Geneviève Leclerc « Celle que je suis », définitivement !

Françoise Le Guen
Geneviève Leclerc « Celle que je suis », définitivement !
Geneviève Leclerc, Celle que je suis, vendredi 14 juin 2019 à 20 h au Théâtre Gilles-Vigneault. (Photo : Courtoisie)

Geneviève Leclerc sera de passage au Théâtre Gilles-Vigneault avec son spectacle Celle que je suis. Elle y marie habilement les relectures d’œuvres magistrales et du matériel original, toujours avec l’émotion et l’intensité qui l’habitent.

 

Forte d’une longue expérience en théâtre musical, Geneviève Leclerc sait, comme nulle autre, s’emparer d’une chanson et la faire sienne.

Sa tournée a commencé il y a deux mois et le spectacle est bien installé. Joël Legendre en a signé la mise en scène. « C’est un spectacle aux couleurs de ce que j’ai l’habitude de faire avec du théâtre musical. Il est beaucoup plus coloré que le premier, un peu plus léger par moment pour faire des contrastes. Le premier spectacle était plus intimiste. Ces changements dans la mise en scène font que c’est très vivant », explique Geneviève Leclerc.

Dans Celle que je suis elle présente des relectures d’artistes tels que Léo Ferré, Mario Pelchat, Dan Bigras, Johnny Hallyday et trois chansons inédites. C’est le pianiste, arrangeur et compositeur Blair Thomson qui a réalisé cet album, avec des arrangements de cordes exécutés par un ensemble de 28 musiciens praguois.

Retour aux sources

On se souvient qu’en 2016, Geneviève Leclerc se lançait dans l’aventure de La voix. Ensuite elle offrait au public son premier spectacle Avec le temps, un concert acoustique et intime. « Pour le deuxième, on a eu envie de ramener le théâtre musical, d’où je viens. Il y a des sections plus comiques, que des gens ne soupçonnaient pas. Ils connaissaient surtout l’interprète dramatique. L’accueil du public est très bon. Les gens sont touchés tout autant, mais passent du rire aux larmes ».

Geneviève Leclerc se définit comme étant une interprète.   « Je compare mon travail à celui d’une comédienne. Au théâtre que ça soit une pièce originale ou du Molière le travail reste sensiblement le même. Le travail d’interprète est de prendre le texte et de le livrer avec notre vision et notre maturité du moment. Et surtout, il est important d’assumer ce que l’on fait et d’y aller à fond ».

Des projets

« En théâtre musical, on doit toujours être deux pas en avant, on est constamment en train de chercher la prochaine audition. J’ai cette habitude et j’aime travailler, souligne-t-elle. On a des projets comme celui de notre premier spectacle avec l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières, le 14 décembre, et on est en pourparlers avec quelques orchestres. Je continue aussi de présenter la tournée piano/voix Avec le temps ».

Un rêve ?

« Oui, celui d’être heureuse ! » Geneviève Leclerc confie remettre constamment en question les décisions qu’elle prend pour veiller à rester heureuse. « C’est un métier extrêmement difficile avec les conditions que l’on a en ce moment (Internet). En tant qu’artiste on veut tout faire pour sa visibilité et parfois l’art peut se perdre. C’est facile de tomber dans une espèce de gourmandise du “toujours plus”. Il faut naviguer à travers ça pour être bien avec ses choix ».

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de