(Photo : Cabane Arthur Raymond)
|

Cabane Arthur Raymond : Une histoire de famille

Par Marie-Catherine Goudreau

Depuis 1955, la famille Raymond a fait sa place dans les cabanes à sucre des Laurentides. Fondée par Arthur et Laurette Raymond, la cabane à sucre est maintenant dans les mains de leurs petits-enfants Nicolas et Julie Raymond. La tradition familiale se poursuit, de génération en génération.

« À l’époque de mes grands-parents, la cabane était plus rudimentaire et on utilisait des méthodes ancestrales, à la chaudière, pour récolter l’eau d’érable », explique Nicolas Raymond. « On avait une bonne réputation locale pour nos soirées dansantes. Il y avait des groupes privés qui venaient. On avait beaucoup de gens. »

« On dit souvent que ce n’est pas du sang qui coule dans nos veines, mais de l’eau d’érable. » – Nicolas Raymond, copropriétaire

Une fierté familiale

Les enfants des fondateurs ont racheté la Cabane Arthur Raymond, située à Piedmont, dans les années 1990. Puis en 2008, Nicolas et Julie ont pris la relève à leur tour. « Tout le monde de la famille a contribué à la cabane, de près ou de loin au cours des 66 dernières années. Ce sont trois générations de bâtisseurs qui ont fondé la cabane à sucre », soutient Nicolas.

« C’est tellement une fierté familiale et locale. Puis, on veut garder cette tradition, d’une expérience réconfortante et actualisée en même temps. Bien qu’on propose une offre culinaire différente, ça reste basé sur les valeurs de notre famille et les saveurs du terroir », ajoute-t-il.

Selon Nicolas, l’emplacement de la cabane, nichée sur la montagne, est l’une de leur force. Puis, la famille s’assure d’accueillir les clients comme s’ils étaient à la maison.

« C’est dans nos valeurs. C’est vraiment important pour nous de conserver cette cabane. Il y a tellement eu de joie, de plaisir et de bonheur au fil de ces décennies, qu’on veut poursuivre cette tradition. »

Par ailleurs, ce sont les mêmes recettes qui sont cuisinées depuis le temps d’Arthur et Laurette. « Nous avons gardé les livres de recettes et nous avons toujours les mêmes méthodes. Même si le volume change, le goût reste. […] Nos spécialités sont le ragoût de boulettes, nos bajoues, nos omelettes, les cretons et bien sûr, le sirop d’érable », souligne fièrement Nicolas.

Conserver les traditions tout en innovant

Au fil des années, la cabane a évolué, mais la tradition est toujours restée. La famille a investi pour rénover et faire des agrandissements afin d’accueillir plus de personnes. Au milieu des années 1970, les propriétaires ont instauré un système de tubulures et d’évaporation pour récolter l’eau d’érable. Aussi, ils ont réaménagé le chemin d’accès pour s’y rendre et rénové la cabane pour y installer une mezzanine notamment.

« C’est tout un défi de rénover, parce qu’on a le goût de remettre ça neuf, d’essayer de nouveaux matériaux. Mais il faut garder ce cachet, l’ambiance, le plancher qui craque par exemple. On souhaite conserver l’aspect très familial de la cabane à sucre », explique Nicolas.

La préparation pour le temps des sucres est déjà amorcée à la cabane Arthur-Raymond. « C’est fou, fou, fou ! », soutient Nicolas. Les gens ont déjà commencé à réserver et les récoltes de l’eau d’érable devraient commencer dans les prochaines semaines.


Le Domaine des Pays d’en Haut regroupe la cabane à sucre, les glissades, le théâtre ainsi que les tours d’hélicoptère. Il est situé à Piedmont.

Pour plus d’informations, visitez le site web cabanedpdh.com 

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *