(Photo : Partage Lodge)
|

Partage Lodge : Rendre les séjours en plein air accessibles à tous

Par Marie-Catherine Goudreau

Favoriser les rencontres et rendre les séjours en plein air dans les Laurentides accessible à tous, c’est la mission que se sont donnée Marjorie Roy et Maxime Leblanc-Dumont en fondant le Partage Lodge.

L’idée de faire ce genre d’hébergement leur est apparue lors des voyages du couple. « On a voyagé pendant quatre mois en Amérique du sud et on a testé beaucoup d’hébergements durant ce voyage », explique Marjorie. Avec un enfant d’un an et demi, ils ne voulaient pas restés cloitré à leur chambre d’hôtel le soir. Les hébergements qu’ils ont préférés étaient les maisons avec des salles communes partagées avec d’autres voyageurs. « C’est le même principe qu’un auberge de jeunesse, mais c’est pour adultes », explique la copropriétaire.

Ainsi, en revenant au Québec, la famille a déménagé à Val-Morin et s’est mise à chercher une place pour partir leur projet touristique. Puis, le couple a vu que le Couvent de Val-Morin vendait un de ses bâtiments. « J’ai contacté le propriétaire, je lui ai parlé de mon idée de projet et je lui ai demandé s’il était intéressé. Il a accepté ! », se réjouit Marjorie. C’est ainsi qu’est née la collaboration entre le Couvent et le Partage Lodge.

Une chambre au Partage Lodge coûte moins de 100 $ par nuit.

À mi-chemin entre hôtel de luxe et auberge de jeunesse

En parlant avec des amis de Montréal et d’ailleurs, Marjorie et Maxime se sont rendus compte que plusieurs s’empêchaient de venir dans les Laurentides et de profiter de la nature en raison des coûts d’hébergement trop élevés. « À Val-Morin, on a un véritable terrain de jeu, avec le parc régional, la proximité de la forêt, des patinoires, etc. Je ne pouvais pas croire que les gens s’empêchaient de venir en raison des coûts ! », déplore Marjorie.

« Le but premier, c’est vraiment de rendre accessible ce terrain de jeux à tout le monde, pour les familles entre autres. »

– Marjorie Roy

Marjorie Roy et Maxime Leblanc-Dumont, fondateurs du partage Lodge.

Lors de leurs recherches, le couple ne trouvait pas d’hébergements en bas de 100 $ dans les Laurentides. Il y a d’autres hébergements comme des refuges, des hôtels de luxe, des auberges de jeunesse, mais pas comme ce qu’ils avaient en tête. « On ne trouvait pas d’hébergement entre deux – entre la luxure et les auberges moins confortables. »

Créer des connexions et des relations

Puis, ce genre d’hébergement favorise aussi les rencontres et les échanges, grâce aux salles communes. « Lors de nos voyages, on a vraiment connectés avec des personnes qui étaient hébergées dans la même maison que nous », dit-elle. Elle voulait que ce lien serve à créer des connexions et des relations, surtout. « C’est vraiment comme un chalet : calme et confortable. Les gens qui viennent ici sont là pour la même passion », souligne Marjorie.

« Je vois la société évoluer et je trouve que les gens se parlent de moins en moins. Puis, je vois la situation économique actuelle. Je voulais inculquer des valeurs que j’ai vécues en voyageant, notamment à mon fils », raconte Marjorie.

Ainsi, on trouve au Partage Lodge des chambres qui comptent de un à quatre lits, une cuisine, un salon et une salle de jeux – tous partagés. Tous les voyageurs ont accès à la piscine et aux stationnements du Couvent. Ils ont également droit à un rabais pour les cours de yoga offerts au Couvent.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *