(Photo : FaceBook Député Youri Chassin)
Des bénévoles du CISSS des Laurentides qui œuvrent à l’hôpital: Michel Lord, chef de service secteur bénévolat; Monique Thibodeau; Jocelyne Fiset, le député Youri Chassin; Diane Brisebois, Francine Séguin et Brigitte Durocher Morin.
|

Bénévoles à l’hôpital : Soutenir des personnes vulnérables

Par France Poirier

Saviez-vous qu’il est possible de faire du bénévolat à l’hôpital dans différents départements ? L’Hôpital régional de Saint-Jérôme compte sur une soixantaine de bénévoles, mais comme le souligne le chef de service, Michel Lord, on en prendrait d’autres.

Rencontré lors de la soirée hommage aux bénévoles de Saint-Jérôme, Michel Lord était accompagné de cinq bénévoles qui œuvrent dans différents secteurs de l’hôpital. « Avant la pandémie, on en avait beaucoup plus que ça, mais on en a actuellement une soixantaine qui sont déployés dans différents secteurs d’activités dans l’hôpital », nous explique M. Lord.

On retrouve des bénévoles principalement à l’accueil, à l’urgence, en clinique externe. Il y en a aussi en hémato-oncologie. Ce sont également des bénévoles qui s’occupent de la boutique cadeaux que l’on retrouve à l’entrée de l’hôpital. Il y a des bénévoles qui servent du café et des jus. Certains offrent même de l’accompagnement, alors que d’autres font des « visites d’amitié », comme on les appelle. « Ils vont à la rencontre de patients dans différentes unités, notamment en gériatrie pour leur tenir compagnie, et aussi en soins palliatifs », explique le chef de service. Ce sont principalement dans ces secteurs où sont déployés des bénévoles.

« On est toujours à la recherche de gens curieux, dynamiques, qui sont capables de se déplacer et qui ont le contact facile. Évidemment, les gens qui viennent à l’hôpital sont souvent déstabilisés, stressés ou angoissés selon la raison pour laquelle ils viennent à l’hôpital. Souvent leur premier contact est le bénévole qui les accueille. Nos bénévoles sont identifiés avec des vestes et vont pouvoir les guider et les orienter à l’intérieur de l’hôpital », raconte M. Lord.

Des personnes empathiques

Jocelyne Fiset est à la boutique cadeaux depuis plusieurs années. Brigitte Durocher Morin accueille les gens à l’urgence. « J’aime ça être à l’urgence. J’ai travaillé 35 ans dans le milieu de la santé, alors ça ne m’énerve pas. Il y a des gens qui sont en détresse, des personnes itinérantes. Il faut être débrouillarde et avoir de l’empathie », souligne celle qui fait du bénévolat depuis quelques années déjà. « J’en faisais avant la pandémie, puis on a arrêté et j’ai repris depuis quelques années. »

Francine Séguin travaille à la clinique d’hémato-oncologie où elle reçoit des gens qui viennent faire des traitements de chimiothérapie. Elle les accueille, les guide. La première fois qu’on se présente en hémato-oncologie, c’est souvent stressant et déstabilisant, alors le sourire et l’empathie d’une personne qui nous accueille peut être rassurant.

« L’équipe des bénévoles contribue à l’amélioration de la qualité de vie des usagers et des résidents par leur présence, leurs attentions particulières ou en rendant des services ponctuels. Les services sont un complément essentiel aux actions des équipes soignantes et favorisent une plus grande humanisation des soins », peut-on lire sur le site du CISSS des Laurentides.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *