Marianne Lacharité- Lemieux, kinésiologue. (Crédit photo: M361 | Moteur d'impact social)
|

L’activité physique au travail de plus en plus populaire

Par France Poirier

Un sondage réalisé auprès de 300 dirigeants de PME québécoises révèle que la principale préoccupation des employeurs dans le contexte actuel est la pénurie de main-d’oeuvre. Ce même sondage dévoile que l’activité physique au travail est de plus en plus populaire.

Ce sondage démontre qu’en 2021, la pénurie de main-d’oeuvre était en tête des préoccupations avec 37 %. Alors qu’en 2020, elle était à 5 %. Par ailleurs, suivaient de près les enjeux d’attraction et de rétention du personnel avec 28 % en 2021 contre 10% en 2020. On note que la pandémie a changé les enjeux dans le domaine de l’emploi, chamboulant le monde du travail.

ACTIZ, une initiative du ministère de l’Éducation du Québec et de M361, a réalisé un premier sondage en mai 2020, puis un deuxième en décembre 2021 sur la pratique régulière d’activités physiques en entreprise.

La promotion de l’activité physique

Le projet ACTIZ existe depuis 2019. Il est dédié à la promotion de l’activité physique au travail. Il aide les entreprises dans le virage à prendre pour réaliser leurs objectifs. « On a voulu savoir depuis la pandémie quels étaient leurs préoccupations et les bienfaits apportés lorsque l’on implante de l’activité physique. On s’est rendu compte que les employeurs étaient soucieux d’offrir une qualité de vie au travail, de rehausser le bien-être de leurs employés. Il y a également des préoccupations par rapport à la rétention de la main-d’oeuvre et l’attractivité pour attirer du personnel qualifié. Il y a aussi un souci de productivité », nous explique Marianne Lacharité-Lemieux, kinésiologue.

En intégrant des mesures d’activités physiques, 80 % des employeurs croient que cela a des effets sur la santé, sur la cohésion d’équipe, sur le climat de travail et sur la productivité.

Plusieurs mesures sont déjà appliquées par certains employeurs pour favoriser l’activité physique. On retrouve du temps de libéré sur les heures de travail. « Certains accordent trois périodes de 30 minutes par semaine pour bouger, sortir dehors et faire de l’exercice en groupe par exemple. Les employés apprécient, s’identifient et travaillent mieux. L’étude prouve que les travailleurs recherchent les entreprises qui vont leur donner une qualité de vie au travail. C’est de plus en plus important. Et les employeurs ont cette même préoccupation de réduire le stress au travail. C’est encore plus vrai depuis la pandémie. Ça développe un sentiment d’appartenance et un bel esprit d’équipe. La période d’isolement qu’on a vécu a rehaussé ce sentiment. Les employeurs ont usé d’ingéniosité lors du télétravail et ça fait la différence. Ces outils sont adaptés pour aider les entreprises en ce sens », ajoute la kinésiologue.

Pour plus d’informations sur l’activité au travail, visitez actiz.ca

D’ailleurs, la mise en place de mesures favorisant la pratique régulière d’activités physiques pour les employés constitue l’une des solutions clés aux principales préoccupations des employeurs. C’est ce que démontre l’avis scientifique L’activité physique au travail : des bienfaits pour tous du Comité scientifique de Kino-Québec (2019). La moitié des employeurs sondés (56 %) jugent important de mettre en place de telles mesures.

Ce sondage nous apprend également que les gestionnaires sont conscients des avantages de la pratique régulière d’activités physiques au travail. Selon eux, une entreprise qui la favorise auprès de ses employés contribue à :

• Améliorer la santé mentale des employés (80 %)

• Améliorer la gestion du stress et de l’anxiété pour les employés (78 %)

• Favoriser un climat de travail sain et sécuritaire (73 %)

• Améliorer l’esprit d’équipe parmi les employés (69 %)

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.