant sa démission cette semaine.

« C’était le temps pour moi de partir. Je pars en paix avec moi-même, en bon terme avec le Cégep et avec le sentiment du devoir accompli», a-t-il dit jeudi, lors d’un entretien téléphonique.

 

Depuis le début du programme de football à Saint-Jérôme, les Cheminots se sont améliorés chaque année. L’an dernier, ils se sont même qualifiés pour les séries pour la première fois de sa jeune histoire.

 

« Lorsqu’ils m’ont engagé il y a cinq ans, je m’étais fixé des buts, j’avais des attentes, et beaucoup de ces choses ont été réalisées», observe-t-il.

 

Même si son équipe n’a jamais touché au Bol d’or, il est fier d’avoir fait progresser le programme.

 

« Finalement après quatre ans, nous commencions à nous faire respecter, à voir nos joueurs être recrutés par les universités. Les résultats, c’est le crémage sur le gâteau. Le gâteau, c’est de faire graduer les jeunes, les faire grandir, les amener à devenir de meilleures personnes. Dans la majorité des cas, je peux dire "mission accomplie"».

 

Gino Perreault croit encore que le Cégep de Saint-Jérôme est le meilleur endroit pour un jeune qui veut jouer au football au collégial. « Pas plus tard qu’hier soir, j’ai recruté des joueurs», confie celui qui souhaite aux Cheminots une conquête du Bol d’or cette année.

Conflit avec le Cégep ?

Perreault serait sans doute encore entraîneur-chef des Cheminots s’il avait pu continuer à faire «à sa tête». Mais, le cégep ne l’entendait pas ainsi. Malgré tout, il ne garde pas un mauvais souvenir de sa relation avec l’institution scolaire. « Depuis 5 ans, on s’entendait sur tout à 98 % du temps», affirme-t-il.

 

Richard Campeau, coordonnateur des sports du Cégep, concède qu’il y a des choses qui ne fonctionnaient pas au goût de tout le monde.

 

« Ce n’est pas simple de gérer dix entraîneurs et 50 joueurs. Gino a donné tout ce qu’il avait à donner. Je crois que dans la position dans laquelle il était, il ne pouvait pas en faire plus», affirme-t-il, ajoutant qu’il s’agit bel et bien d’une démission et non d’un congédiement.

 

« C’était hors de mon contrôle. Sa démission n’a rien à voir avec la direction du collège».

 

M.Campeau vante les qualités de leader de Perreault. « Il était présent depuis le jour un et ses efforts ont permis de construire une équipe qui s’est considérablement solidifiée avec les années. Nous souhaitons remercier Gino pour le travail colossal qu’il a accompli.», a-t-il dit.

Une annonce émotive

L’annonce de son départ à ses joueurs, il y a quelques jours, l’a rendu très émotif. « J’avais préparé un texte, mais je n’ai pas été capable de le lire au complet parce que j’étais trop émotif», rapporte-t-il.

 

Suite à cette annonce qui a surpris les jeunes footballeurs, l’entraîneur a reçu plusieurs messages de remerciements des anciens élèves du programme, des membres d’autres équipes, des parents de joueurs et bien sûr de ses joueurs. « C’était vraiment touchant. Je suis fier d’avoir pu marquer les jeunes de la bonne façon», a-t-il dit.

« Laisser retomber la poussière»

Gino Perreault ne quitte pas l’organisation des Cheminots pour un autre projet professionnel. Résident de Val-David, il prendra du temps pour lui et famille et dévalera les pistes de ski cet hiver. De plus, il aidera sa femme dans son entreprise de chalets de location qui pourrait prendre de l’ampleur prochainement.

 

Toutefois, il ne ferme pas la porte à un retour sur les lignes de côté pour une autre équipe.

 

« Je vais laisser retomber la poussière. C’est sûr que je vais "recoaché" parce que le football c’est ma vie. J’ai tellement donné de temps pour ce sport et je vais en donner encore. Ma famille a fait des sacrifices. Maintenant, c’est à mon tour de leur consacrer du temps», termine celui qui a également été entraîneur à l’Université McGill et au Collège de Maisonneuve.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de