La campagne du BIPA primée

La campagne du BIPA primée

Jacques Duchesneau, inspecteur général du Bureau de l’intégrité professionnelle et administrative de la Ville de Saint-Jérôme, Lyne Dunberry, coordonnatrice aux communications et analyste du renseignement, et Marc-André Rivard, membre du jury.

Crédit photo : Courtoisie

Ville de Saint-Jérôme

Le Bureau de l’intégrité professionnelle et administrative (BIPA) de Saint-Jérôme a remporté une Plume de bronze pour sa campagne «Signalez-le au BIPA!»

C’est dans le cadre du 40e colloque annuel de l’Association des communicateurs municipaux du Québec (ACMQ), qui s’est tenu à Drummondville le 31 mai dernier, que le BIPA de Saint-Jérôme a remporté une Plume de bronze pour sa campagne «Signalez-le au BIPA! »

Par ce prix, on a reconnu trois points forts de la campagne, soit la variété des créatifs, l’habileté à inciter les dénonciateurs à passer à l’action et l’humour utilisé pour traiter d’un sujet aussi délicat que la lutte contre la collusion et la corruption. Lors de la cérémonie, 38 réalisations de communication municipale et paramunicipale ont été récompensées durant la soirée de gala.

La campagne qui a été primée a été conçue pour inciter les citoyens à faire des signalements sur la ligne de dénonciation lancée le 12 juin 2017. Deux de ses messages marquants ont été « À quoi bon être le premier à le voir si on est le dernier à le dire » et «Une ville dont l’emblème est le lion ne peut se contenter d’être un chat dégriffé ». Au total, 11 affiches ont été créées, en plus d’un dépliant et d’un site Web attrayant.

« Nous sommes très fiers de cette première campagne publicitaire qui a réussi à briser la peur de dénoncer par l’humour. Quand le BIPA a été créé, en mars 2017, on nous redoutait beaucoup, mentionne l’inspecteur général de Saint-Jérôme, Jacques Duchesneau. Grâce à cette campagne sympathique, on a pu laisser voir que nous sommes faciles d’approche et près des gens. Nous avons ainsi pu adoucir notre image et faire comprendre aux citoyens que nous avions besoin de leur aide et de leurs indices pour faire progresser nos enquêtes. Je suis heureux que mon équipe ait réussi, par sa créativité, à démontrer qu’il est préférable d’évoquer sans provoquer et de faire sourire plutôt que de faire fuir », a-t-il ajouté. Il faut mentionner que depuis son lancement, en juin 2017, le BIPA a reçu plus de 165 signalements.