Automobile

15 trucs pour économiser sur l’essence

La consommation d’essence d’un véhicule dépend évidemment de son poids et de sa mécanique, mais vos habitudes de conduite y sont aussi pour quelque chose.

Voici quelques pratiques à adopter pour espacer vos arrêts à la pompe.

L’écoconduite, vous connaissez?

Enseignée dans les cours de conduite automobile, l’écoconduite prône la douceur en accélération et en freinage. En plus de conserver une distance raisonnable avec le véhicule qui se trouve devant le sien, l’écoconduite recommande de maintenir sa vitesse de croisière.

Dosez l’utilisation du climatiseur

L’utilisation du climatiseur peut faire grimper de 20% la consommation d’essence. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’ouvrir les fenêtres en ville. En revanche, sur l’autoroute, il est plus économique d’utiliser le climatiseur que de baisser les fenêtres.

Ne faites pas le plein n’importe où ou n’importe quand

D’un moment à l’autre dans une semaine et d’un secteur à un autre, le prix du litre d’essence peut grandement varier. Pour vous aider à magasiner votre carburant, CAA-Québec a mis en place l’outil Info Essence qui vous indique le prix réaliste que vous devriez payer en fonction de l’endroit où vous vous situez.

La fidélité, ça paie!

Les différentes bannières des pétrolières proposent des cartes de fidélité. Bien que les rabais ne soient pas astronomiques, c’est un moyen comme un autre. Et l’effort requis est plus que minime. Chaque cent économisé est un cent de plus dans vos poches.

L’entretien, c’est la clé

Une voiture qui n’est pas adéquatement entretenue peut consommer jusqu’à 25% plus d’essence. Ne remettez pas au lendemain la prise de rendez-vous pour votre voiture. Vous pourriez en payer les conséquences à chaque plein.

Vos pneus sont bien gonflés?

Un pneu pas assez ou trop gonflé peut faire augmenter la consommation de votre véhicule. Ainsi, assurez-vous que la pression d’air des pneus correspond à celle recommandée par le manufacturier. L’information se trouve notamment sur l’étiquette dans l’intérieur de la portière du conducteur.

Ne trimballez pas tout votre bataclan

À quoi bon conserver le support à ski en plein été? Il en est de même pour l’attirail de pique-nique en hiver. Ne transportez pas avec vous des objets inutiles. En allégeant votre voiture, vous éviterez de faire grimper votre consommation. Une augmentation de 1% de l’essence brûlée s’observe pour chaque 25 kilogrammes supplémentaire.

N’achetez pas n’importe quel véhicule

Si vous achetez un véhicule utilitaire sport ou une camionnette, ne vous plaignez pas de la consommation élevée d’essence. Si vous avez deux véhicules à votre domicile, n’hésitez pas à emprunter celui qui est le moins énergivore pour vos plus longs trajets.

La voiture hybride est une possibilité

En 2019, le marché automobile propose bien plus de véhicules hybrides que lors de l’introduction de ce type de motorisation au tournant de l’an 2000. Ça peut être une excellente solution de rechange . Il en est de même pour les voitures hybrides rechargeables. Pour ne plus consommer d’essence du tout, l’achat d’un véhicule entièrement électrique peut être envisagé.

Ne vous déplacez pas n’importe quand

Grâce à des applications comme Google Maps et Waze, vous pouvez planifier vos déplacements et éviter d’être coincé dans un bouchon. Vous pouvez aussi en profiter pour combiner vos commissions.

Le chauffe-moteur, votre allié!

D’après CAA-Québec, l’utilisation d’un chauffe-moteur en hiver vous permettra d’économiser environ 15% d’essence pour des trajets de 20 kilomètres ou moins.

Coupez le moteur si vous ne roulez pas

En hiver, il est recommandé de préchauffer le moteur. Cependant, une durée de 30 secondes suffit. Autrement, il est inutile de laisser un moteur tourner si vous ne roulez pas. Il consomme entre 1,1 et 4 L à l’heure lorsqu’il est au ralenti.

L’ordinaire est extraordinaire

Les mythes entourant l’essence sont nombreux. Alimenter votre voiture avec de l’essence super lorsque le manufacturier ne le recommande pas revient au même que si vous jetiez votre argent par les fenêtres. À l’inverse, il est déconseillé d’utiliser de l’essence ordinaire si votre voiture exige du super. Informez-vous quant aux besoins de votre voiture.

Soyez méfiants des gadgets

Une multitude de gadgets sont disponibles sur Internet pour réaliser des économies de carburant. Or, après avoir réalisé divers tests, CAA-Québec a conclu qu’aucun de ces bidules n’apporte un réel rendement.

L’auto n’est pas le seul moyen de transport

La voiture n’est pas le seul moyen de transport. Lorsque cela est possible, privilégiez le transport en commun, la marche ou le vélo. Le covoiturage peut également être une option intéressante.

Automobile

Sondage : l’imprudence des conducteurs est en hausse

Malgré les confinements et le télétravail rendus nécessaires par la pandémie de COVID-19, le Québec va terminer l’année 2020 avec plus de décès et de blessures graves sur les routes qu’en 2019, si l’on se fie aux statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec.

Les conducteurs sont-ils plus stressés et distraits dans le contexte actuel? Selon un sondage réalisé à la mi-décembre par l’Association canadienne des automobilistes (CAA), une majorité de Canadiens (56 %) affirme percevoir que les comportements dangereux se multiplient sur la route depuis la fin des vacances estivales.

C’est le cas pour les excès de vitesse (35 %), la conduite agressive (32 %) et l’utilisation du cellulaire au volant (30 %). COVID ou pas, le risque est toujours aussi présent.

« On remarque un faux sentiment de sécurité chez les conducteurs ces temps-ci. Avec moins de véhicules sur les routes en raison de la pandémie, certains automobilistes pensent qu’ils peuvent conduire de façon plus téméraire », affirme Ian Jack, vice-président aux affaires publiques du CAA.

La situation ne devrait pas s’améliorer à court terme, la saison froide étant propice aux conditions routières variées et changeantes. Au fait, avez-vous bien préparé votre véhicule pour l’hiver? Ne manquez pas de cliquer sur le lien pour quelques rappels et conseils utiles. Ou encore, découvrez nos 10 bons trucs à adopter sur la route en hiver.

« Avec l’hiver qui s’installe et dans un contexte où tant d’automobilistes conduisent moins fréquemment, il est plus que jamais essentiel de redoubler de prudence et d’adapter sa conduite aux conditions hivernales souvent imprévisibles », renchérit Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec.

Quelques conseils

L’organisme partage d’ailleurs ses propres conseils à ceux qui doivent prendre la route dans les prochaines semaines :

  •  Prenez le temps qu’il faut pour vous rendre à destination. Les conducteurs pressés sont plus enclins à la prise de risques et de possibles fâcheuses conséquences pour eux, mais aussi pour les autres.
  • Programmez votre GPS et votre liste de lecture musicale avant de partir. Rien de mieux que de prévenir les distractions au volant en les réglant avant le départ.
  • Faites attention aux piétons et aux cyclistes. Avec une visibilité parfois réduite, établissez un contact visuel avec les piétons et surveillez vos angles morts pour les cyclistes.
  • Déneigez bien votre auto. Avant de partir, retirez toute la neige et la glace de vos vitres, miroirs et phares. Les « igloos mobiles » sont un danger public et leurs propriétaires s’exposent à une amende salée.
  • Allumez vos feux et phares non seulement pour éclairer votre chemin convenablement, mais aussi pour vous assurer d’être bien vu par les autres usagers de la route.

Articles récents

image générique pour un article
Automobile

Déjà une nouvelle calandre pour le Chevrolet Silverado HD 2020

Quelques jours à peine après avoir présenté son nouveau Silverado HD dont le design n’a vraiment pas fait l’unanimité auprès du public, Chevrolet a publié des photos du même modèle avec une devanture différente.

Il s’agit de la variante High Country du Silverado HD. Celle-ci fait appel à une calandre plus classique incluant des rayures chromées horizontales et le logo en nœud papillon du constructeur au lieu du lettrage « CHEVROLET » qui figurait sur les images présentées plus tôt cette semaine.

Chevrolet entend commercialiser cinq versions différentes de son nouveau Silverado HD : Work Truck, Custom, LT, LTZ et High Country.

En plus de sa devanture retravaillée, le High Country est chaussé de roues chromées et d’une gamme d’équipements plus exhaustive.

Sous le capot, le Chevrolet Silverado HD 2020 sera livrable avec un choix de deux motorisations, l’une à essence et l’autre au diesel.

Le moteur turbodiesel de 6,6 litres qui équipe la version actuelle du Silverado HD demeurera vraisemblablement inchangé et devrait continuer d’offrir une puissance de 445 chevaux et un couple de 910 livres-pied.

Quant à la motorisation à essence, Chevrolet annonce simplement qu’un nouveau moteur viendra remplacer le V8 Vortec de 6,0 litres qu’on connait actuellement. Aucun détail supplémentaire n’a été avancé pour le moment quant à ses spécifications, outre le fait qu’elle sera jumelée à une boîte automatique à six rapports.

Le Chevrolet Silverado HD 2020 sera officiellement dévoilé en février prochain, possiblement dans le cadre du Salon de l’auto de Chicago.

image générique pour un article
Automobile

Une édition encore plus féroce de la Lexus RC F sera dévoilée au Salon de Detroit

Le Salon de Detroit 2019 arrive déjà à grands pas, et comme chaque année, nous y serons afin de couvrir tous les dévoilements et nouveautés de l’industrie. Une des grandes nouvelles sera l’arrivée d’une déclinaison extrême du coupé sport Lexus, la RC F.

Un gros aileron
Le communiqué de presse du constructeur fut extrêmement court, n’affichant qu’une seule image, dont celle d’un énorme aileron en fibre de carbone reposant sur le coffre du bolide.

Lexus la nomme la RC F Track Edition, une version extrême de la très déjà excentrique RC F. On ignore ce qu’elle aura dans le ventre, ou quelles modifications lui seront apportées afin qu’elle soit armée pour les circuits de course, mais à nos yeux, n’importe quelle nouvelle d’une voiture à haute performance dans ce royaume du VUS est une bonne chose.

Notons que la Lexus RC F est déjà alimentée par un puissant moteur V8 atmosphérique de 5,0 litres, produisant pas moins de 467 chevaux, et que seul le rouage à propulsion n’est offert pour la bagnole.

Le plus fascinant dans tout ça, c’est que Lexus continue d’offrir la RC parmi sa gamme de produits, sans oublier la déclinaison F qui est encore plus niche, se vendant qu’à quelques exemplaires à chaque année. On admire néanmoins Lexus de continuer à promouvoir ce bolide, et d’offrir une déclinaison extrême. Nous vous partagerons tous les détails lorsqu’ils seront disponibles.

image générique pour un article
Automobile

Les prochains moteurs à combustion de Volkswagen seraient les derniers

Avec l’arrivée inévitable des voitures électriques chez tous les constructeurs automobiles, on s’interroge au sujet de la survie du bon vieux moteur thermique, qui continue d’alimenter la grande majorité des bagnoles sur la route. Volkswagen a été clair dans un récent communiqué à ce sujet : sa prochaine génération de moteurs à essence sera la dernière, dit-il.

Rien de surprenant
Cette nouvelle n’est rien de trop surprenant, car le groupe Volkswagen planifie, depuis quelques années, de commercialiser près de 30 véhicules basés sur une seule plate-forme d’ici 2022, sans oublier le développement de motorisations entièrement électriques qu’on voit déjà apparaître dans des concepts comme la Porsche Taycan ainsi que les Audi e-tron et Audi e-tron GT.

Or, lorsque la prochaine génération de moteur à combustion verra le jour chez Volkswagen, qu’on prévoit annoncer dans la prochaine décennie, le constructeur ne lui apportera ensuite que quelques améliorations techniques. Selon le constructeur, d’ici 2050, presque toute sa flotte sera alimentée par une motorisation électrique, mais il continuera néanmoins de proposer quelques alternatives à essence pour les endroits où les infrastructures de ravitaillement seront encore précaires.

C’est une autre bonne nouvelle vers une transition verte intelligente, mais il est important de noter que cette habitude de garder un moteur pendant plusieurs années au sein d’un constructeur n’est pas chose d’hier. La famille de moteur EA827 existe chez Volkswagen depuis 1972 et elle est toujours produite aujourd’hui pour certains marchés. Le quatre cylindres turbo de 2,0 litres qu’on retrouve dans la Golf GTI, Golf R, et plusieurs produits Audi, est déjà avec nous depuis plus d’une décennie.

Avec le prix de l’essence à la baisse, et les crédits gouvernementaux pour les voitures électriques qui disparaissent à un rythme éclair aux États-Unis et en Ontario, on ignore si les consommateurs suivront la tendance. Chose certaine, la mort du moteur thermique est imminente, et Volkswagen semble déjà vouloir en tirer avantage.

image générique pour un article
Automobile

Aston Martin propose une conversion électrique de ses voitures anciennes

Dans son plan d’électrification, Aston Martin ajoute un volet, soit celui d’offrir la conversion électrique pour les collectionneurs de voitures anciennes de la marque.

Et pour le lancement de ce programme, Aston Martin a transformé une DB6 MkII Volante 1970.

Histoire de ne pas choquer les âmes sensibles, le constructeur britannique installe le moteur électrique et les batteries là où logeaient originalement le moteur à essence et la boîte de vitesses. Ainsi, on altère le moins possible les classiques d’antan.

Comme on peut le voir sur la photo, la prise de recharge a été dissimilée sous la trappe de l’ancien réservoir à essence.

La technologie utilisée se base sur celle développée avec la Rapide E. Soulignons que cette dernière est la toute première voiture électrique produite par Aston Martin. Son V12 laisse place à un moteur électrique jumelé à une batterie de 65 kWh. Son arrivée sur le marché est prévue pour la fin de l’année 2019.

Les puristes seront ravis de savoir que cette transformation est réversible. Le temps venu, il sera possible de réinstaller la motorisation à essence d’origine.

Dès 2019, les collectionneurs pourront confier leur Aston Martin d’exception au manufacturier afin de procéder à la conversion.

Les coûts liés à cette transformation n’ont pas été évoqués. Il en est de même pour l’autonomie.

Rappelons-nous que Jaguar a conçu une version électrique de sa légendaire E-Type. Il y a fort à parier que d’autres manufacturiers emboîteront le pas dans cette direction afin d’allier le passé à l’avenir.

image générique pour un article
Automobile

MINI John Cooper Works 3 portes 2018 : sur le circuit avec Charlie Cooper

PALM SPRINGS, Californie – En marge du Salon de l’auto de Los Angeles, Le Guide de l’auto a fait un détour vers le circuit The Thermal Club, localisé près de Palm Springs, afin de faire l’essai sur circuit de la MINI John Cooper Works 3 portes.

Il nous arrive parfois de faire de belles rencontres dans ce métier, et cet événement spécial nous a donné l’occasion de rencontrer Charlie Cooper, petit-fils de John Cooper qui fut le fondateur de l’écurie Cooper en Formule Un ainsi que l’architecte des victoires de la marque Mini au célèbre Rallye de Monte-Carlo en 1964, 1965 et 1967. Au cours d’une brève allocution, Charlie Cooper nous a parlé des exploits de son célèbre grand-père, mais aussi de la carrière de son père Mike Cooper, qui a développé la toute première MINI John Cooper Works avec BMW.

Aujourd’hui âgé de 37 ans, Charlie Cooper reprend le flambeau en travaillant étroitement avec BMW pour assurer le rayonnement de la marque John Cooper Works, et a fait tout récemment ses débuts en sport automobile en pilotant dans le MINI Challenge en Europe. Il est également le fondateur de Cooper Bikes, une entreprise spécialisée dans la production de vélos, et s’il a fait ses débuts en course automobile sur le tard, c’est qu’il se destinait à une carrière de joueur de rugby professionnel, mais qu’une blessure a mis fin à ce rêve. Aujourd’hui, Charlie et moi allons partager une des MINI John Cooper Works sur le circuit.

Complètement revue en 2015, la MINI John Cooper Works est devenue la déclinaison la plus puissante de la marque, son moteur quatre cylindres turbocompressé de 2,0 litres générant 228 chevaux et un couple de 236 livres-pied. Il n’y a pas que le moteur qui est gonflé, puisque le châssis a fait l’objet d’une série de modifications. Ainsi, la John Copper Works est dotée d’une suspension sport, de freins Brembo, et elle roule sur des jantes en alliage de 18 pouces chaussées de pneus Pirelli P7 Cinturato de taille 205/40R18.

On greffe quelques éléments à la carrosserie, comme l’aileron de toit, et la John Cooper Works se retrouve avec la gueule de l’emploi. Elle « sonne » aussi comme une bagnole dopée aux stéroïdes, puisque son échappement laisse bien entendre une série de pétarades lorsque l’on relâche l’accélérateur, ce qui ajoute aux sensations ressenties.

Comme James Bond
Afin de reprendre contact avec cette petite bombe qui n’affiche que 1 309 kilos à la pesée, dont l’empattement mesure moins de deux mètres et demi, et qui est capable de réactions aussi vives qu’incisives, on s’exerce avec quelques virages en J sur l’aire de dérapage, histoire de se refaire la main. Pour imiter James Bond en MINI, rien de plus simple. Il suffit de désactiver complètement le système de contrôle électronique de la stabilité, d’enclencher la marche arrière et de mettre l’accélérateur à fond en gardant la main gauche à la position midi sur le volant et la main droite sur le levier de vitesses.

Lorsque la voiture roule rapidement en marche arrière, on tourne le volant d’un coup sec pour que la main passe de midi à 18 heures tout en déplaçant le levier de vitesses au neutre de la main droite. Alors que la voiture fait sa rotation, on remet le volant droit et le levier de vitesses à Drive, et le demi-tour est joué! Évidemment, je ne vous conseille pas de tenter ce type de manœuvre par vous-même, mais de le faire dans l’environnement contrôlé d’un circuit sous la supervision d’instructeurs qualifiés, ce qui fut le cas pour nous.

En piste
Sur le circuit South Palm du Thermal Club, composé de longues lignes droites et de virages plutôt serrés, la MINI John Cooper Works 3 portes 2018 se montre très joueuse avec un train avant précis qui lui permet de bien s’inscrire en courbe. De plus, son empattement très court facilite la rotation de la voiture du point d’entrée jusqu’au point de corde des virages. Avec ses suspensions qui sont tout de même assez souples, la MINI JCW est aussi très à l’aise pour chevaucher les vibreurs aux points de corde ainsi qu’aux points de sortie.

Côté moteur, la MINI John Cooper Works n’est pas en reste avec des accélérations franches et soutenues, mais les longues lignes droites de ce circuit font en sorte que l’on souhaiterait avoir encore plus de « pédale ». Après ma série de tours, je prends place côté passager et j’observe Charlie Cooper au volant. Très familier avec la MINI JCW, il conduit avec beaucoup d’aplomb et fait preuve d’une belle maîtrise. Son talent est confirmé lors d’un parcours d’autocross, où il a battu mon chrono par un petit centième de seconde, ce qui nous a valu une franche rigolade.

MINI JCW GP confirmée
Avant de rentrer aux puits, Charlie m’indique qu’il faut s’attendre à de belles choses de la marque MINI dans un proche avenir. En effet, la production en série d’une nouvelle déclinaison élaborée sur la base du concept MINI JCW GP présenté en 2017 a été confirmée, et la première mondiale de cette nouvelle variante est programmée pour le Salon de l’auto de Francfort à l’automne 2019. D’autres projets sont à l’étude, mais il n’est pas autorisé à en parler, du moins pour l’instant. Une chose est certaine : si Porsche est capable de produire 24 déclinaisons de sa mythique 911 Carrera, la MINI Cooper peut assurément s’avérer un terreau tout aussi fertile, et il faut s’attendre à ce que la marque britannique fasse flèche de tout bois dans l’avenir. Histoire à suivre…

image générique pour un article
Automobile

Une nouvelle Mazda MX-6 bientôt sur nos routes?

C’est fort possible selon la publication AutoGuide qui a découvert que Mazda avait récemment procédé à l’enregistrement du nom et de la marque MX-6 au Japon. On se souviendra que la Mazda MX-6 a été commercialisée de 1988 à 1997 et ce coupé deux portes partageait ses composantes mécaniques avec la Ford Probe. Elle remplaçait le coupé 626 et joignait la gamme des sportives comprenant la MX-3 et la MX-5, alors que la RX-7 trônait au sommet de la gamme.

Il y a déjà plusieurs années que Mazda nous promet une nouvelle sportive. On nous parle du retour de la RX-8, possiblement baptisée RX-9, modèle qui pourrait raviver une belle rivalité avec la Toyota Supra qui sera dévoilée au prochain Salon de l’auto de Detroit.

Il s’agit de spéculations, mais la MX-6 pourrait être la première à réapparaitre et elle pourrait être inspirée du concept RX-Vision présenté au Salon de Tokyo il y a deux ans et que vous pouvez voir en image. Nous étions d’ailleurs présents au lancement du concept et avions été témoins du désir des ingénieurs de Mazda de voir un jour le concept RX-Vision entrer en production. On se souviendra que le RX-Vision Concept utilise l’architecture de la MX-5 et démontrait les dernières avancées du constructeur en matière de voiture sport à moteur avant et à rouage arrière.

Mazda MX-6

  • Produite de 1988 à 1997
  • La première génération disposait d’un quatre cylindres de 2,2 litres développant 110 chevaux, 145 dans sa version turbocompressée
  • La seconde génération est apparue en 1993, s’appelant la MX-6 Mystère au Canada
  • Elle partageait sa plate-forme à roues motrices avant et son moteur avec la 626 Cronos
  • La version de base de la deuxième génération conservait un quatre cylindres de 2,0 litres alors qu’on offrait également un V6 de 2,5 litres développant 160 chevaux.