Automobile

15 trucs pour économiser sur l’essence

La consommation d’essence d’un véhicule dépend évidemment de son poids et de sa mécanique, mais vos habitudes de conduite y sont aussi pour quelque chose.

Voici quelques pratiques à adopter pour espacer vos arrêts à la pompe.

L’écoconduite, vous connaissez?

Enseignée dans les cours de conduite automobile, l’écoconduite prône la douceur en accélération et en freinage. En plus de conserver une distance raisonnable avec le véhicule qui se trouve devant le sien, l’écoconduite recommande de maintenir sa vitesse de croisière.

Dosez l’utilisation du climatiseur

L’utilisation du climatiseur peut faire grimper de 20% la consommation d’essence. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’ouvrir les fenêtres en ville. En revanche, sur l’autoroute, il est plus économique d’utiliser le climatiseur que de baisser les fenêtres.

Ne faites pas le plein n’importe où ou n’importe quand

D’un moment à l’autre dans une semaine et d’un secteur à un autre, le prix du litre d’essence peut grandement varier. Pour vous aider à magasiner votre carburant, CAA-Québec a mis en place l’outil Info Essence qui vous indique le prix réaliste que vous devriez payer en fonction de l’endroit où vous vous situez.

La fidélité, ça paie!

Les différentes bannières des pétrolières proposent des cartes de fidélité. Bien que les rabais ne soient pas astronomiques, c’est un moyen comme un autre. Et l’effort requis est plus que minime. Chaque cent économisé est un cent de plus dans vos poches.

L’entretien, c’est la clé

Une voiture qui n’est pas adéquatement entretenue peut consommer jusqu’à 25% plus d’essence. Ne remettez pas au lendemain la prise de rendez-vous pour votre voiture. Vous pourriez en payer les conséquences à chaque plein.

Vos pneus sont bien gonflés?

Un pneu pas assez ou trop gonflé peut faire augmenter la consommation de votre véhicule. Ainsi, assurez-vous que la pression d’air des pneus correspond à celle recommandée par le manufacturier. L’information se trouve notamment sur l’étiquette dans l’intérieur de la portière du conducteur.

Ne trimballez pas tout votre bataclan

À quoi bon conserver le support à ski en plein été? Il en est de même pour l’attirail de pique-nique en hiver. Ne transportez pas avec vous des objets inutiles. En allégeant votre voiture, vous éviterez de faire grimper votre consommation. Une augmentation de 1% de l’essence brûlée s’observe pour chaque 25 kilogrammes supplémentaire.

N’achetez pas n’importe quel véhicule

Si vous achetez un véhicule utilitaire sport ou une camionnette, ne vous plaignez pas de la consommation élevée d’essence. Si vous avez deux véhicules à votre domicile, n’hésitez pas à emprunter celui qui est le moins énergivore pour vos plus longs trajets.

La voiture hybride est une possibilité

En 2019, le marché automobile propose bien plus de véhicules hybrides que lors de l’introduction de ce type de motorisation au tournant de l’an 2000. Ça peut être une excellente solution de rechange . Il en est de même pour les voitures hybrides rechargeables. Pour ne plus consommer d’essence du tout, l’achat d’un véhicule entièrement électrique peut être envisagé.

Ne vous déplacez pas n’importe quand

Grâce à des applications comme Google Maps et Waze, vous pouvez planifier vos déplacements et éviter d’être coincé dans un bouchon. Vous pouvez aussi en profiter pour combiner vos commissions.

Le chauffe-moteur, votre allié!

D’après CAA-Québec, l’utilisation d’un chauffe-moteur en hiver vous permettra d’économiser environ 15% d’essence pour des trajets de 20 kilomètres ou moins.

Coupez le moteur si vous ne roulez pas

En hiver, il est recommandé de préchauffer le moteur. Cependant, une durée de 30 secondes suffit. Autrement, il est inutile de laisser un moteur tourner si vous ne roulez pas. Il consomme entre 1,1 et 4 L à l’heure lorsqu’il est au ralenti.

L’ordinaire est extraordinaire

Les mythes entourant l’essence sont nombreux. Alimenter votre voiture avec de l’essence super lorsque le manufacturier ne le recommande pas revient au même que si vous jetiez votre argent par les fenêtres. À l’inverse, il est déconseillé d’utiliser de l’essence ordinaire si votre voiture exige du super. Informez-vous quant aux besoins de votre voiture.

Soyez méfiants des gadgets

Une multitude de gadgets sont disponibles sur Internet pour réaliser des économies de carburant. Or, après avoir réalisé divers tests, CAA-Québec a conclu qu’aucun de ces bidules n’apporte un réel rendement.

L’auto n’est pas le seul moyen de transport

La voiture n’est pas le seul moyen de transport. Lorsque cela est possible, privilégiez le transport en commun, la marche ou le vélo. Le covoiturage peut également être une option intéressante.

Automobile

Sondage : l’imprudence des conducteurs est en hausse

Malgré les confinements et le télétravail rendus nécessaires par la pandémie de COVID-19, le Québec va terminer l’année 2020 avec plus de décès et de blessures graves sur les routes qu’en 2019, si l’on se fie aux statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec.

Les conducteurs sont-ils plus stressés et distraits dans le contexte actuel? Selon un sondage réalisé à la mi-décembre par l’Association canadienne des automobilistes (CAA), une majorité de Canadiens (56 %) affirme percevoir que les comportements dangereux se multiplient sur la route depuis la fin des vacances estivales.

C’est le cas pour les excès de vitesse (35 %), la conduite agressive (32 %) et l’utilisation du cellulaire au volant (30 %). COVID ou pas, le risque est toujours aussi présent.

« On remarque un faux sentiment de sécurité chez les conducteurs ces temps-ci. Avec moins de véhicules sur les routes en raison de la pandémie, certains automobilistes pensent qu’ils peuvent conduire de façon plus téméraire », affirme Ian Jack, vice-président aux affaires publiques du CAA.

La situation ne devrait pas s’améliorer à court terme, la saison froide étant propice aux conditions routières variées et changeantes. Au fait, avez-vous bien préparé votre véhicule pour l’hiver? Ne manquez pas de cliquer sur le lien pour quelques rappels et conseils utiles. Ou encore, découvrez nos 10 bons trucs à adopter sur la route en hiver.

« Avec l’hiver qui s’installe et dans un contexte où tant d’automobilistes conduisent moins fréquemment, il est plus que jamais essentiel de redoubler de prudence et d’adapter sa conduite aux conditions hivernales souvent imprévisibles », renchérit Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec.

Quelques conseils

L’organisme partage d’ailleurs ses propres conseils à ceux qui doivent prendre la route dans les prochaines semaines :

  •  Prenez le temps qu’il faut pour vous rendre à destination. Les conducteurs pressés sont plus enclins à la prise de risques et de possibles fâcheuses conséquences pour eux, mais aussi pour les autres.
  • Programmez votre GPS et votre liste de lecture musicale avant de partir. Rien de mieux que de prévenir les distractions au volant en les réglant avant le départ.
  • Faites attention aux piétons et aux cyclistes. Avec une visibilité parfois réduite, établissez un contact visuel avec les piétons et surveillez vos angles morts pour les cyclistes.
  • Déneigez bien votre auto. Avant de partir, retirez toute la neige et la glace de vos vitres, miroirs et phares. Les « igloos mobiles » sont un danger public et leurs propriétaires s’exposent à une amende salée.
  • Allumez vos feux et phares non seulement pour éclairer votre chemin convenablement, mais aussi pour vous assurer d’être bien vu par les autres usagers de la route.

Articles récents

image générique pour un article
Automobile

Volkswagen a vendu des milliers de véhicules qui auraient dû être détruits

Volkswagen aurait vendu illégalement 6 700 véhicules. En effet, lorsqu’un constructeur automobile développe un nouveau modèle, une certaine quantité de véhicules préproduction sont assemblés. Ceux-ci ne peuvent être vendus aux consommateurs.

C’est pourtant ce qu’aurait fait Volkswagen d’après Der Spiegel, un média allemand.

Ces quelques milliers de véhicules auraient été vendus au cours de la dernière décennie, et ce, en Europe et en Amérique du Nord.

Cette nouvelle survient alors que Volkswagen fait encore face aux lourdes conséquences du scandale des moteurs diesel dont elle est l’auteure.

Le tout aurait commencé en 2006. À ce moment, le constructeur allemand s’est mis à vendre des véhicules de préproduction. Selon le kilométrage affiché sur l’odomètre, ils étaient soit vendus comme des véhicules neufs ou usagés. Ils étaient acheminés à des concessionnaires qui ne se doutaient de rien.

Le nombre de véhicules touchés pourrait s’élever jusqu’à 17 000, estime le média allemand.

Les constructeurs automobiles sont autorisés à vendre des véhicules de préproduction bien que ce ne soit pas une coutume dans le milieu. En revanche, il faut remplir de la documentation afin que ce soit légal. Ce qui n’a pas été fait par Volkswagen.

Volkswagen a affirmé qu’aucun accident, mort ou blessure n’a été recensé suite à la vente illégale de ces milliers de véhicules.

Aucun modèle en particulier ne semble avoir été ciblé.

Les autres marques appartenant à Volkswagen (Audi, Bentley, Bugatti, Lamborghini, Porsche, etc.) n’auraient pas participé à stratagème.

Au moment de publier, nous étions dans l’attente d’une réponse de la part du département des relations publiques de Volkswagen Canada afin de connaître la présence de ces véhicules au pays et le plan d’intervention auprès des clients affectés.

image générique pour un article
Automobile

Chez Volkswagen, c’est au Mexique que ça se passe

Pendant que le Canada pleure encore la fermeture prochaine d’une autre usine automobile, l’industrie mexicaine ne s’est jamais mieux portée.

Des compagnies comme Kia, Honda ou Nissan y ont tous élu domicile dans l’espoir de réduire les coûts de production des véhicules qu’ils vendent en Amérique du Nord. Et bien sûr, il y a Volkswagen.

Établie à Puebla depuis 1965, Volkswagen a rapidement compris tout le potentiel que représentait le Mexique pour le marché nord-américain. Dès son ouverture, l’usine de Puebla a été mise à contribution pour fabriquer le modèle le plus important de l’histoire du constructeur, la Beetle.

Puis, même avant la fin de la production de la Coccinelle originale, c’est aussi vers le Mexique que Volks s’est tournée pour fabriquer sa New Beetle, lancée en 1998.

La Beetle moderne, toujours construite à Puebla, s’apprête d’ailleurs à prendre sa retraite. D’ici quelques mois, les travailleurs mexicains feront leurs adieux à un modèle qu’ils côtoient depuis des décennies.

Sauf que contrairement au sort qu’on réserve à l’usine canadienne d’Oshawa après la mise au rancart de la Cadillac XTS et de la Chevrolet Impala, la mort de la Beetle ne signifie pas la fermeture de l’usine à Puebla. Loin de là.

S’adapter pour survivre
Avec le temps, Volkswagen a diversifié les produits qui sortent de son usine mexicaine. À la Beetle se sont ajoutés le Tiguan, la Jetta ainsi que la Golf SportWagen, tous des modèles vendus chez nous.

À l’heure actuelle, pas moins de 80% des véhicules construits par Volks à Puebla sont destinés aux marchés canadien et américain. Entre 10% et 15% demeurent en sol mexicain et les modèles restants vont en Asie, en Océanie et en Amérique Latine.

Bref, le climat d’incertitude qui plane sur l’industrie automobile canadienne n’est pas le même au Mexique. Faut dire que le salaire des travailleurs mexicains a un gros rôle à jouer là-dedans.

Volkswagen a refusé de nous dévoiler la rémunération moyenne de ses employés de Puebla, mais notre petit doigt nous dit que la rémunération des travailleurs canadiens est légèrement supérieure…

Une usine qui se prend pour une ville
À Puebla, l’immense usine permet à des dizaines de milliers de personnes de mettre du pain sur leur table. Ils sont 14 000 à travailler pour Volkswagen, mais ça va beaucoup plus loin que ça.

En comptant, les employés de tierces compagnies qui font de la sous-traitance pour Volks, ce sont plus de 42 000 personnes qui franchissent les portes de l’usine à chaque jour. C’est l’équivalent de la population de Victoriaville!

En fait, on peut pratiquement parler du complexe de Puebla comme d’une ville en soi. Sur ce gigantesque terrain, les employés ont accès à 14 cantines, à la majorité des grandes banques du pays, à deux supermarchés, à une pharmacie et même à un hôpital et une caserne de pompiers!

L’usine de Puebla a aussi sa propre réserve écologique de 750 hectares, qui compte sur six lagons artificiels et 564 000 arbres pour attirer quelques animaux et absorber une partie des émissions de CO2 émises par ses activités.

Tout ça pour dire que la présence de Volkswagen au Mexique, c’est du sérieux. Des 123 usines que compte le constructeur partout à travers le monde, celle du Puebla est devenue la deuxième plus imposante après celle de Wolfsburg.

Et même quand la Beetle prendra sa retraite, les travailleurs mexicains n’ont pas trop à s’en faire. Il y a fort à parier que Volks utilisera l’espace laissé vacant dans l’usine pour entamer la production d’un nouveau VUS destiné à l’Amérique du Nord.

Là-bas, l’industrie automobile a le vent dans les voiles.

image générique pour un article
Automobile

380 000 véhicules électriques de plus d’ici 2027, dit Hydro-Québec

Dans sa stratégie de déploiement de bornes de recharge rapide, Hydro-Québec stipule que d’ici 2027, le nombre de véhicules entièrement électriques qui circuleront sur les routes du Québec augmentera à environ 380 000 d’ici 2027.

Ces projections proviennent des documents que la société d’État a déposés à la Régie de l’énergie décrivant son plan d’installer 1 580 bornes de recharge rapide à courant continue (BRCC) lors des dix prochaines années.

Hydro-Québec affirme que l’augmentation de l’offre des VÉ chez tous les constructeurs automobiles mènera à une augmentation significative, et presque exponentielle, de véhicules à zéro émission sur nos routes, soit jusqu’à 40 000 en 2020, 117 000 en 2023 et 319 000 en 2026.

Au moment d’écrire ces lignes, le Québec compte un grand total de 125 bornes de recharge rapide, avec pas moins de 37 000 véhicules électriques actuellement sur la route. En 2018, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a annoncé un projet de loi visant à multiplier le nombre de bornes publiques. Ce projet aurait un coût estimé de 130 millions.

On exclut les hybrides rechargeables
Cette prédiction effectuée par Hydro-Québec n’inclut pas les véhicules hybrides rechargeables qui recourent à la fois à un moteur électrique et à essence pour circuler. On pense entre autres à des bagnoles comme la Chevrolet Volt, la Honda Clarity ou la Toyota Prius Prime.

Si on les ajoute dans le portrait, on estime qu’environ 490 000 véhicules rechargeables rouleront sur les routes québécoises en 2027.

Une telle offensive sera inévitablement très lucrative pour Hydro-Québec. Selon la Régie de l’énergie, l’utilisation de bornes publiques et résidentielles générera à la société d’État des revenus de 107 millions en 2027. Et 20% de ces revenus proviendront de bornes publiques.

Contrairement à nos voisins ontariens, le Québec continue d’offrir depuis plusieurs années des incitatifs financiers pour l’achat de véhicules électriques, avec des rabais pouvant aller jusqu’à 8 000 $ pour un véhicule 100% électrique ou un véhicule hybride rechargeable doté d’une batterie de grande capacité, et 4 000 $ pour les autres hybrides rechargeables. Un programme pour les VÉ d’occasion a également été mis sur pied, permettant aux consommateurs de recevoir jusqu’à 4 000 $ en crédit gouvernemental.

Bien que le reste du parc automobile nord-américain ne semble pas en amour avec la voiture électrique, le Québec continue de montrer l’exemple tout en demeurant un leader en la matière. Avec une source d’électricité propre, renouvelable et abordable, il n’y a aucune raison de bouder les VÉ dans la belle province!

image générique pour un article
Automobile

La dernière BMW familiale disparaît en Amérique du Nord

Chez BMW, on a choisi de mettre un terme à la commercialisation de la BMW Série 3 familiale aux États-Unis. En Europe, elle continuera toutefois d’être disponible.

C’est ce qu’on peut lire sur Autoblog.

Cette nouvelle survient après qu’on ait appris que ce même modèle levait le nez sur la boîte manuelle en Amérique du Nord. Ce sont deux coups durs pour la Série 3 en peu de temps.

Rappelons-nous qu’en octobre dernier, à l’occasion du Salon de l’automobile de Paris, le constructeur bavarois y avait présenté la Série 3, nom de code interne G20. Il s’agit de la septième génération de la compacte de luxe de BMW.

Alors que le créneau des voitures familiales est devenu de plus en plus niché et forcément de moins en moins rentable, BMW préfère offrir une gamme étendue de véhicules utilitaires sport. Notons au passage que le catalogue actuel n’en compte pas moins de sept.

Soulignons que la Série 3 F31 est l’ultime familiale à être offerte par BMW au Canada. En version 330i xDrive, elle devrait être encore disponible pour une durée indéterminée.

Au moment d’écrire ces quelques lignes, nous étions dans l’attente d’une réponse du département des communications de BMW Canada. Il serait étonnant que la nouvelle Série 3 familiale ne soit pas commercialisée aux États-Unis et qu’elle le soit de ce côté-ci de la frontière. L’offre canadienne est souvent calquée sur l’offre américaine.

image générique pour un article
Automobile

5 choses à savoir sur le Ford Edge ST 2019

Question de faire plaisir aux amateurs de VUS en quête de sensations fortes, Ford présente désormais une variante ST du Edge pour 2019.

Voici ce qu’il faut savoir à propos du nouveau Ford Edge ST.

Deux lettres bien connues
Chez Ford, l’écusson ST (pour Sport Technologies) est synonyme de performances. En Amérique du Nord, des variantes ST de la Fiesta et de la Focus nous ont déjà été proposées. Avec le nouveau Edge ST, c’est la première fois de son histoire que Ford applique cette recette à un VUS. Il s’agira d’ailleurs du seul modèle ST offert chez nous en 2019.

Un moteur plus puissant
Pour propulser ce nouveau VUS à vocation sportive, Ford fait appel à un V6 biturbo de 2,7 litres. Il s’agit de la même mécanique qui équipait l’Edge Sport 2018, mais Ford réussit à lui extirper 20 chevaux supplémentaires pour un total de 335 chevaux. Le couple passe quant à lui à 380 livres-pied, une hausse de 30 livres-pied par rapport à l’année dernière.

Une suspension raffermie
La version ST du Ford Edge ne se démarque pas seulement par un moteur plus puissant. Ford a aussi pris soin de raffermir la suspension, de grossir les freins et de chausser le véhicule de meilleurs pneus (des Pirelli P Zero).

Ford a aussi retravaillé la transmission à huit rapports qui équipe l’Edge ST. Pour s’assurer de sa capacité à bien gérer la hausse de puissance du moteur, on y a intégré un système de refroidissement à l’eau.

Un look différent
Le Ford Edge ST se démarque des autres versions du modèle par des roues et une calandre noircies en plus du fameux écusson ST, mis en évidence à l’avant et à l’arrière.

Dans l’habitacle, les sièges et le volant sont aussi marqués du logo ST pour vous rappeler que vous n’êtes pas à bord d’un Edge ordinaire.

Une facture plutôt salée

Des quatre versions du Edge offertes en 2019, le ST est le plus dispendieux. Son prix de départ de 47 599$ est supérieur à ceux du SE (34 499$), du SEL (36 499$) et du Titanium (41 899$).

La facture du Ford Edge ST demeure néanmoins beaucoup plus accessible que celle d’autres VUS de performances comme l’Audi SQ5 ou le Jaguar F-

image générique pour un article
Automobile

Meilleurs achats 2019 du Guide de l’auto : Ram 1500

Chaque année, les journalistes du Guide de l’auto décernent les Meilleurs achats de l’année dans toutes les catégories de véhicules, et à l’exception des titres de la Meilleure nouvelle voiture de l’année et du Meilleur nouveau VUS de l’année – on les réserve pour le site Internet à l’automne – les gagnants sont publiés dans le Guide de l’auto.

Toutefois, le Meilleur achat dans le segment des camionnettes pleine grandeur n’a pas pu être déterminé au moment de mettre le Guide de l’auto 2019 sous presse. On avait très peu conduit le Ram 1500 2019 et pas du tout conduit les Chevrolet Silverado 1500 2019 et GMC Sierra 1500 2019, redessinés tous les trois. Un match comparatif avec le Ford F -150 était tout indiqué, ce que nous avons fait.

Le Ram 1500 2019 a remporté le match et s’est emparé du même coup le titre de Meilleure camionnette pleine grandeur du Guide de l’auto en 2019.

Le Ram s’est distingué par son niveau de raffinement, son moteur V8 musclé et sonore ainsi que par son comportement impeccable lors du test de remorquage. De plus, son habitacle dans la déclinaison Limited, lorsque comparé aux versions les plus cossues de ses rivaux, nous a grandement impressionnés. Et ce n’est pas tout : le Ram 1500 2019 profite aussi du système d’hybridation légère eTorque, procurant une consommation réduite à la fois pour le V6 de 3,6 litres de base et le V8 HEMI de 5,7 litres (en option dans ce dernier). La nouvelle génération du Ram 1500 se détaille à partir de 43 295 $ avant les frais de transport et de préparation.

Le Silverado 1500 (PDSF à partir de 35 000 $) et le Sierra 1500 (PDSF à partir de 36 200 $) terminent ex aequo au deuxième rang du classement pour leur sensation de solidité, leur habitacle confortable et pour la puissance et le raffinement de leur moteur V8 de 6,2 litres en option. Enfin, le Ford F-150 (PDSF à partir de 31 049 $) finit au troisième rang pour sa panoplie de configurations et de motorisations, ses puissants V6 biturbo permettant d’excellentes capacités de remorquage et son agrément de conduite.