Automobile

15 trucs pour économiser sur l’essence

La consommation d’essence d’un véhicule dépend évidemment de son poids et de sa mécanique, mais vos habitudes de conduite y sont aussi pour quelque chose.

Voici quelques pratiques à adopter pour espacer vos arrêts à la pompe.

L’écoconduite, vous connaissez?

Enseignée dans les cours de conduite automobile, l’écoconduite prône la douceur en accélération et en freinage. En plus de conserver une distance raisonnable avec le véhicule qui se trouve devant le sien, l’écoconduite recommande de maintenir sa vitesse de croisière.

Dosez l’utilisation du climatiseur

L’utilisation du climatiseur peut faire grimper de 20% la consommation d’essence. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’ouvrir les fenêtres en ville. En revanche, sur l’autoroute, il est plus économique d’utiliser le climatiseur que de baisser les fenêtres.

Ne faites pas le plein n’importe où ou n’importe quand

D’un moment à l’autre dans une semaine et d’un secteur à un autre, le prix du litre d’essence peut grandement varier. Pour vous aider à magasiner votre carburant, CAA-Québec a mis en place l’outil Info Essence qui vous indique le prix réaliste que vous devriez payer en fonction de l’endroit où vous vous situez.

La fidélité, ça paie!

Les différentes bannières des pétrolières proposent des cartes de fidélité. Bien que les rabais ne soient pas astronomiques, c’est un moyen comme un autre. Et l’effort requis est plus que minime. Chaque cent économisé est un cent de plus dans vos poches.

L’entretien, c’est la clé

Une voiture qui n’est pas adéquatement entretenue peut consommer jusqu’à 25% plus d’essence. Ne remettez pas au lendemain la prise de rendez-vous pour votre voiture. Vous pourriez en payer les conséquences à chaque plein.

Vos pneus sont bien gonflés?

Un pneu pas assez ou trop gonflé peut faire augmenter la consommation de votre véhicule. Ainsi, assurez-vous que la pression d’air des pneus correspond à celle recommandée par le manufacturier. L’information se trouve notamment sur l’étiquette dans l’intérieur de la portière du conducteur.

Ne trimballez pas tout votre bataclan

À quoi bon conserver le support à ski en plein été? Il en est de même pour l’attirail de pique-nique en hiver. Ne transportez pas avec vous des objets inutiles. En allégeant votre voiture, vous éviterez de faire grimper votre consommation. Une augmentation de 1% de l’essence brûlée s’observe pour chaque 25 kilogrammes supplémentaire.

N’achetez pas n’importe quel véhicule

Si vous achetez un véhicule utilitaire sport ou une camionnette, ne vous plaignez pas de la consommation élevée d’essence. Si vous avez deux véhicules à votre domicile, n’hésitez pas à emprunter celui qui est le moins énergivore pour vos plus longs trajets.

La voiture hybride est une possibilité

En 2019, le marché automobile propose bien plus de véhicules hybrides que lors de l’introduction de ce type de motorisation au tournant de l’an 2000. Ça peut être une excellente solution de rechange . Il en est de même pour les voitures hybrides rechargeables. Pour ne plus consommer d’essence du tout, l’achat d’un véhicule entièrement électrique peut être envisagé.

Ne vous déplacez pas n’importe quand

Grâce à des applications comme Google Maps et Waze, vous pouvez planifier vos déplacements et éviter d’être coincé dans un bouchon. Vous pouvez aussi en profiter pour combiner vos commissions.

Le chauffe-moteur, votre allié!

D’après CAA-Québec, l’utilisation d’un chauffe-moteur en hiver vous permettra d’économiser environ 15% d’essence pour des trajets de 20 kilomètres ou moins.

Coupez le moteur si vous ne roulez pas

En hiver, il est recommandé de préchauffer le moteur. Cependant, une durée de 30 secondes suffit. Autrement, il est inutile de laisser un moteur tourner si vous ne roulez pas. Il consomme entre 1,1 et 4 L à l’heure lorsqu’il est au ralenti.

L’ordinaire est extraordinaire

Les mythes entourant l’essence sont nombreux. Alimenter votre voiture avec de l’essence super lorsque le manufacturier ne le recommande pas revient au même que si vous jetiez votre argent par les fenêtres. À l’inverse, il est déconseillé d’utiliser de l’essence ordinaire si votre voiture exige du super. Informez-vous quant aux besoins de votre voiture.

Soyez méfiants des gadgets

Une multitude de gadgets sont disponibles sur Internet pour réaliser des économies de carburant. Or, après avoir réalisé divers tests, CAA-Québec a conclu qu’aucun de ces bidules n’apporte un réel rendement.

L’auto n’est pas le seul moyen de transport

La voiture n’est pas le seul moyen de transport. Lorsque cela est possible, privilégiez le transport en commun, la marche ou le vélo. Le covoiturage peut également être une option intéressante.

Automobile

Sondage : l’imprudence des conducteurs est en hausse

Malgré les confinements et le télétravail rendus nécessaires par la pandémie de COVID-19, le Québec va terminer l’année 2020 avec plus de décès et de blessures graves sur les routes qu’en 2019, si l’on se fie aux statistiques de la Société de l’assurance automobile du Québec.

Les conducteurs sont-ils plus stressés et distraits dans le contexte actuel? Selon un sondage réalisé à la mi-décembre par l’Association canadienne des automobilistes (CAA), une majorité de Canadiens (56 %) affirme percevoir que les comportements dangereux se multiplient sur la route depuis la fin des vacances estivales.

C’est le cas pour les excès de vitesse (35 %), la conduite agressive (32 %) et l’utilisation du cellulaire au volant (30 %). COVID ou pas, le risque est toujours aussi présent.

« On remarque un faux sentiment de sécurité chez les conducteurs ces temps-ci. Avec moins de véhicules sur les routes en raison de la pandémie, certains automobilistes pensent qu’ils peuvent conduire de façon plus téméraire », affirme Ian Jack, vice-président aux affaires publiques du CAA.

La situation ne devrait pas s’améliorer à court terme, la saison froide étant propice aux conditions routières variées et changeantes. Au fait, avez-vous bien préparé votre véhicule pour l’hiver? Ne manquez pas de cliquer sur le lien pour quelques rappels et conseils utiles. Ou encore, découvrez nos 10 bons trucs à adopter sur la route en hiver.

« Avec l’hiver qui s’installe et dans un contexte où tant d’automobilistes conduisent moins fréquemment, il est plus que jamais essentiel de redoubler de prudence et d’adapter sa conduite aux conditions hivernales souvent imprévisibles », renchérit Marco Harrison, directeur de la Fondation CAA-Québec.

Quelques conseils

L’organisme partage d’ailleurs ses propres conseils à ceux qui doivent prendre la route dans les prochaines semaines :

  •  Prenez le temps qu’il faut pour vous rendre à destination. Les conducteurs pressés sont plus enclins à la prise de risques et de possibles fâcheuses conséquences pour eux, mais aussi pour les autres.
  • Programmez votre GPS et votre liste de lecture musicale avant de partir. Rien de mieux que de prévenir les distractions au volant en les réglant avant le départ.
  • Faites attention aux piétons et aux cyclistes. Avec une visibilité parfois réduite, établissez un contact visuel avec les piétons et surveillez vos angles morts pour les cyclistes.
  • Déneigez bien votre auto. Avant de partir, retirez toute la neige et la glace de vos vitres, miroirs et phares. Les « igloos mobiles » sont un danger public et leurs propriétaires s’exposent à une amende salée.
  • Allumez vos feux et phares non seulement pour éclairer votre chemin convenablement, mais aussi pour vous assurer d’être bien vu par les autres usagers de la route.

Articles récents

image générique pour un article
Automobile

Baisse d’affluence pour le Salon de l’auto de Montréal

L’édition 2019 du Salon de l’auto de Montréal a attiré 190 638 visiteurs, une baisse de 5 495 personnes par rapport à l’année dernière.

Après 10 jours au Palais des congrès, le Salon a fermé ses portes dimanche soir. Les organisateurs soulignent que l’affluence à la baisse peut s’expliquer par les conditions météorologiques difficiles qui ont frappé la métropole au cours de la dernière semaine.

« En dépit d’une météo très rude dès le premier dimanche, combinant tempête de neige, poudrerie, et accès difficile vers les centres urbains, le public était au rendez-vous », analyse Dany Lemelin, président du Salon international de l’auto de Montréal.

Présentée du 18 au 27 janvier, cette 76e édition du Salon de l’auto montréalais apportait quelques nouveautés à sa programmation. Le Générateur, un espace réservé aux nouvelles technologies en lien avec la mobilité durable, semble avoir été apprécié des visiteurs. Idem pour la Boîte noire, un espace réservé aux trois véhicules vedettes du Salon : la Bugatti Chiron, la Koenigsegg Agera RS et la Felino cB7R.

Les organisateurs du Salon ont aussi confirmé que plus de 1 500 essais routiers de véhicules électriques ont été rendus possibles grâce à un partenariat avec CAA-Québec. Il s’agit, encore là, d’une baisse notable par rapport aux 2 600 essais répertoriés en 2018. Encore une fois, les conditions météorologiques ont certainement eu un rôle à jouer là-dedans.

Reste que le nombre de personnes à franchir les tourniquets du Salon de l’auto est en baisse depuis quelques années. Depuis ses débuts au Palais des congrès, l’édition la plus populaire demeure celle de 2005, où 220 819 personnes avaient répondu à l’appel.

Il faut retourner en 1992 pour trouver le record historique du Salon de l’auto. Cette année-là, 271 917 visiteurs avaient été répertoriés au Stade olympique.

Le Salon de l’auto de Montréal sera de retour en 2020 pour une 77e édition, du 17 au 26 janvier.

image générique pour un article
Automobile

Votre véhicule est beaucoup plus sale que vous le croyez

L’organisation américaine CarRentals s’est penchée sur la question de l’hygiène d’une automobile. Et les résultats de l’étude sont fort étonnants.

En effet, sur 1 000 Américains interrogés, à peine le tiers affirme laver l’extérieur de son véhicule une fois par année. 12% d’entre eux admettent ne jamais nettoyer l’habitacle.

En négligeant ainsi un véhicule, on encourage la prolifération des bactéries. Et si des déchets alimentaires y sont laissés et que le soleil plombe sur la voiture, le tout empire.

Selon cette étude, pas moins de 629 UFC (unités formant colonies) par centimètre carré se trouvent sur un volant. Histoire de comparer, ce nombre est six fois plus élevé que celui d’un écran de téléphone cellulaire, quatre fois plus grand que celui du siège d’une toilette publique et deux fois plus élevé que celui d’un bouton d’un ascenseur.

CarRentals explique que la présence si marquée de bactéries dans l’habitacle d’un véhicule est attribuable au pistolet de la pompe de carburant. En effet, la propreté dudit pistolet laisse souvent à désirer et il est rare qu’on se lave les mains entre la fin du plein et le moment de reprendre la route.

À titre indicatif, le pistolet d’une pompe de station-service est près de 12 000 fois plus sale que le siège d’une toilette publique.

Afin d’améliorer cette problématique, l’organisme américain recommande de désinfecter avec des lingettes certaines surfaces comme le volant, le levier de vitesses ainsi que les poignées de porte. Il mentionne aussi qu’il est pertinent de remplacer au besoin le filtre à air, de nettoyer ses clés, de passer l’aspirateur sur les surfaces recouvertes de tissu et de nettoyer en profondeur les tapis.

image générique pour un article
Automobile

Porsche 911 2020 : pari réussi

Chaque fois que l’on dévoile une nouvelle génération de la 911 chez Porsche, on sait que l’on marche sur des œufs. Bien sûr, le constructeur a le devoir de faire évoluer le produit pour que celui-ci demeure actuel, à l’avant-garde. Les refontes sont donc inévitables.

Sauf qu’en même temps, l’histoire de la 911 est si riche et ses amateurs si passionnés que chaque changement est scruté à la loupe, puis immanquablement critiqué. Imaginez, il y en a encore qui chignent contre les moteurs refroidis à l’eau!

Avec cette huitième génération de la 911 (nom de code 992), Porsche présente un heureux mélange entre l’héritage et l’avenir. Deux roues bien campées dans la tradition, et deux autres qui se dirigent plutôt vers l’avant.

Plus grosse… et plus puissante
Au premier coup d’œil, l’air de famille entre la nouvelle 992 et ses sept ancêtres est indéniable. Des phares bien ronds à l’avant à la ligne de toit fuyante en passant par sa configuration à quatre places avec moteur arrière, la 911 2020 ne réinvente rien. La 992 poursuit la tradition lancée par Porsche en 1963.

Cela dit, il suffit de placer les modèles de 1963 et de 2020 côte à côte pour réaliser que la 911 s’est sévèrement embourgeoisée avec les années. De la petite voiture aux dimensions compactes qu’elle était, l’icône allemande est progressivement devenue un bolide imposant.

L’histoire se poursuit avec la huitième génération, qui devient la plus lourde de sa lignée malgré une utilisation plus intensive de l’aluminium. Plus longue et plus large que toutes ses devancières, la 992 adopte des feux qui se prolongent d’un bout à l’autre à l’arrière, accentuant cette impression de largeur quasi caricaturale.

Côté design, c’est réussi, mais reste que l’on aurait aimé voir Porsche stopper l’hémorragie de cette croissance incessante.

Pour compenser cette énième prise de poids, Porsche a retravaillé la configuration de son moteur de façon à en tirer davantage de puissance. La mécanique à six cylindres à plat biturbo de 3,0 litres de la 911 2020 développe une écurie de 443 chevaux, une hausse de 23 chevaux par rapport à la Carrera S 2019. Le couple, quant à lui, passe de 368 à 390 lb-pi.

Cette hausse de puissance est suffisante pour faire de la nouvelle 992 la 911 avec le meilleur rapport poids/puissance de l’histoire. L’honneur est sauf.

Des débuts convaincants
Pour le moment, la 911 2020 n’est proposée qu’en versions Carrera S et Carrera 4S, la variante à quatre roues motrices. Celles-ci peuvent respectivement passer de 0 à 100 km/h en 3,5 et 3,4 secondes. Porsche affirme aussi que son nouveau bolide peut boucler le célèbre circuit de Nüburgring cinq secondes plus rapidement que la Carrera S de génération précédente.

Bien sûr, des versions survitaminées de la génération sortante comme la GT3 et la GT2 RS demeurent nettement plus performantes. Il faut comprendre que des variantes plus démentielles seront évidemment apportées au menu au cours des prochaines années. Porsche a même déjà laissé entendre qu’une variante hybride pourrait s’ajouter au portrait.

En attendant, la nouvelle Carrera S n’a absolument rien d’un modèle d’entrée de gamme. Avec des roues de 21 pouces à l’arrière et de 20 pouces à l’avant toutes chaussées de pneumatiques Pirelli P Zero, la sportive allemande semble collée à la route. Derrière son volant, chaque virage se transforme en véritable partie de plaisir.

La 911 2020 jouit aussi d’un système de freinage avec étriers à six pistons à l’avant et à quatre pistons à l’arrière. C’est une chose de réaliser des accélérations infernales et une vitesse de pointe de plus de 300 km/h, mais la 911 est capable de beaucoup plus que ça.

Au-delà des chiffres, il s’agit d’un modèle brillamment conçu qui est aussi à l’aise sur la route que sur la piste. Une véritable voiture sport que l’on peut assurément utiliser à longueur d’année, surtout dans sa variante à quatre roues motrices.

Très basse, la position de conduite de cette nouvelle bête est évidemment axée sur la performance. Cela n’empêche pas la 911 d’offrir une visibilité somme toute acceptable ainsi qu’un confort franchement impressionnant. Par contre, il vaut mieux tout de suite oublier les deux places à l’arrière… Même pour des enfants, celles-ci n’ont pas vraiment leur raison d’être.

La boîte automatique à double embrayage PDK passe de sept à huit rapports et demeure d’une efficacité époustouflante. Il s’agit à mes yeux de la meilleure boîte automatique de l’industrie automobile, point à la ligne. Celle-ci s’adapte comme par magie au mode de conduite sélectionné, ce qui permet à la 911 d’être à la fois docile sur la route et intraitable sur le circuit. Le meilleur des deux mondes.

Une boîte manuelle à sept rapports demeure au menu, mais nous n’avons pas eu l’occasion de mettre celle-ci à l’essai dans le cadre de ce premier contact.

À bord, l’instrumentation a été repensée et est désormais intégrée d’une façon plus horizontale. Un clin d’œil à la 911 originale, souligne Porsche.

Beaucoup d’information passe par un écran tactile de 10,9 pouces, mais Porsche a bien pris soin de conserver plusieurs boutons physiques dans sa nouvelle 911. Encore une fois, le mariage entre tradition et modernité est bien réussi.

Un prix à la hausse
Vous vous en doutez, toutes ces nouveautés ont un coût. À son arrivée chez les concessionnaires cet automne, la Porsche 911 Carrera S 2020 sera vendue à un prix de départ de 129 100 $, une augmentation de 7,5% par rapport à la Carrera S de 2019. La hausse est similaire pour la 4S, qui passe de 127 900 $ en 2019 à 137 400 $ pour 2020.

Si l’on se fie aux générations précédentes, une version Carrera « ordinaire » verra le jour éventuellement, avec une facture un peu moins salée. Puis, attendez-vous à voir un paquet de variantes toutes plus rapides et excentriques les unes que les autres au cours des prochaines années.

Décidément, on n’a pas fini d’entendre parler de cette nouvelle génération de la Porsche 911! Et c’est tant mieux comme ça.

Encore une fois, Porsche a réussi son pari. Avec la 911 2020, on présente une machine d’une qualité irréprochable, comme les modèles qui l’ont précédé.

image générique pour un article
Automobile

Le Toyota Tacoma 2020 redessiné sera dévoilé à Chicago

La camionnette Tacoma sera revue et améliorée pour l’année-modèle 2020, et sera révélée le 7 février prochain, lors du Salon de l’auto de Chicago.

L’actuelle génération du Tacoma est arrivée sur le marché pour le millésime 2016, mais malgré les nombreux changements, elle conservait une grande partie de la structure du Tacoma précédent, vendu de 2005 à 2015. Cette fois-ci, on aura vraisemblablement droit à des changements au chapitre du design extérieur et – peut-être – une mise à jour mécanique.

Puisque le segment des camionnettes intermédiaires reprend du poil de la bête avec l’arrivée du Ford Ranger 2019 et du Jeep Gladiator 2020, mais aussi la multiplication des variantes du Chevrolet Colorado et du GMC Canyon, Toyota se devait de revoir son populaire camion. Il faut dire aussi que l’on prépare un pickup intermédiaire chez Ram, un nouveau Nissan Frontier serait en élaboration et des rumeurs circulent à l’effet que Hyundai pourrait introduire sa propre camionnette sous peu. Sans oublier le Honda Ridgeline.

Pour l’instant, on ne sait rien du Toyota Tacoma 2020, et le constructeur n’a publié qu’une image de sa camionnette retravaillée. On en saura donc plus long dans une dizaine de jours.

image générique pour un article
Automobile

La Porsche Taycan 2020 pourra remplir ses batteries en moins d'une heure

On sait que Porsche est sur le point de commercialiser sa toute première voiture électrique, la Taycan. Et on sait, inévitablement, qu’elle sera très rapide, capable d’accomplir le 0-100 km/h dans les trois secondes et parcourir jusqu’à environ 500 km sur une seule charge.

Mais pour Porsche, tout ça ne suffit pas. Pour que sa prochaine sportive électrifiée puisse se démarquer, elle ne doit pas qu’être rapide sur la route. Elle doit pouvoir remplir ses batteries plus vite que les autres véhicules électriques (VÉ).

Du gros courant
Parmi les grandes innovations technologiques de la Taycan, on y retrouve un nouveau système électrique de 800 V capable d’accommoder une charge de 350 kW. C’est énorme. Pour mettre les choses en perspective, le réseau Supercharger de Tesla ne peut fournir que 120 kW d’électricité.

Bien entendu, afin de pouvoir accommoder une telle puissance, la Taycan aura besoin d’une borne de recharge adaptée, chose que le groupe Volkswagen prévoit incorporer dans son prochain projet de réseau de bornes Electrify Canada. De plus, Porsche déclare que ses concessionnaires seront eux aussi équipés de telles bornes.

Le résultat d’une telle puissance? Après avoir été branchées pendant seulement quatre minutes, les batteries de la Taycan lui permettront de franchir une distance d’environ 100 km. En à peine 30 minutes de charge, on promet presque 400 km d’autonomie. En un peu moins d’une heure, les batteries de la Taycan seraient chargées à bloc.

De tels chiffres sont à l’heure actuelle les plus rapides de l’industrie des VÉ.

En plus d’être la plus rapide à la borne, Porsche promet qu’il sera possible de recharger votre Taycan gratuitement, pendant trois ans, à son réseau de bornes Electrify Canada. Il reste maintenant à savoir combien ce beau petit jouet allemand coûtera, mais chose certaine, la Taycan risque en effet de faire très mal à Tesla.

image générique pour un article
Automobile

Subaru Impreza 2019 : c’est dans la neige qu’on l’apprécie le plus

Pas facile de rivaliser dans le segment des voitures compactes aux côtés de la Toyota Corolla, de la Honda Civic et de la Mazda3, des véhicules prisés au Canada.

Pour ce faire, la Subaru Impreza dispose d’une arme de choix, un excellent rouage intégral venant de série, qui la rend redoutable lorsque les conditions climatiques se dégradent.

Elle était depuis quelques années la seule dans son segment à profiter de cet avantage, mais elle devra maintenant surveiller de près la nouvelle Mazda3 2019 qui viendra jouer dans ses plates-bandes puisqu’elle sera aussi offerte avec un rouage intégral. Il sera toutefois optionnel dans le cas de la Mazda3 et disponible uniquement dans les versions un peu plus cossues, ce qui permet à l’Impreza de conserver l’avantage de l’abordabilité.

De moins en moins pour les puristes
L’Impreza a toujours su profiter de l’image que dégagent la WRX et son dérivé plus bestial, la WRX STI. Vendue à un prix de base se situant tout juste sous les 20 000 $ – ce qui est tout de même plus élevé que beaucoup de ses rivales – elle s’est un peu embourgeoisée ces dernières années. On a sacrifié son ADN de puriste afin d’élargir la clientèle et ainsi générer un volume de ventes plus important et donc une meilleure profitabilité. De nos jours, il faut ratisser large et on ne peut se permettre d’offrir un modèle niché.

L’Impreza 2019 se décline sous les traits d’une berline quatre portes et d’une familiale à hayon. Vous l’imaginez bien, la version cinq portes est plus pratique en raison d’un volume de chargement supplémentaire, mais il faut débourser environ 1000 $ additionnels par rapport à la berline équivalente.

Côté style, plusieurs aiment mieux la configuration à hayon, surtout si vous optez pour la version Sport qui ajoute des jantes de 18 pouces et une suspension un peu plus dynamique. C’est notre préférée, et c’est d’ailleurs la version que nous avons récemment mise à l’essai. Du reste, ne cherchez pas d’affiliation de style avec la WRX. L’Impreza est nettement plus sobre et repose toujours sur un design aux lignes angulaires. C’est assez générique, mais Subaru se devait de proposer un véhicule moins typé. Mission accomplie, n’en déplaise aux nostalgiques.

Une finition en hausse
La bonne nouvelle, c’est que depuis sa refonte,l’Impreza profite d’une plate-forme qui lui apporte des dimensions plus généreuses. Le tout se traduit par un habitacle plus spacieux pour les passagers ainsi qu’un volume de chargement majoré, spécialement dans le cas de la livrée cinq portes. L’effet est bien perceptible pour le conducteur ; on se sent beaucoup moins étouffé à l’avant, d’autant plus que le tableau de bord et la console centrale ont été épurés.

Un de nos reproches envers l’Impreza – et des modèles Subaru en général – était la finition intérieure qui n’était simplement pas à la hauteur. Même s’il y a encore quelques éléments d’aspect bon marché, Subaru a fait un pas de géant en rehaussant l’apparence de l’habitacle, notamment avec l’ajout de matériaux souples aux endroits de contact. La présentation des composantes a été retravaillée et l’affichage fait moins années 80.

L’autre reproche, c’était son système d’infodivertissement et une fois de plus, Subaru semble avoir écouté les critiques en améliorant l’ergonomie de ce dernier et en assurant sa compatibilité avec Apple CarPlay et Android Auto.

Sous le capot, on a toujours droit au quatre cylindres Boxer de 2,0 litres à injection directe qui développe 152 chevaux pour un couple de 145 lb-pi, soit une puissance en ligne avec la majeure partie de ses concurrentes. Vous pouvez choisir une boîte manuelle, mais elle n’est simplement pas à la hauteur avec ses cinq rapports. C’est une économie de bout de chandelle, on aurait dû opter pour une boîte à six rapports.

Il vaut donc mieux se tourner vers l’automatique à variation continue (CVT). C’est l’antithèse de la sportivité, mais que voulez-vous, c’est un autre compromis que l’Impreza doit faire au nom d’un prix inférieur et surtout, d’une consommation réduite. Cette transmission demeure efficace, mais elle a tendance à faire hurler le moteur lorsque l’on enfonce l’accélérateur. Avec sa configuration à plat, le moteur Boxer est un peu plus rugueux en général et bruyant quand il est froid.

Le test de la neige
Faire l’essai d’une Impreza équipée de bons pneus d’hiver et en pleine tempête de neige suffit à faire oublier tous ses petits désagréments. Il faut savoir que peu de constructeurs offrent des groupes motopropulseurs aussi efficaces que Subaru et c’est là le cœur et le charme de l’Impreza. Il faut être immobilisé à un feu de circulation pour voir avec quel aplomb la voiture redémarre dans deux pieds de neige, laissant loin derrière tous ceux qui croient qu’une voiture à traction est aussi efficace.

Même constat en virage alors que la voiture colle à la route, profitant de la moindre parcelle de traction. On peut même s’amuser à laisser partir légèrement le train arrière pour le ramener dans le droit chemin d’un petit coup d’accélérateur. Bref, avec sa légèreté, un centre de gravité bas et son rouage à prise constante, l’Impreza est idéale pour vous mener à destination sans stress.

En condition normale, elle offre un bon dynamisme grâce à sa direction précise qui nous procure une bonne sensation de la route. La suspension plus rigide de la version Sport ajoute aussi à l’effet en minimisant bien les transferts de poids et la carrosserie assure une bonne rigidité.

Bref, dans la catégorie des modèles compacts, l’Impreza fait partie des plus dynamiques.