Book humanitaire : « Aider son prochain nourrit l’âme » — Rachel Lapierre

Book humanitaire : « Aider son prochain nourrit l’âme » — Rachel Lapierre

Sur la photo on voit Rachel Lapierre faire des traitements de poux à une maman qui en a tellement qu’elle a beaucoup de plaies sur la tête. Après une mission d’un mois à Calcutta, Rachel Lapierre repartait au Sénégal pour une autre mission d’un mois qui se terminera le 1er décembre.

Crédit photo : courtoisie

Chronique : “On a rencontré un ange”

Françoise Le Guen, collaboration spéciale

C’est du Sénégal, sur le coin d’une table, là où il y a de l’internet, entre le chant de la prière du soir et les enfants qui jouent à côté d’elle, que Rachel Lapierre, la présidente du Book humanitaire, a répondu à nos questions.

Toujours en action, convaincue qu’en-semble nous pouvons faire une différence, elle va ou la vie la mène, vers ceux qui ont besoin d’aide, vers ceux qui veulent aider.

Vague d’amour

Rachel nous le dit, donner nous rend heureux. « Un petit geste fait avec beaucoup d’amour change le monde, car lorsque nous aidons une personne vous la rendez heureuse et elle fera elle aussi une bonne action et ainsi de suite. Donc, votre petite action peut devenir une vague d’amour! »

Au début, elle a commencé à donner de la soupe dans les parcs, ensuite des vêtements et, un à un, les gens se sont joints à elle pour former le mouvement le Book humanitaire. Mais les missions humanitaires, elle le faisait déjà bien avant le Book. « Je fais ça depuis plus de 20 ans partout à travers le monde ».

Rachel nous raconte : « Autrefois, les gens s’entraidaient entre voisins. Une personne passait au feu et tout le monde arrivait pour rebâtir, une femme accouchait et les petits plats étaient devant la porte.

Aujourd’hui nous connaissons à peine notre voisin. Celui-ci peut mourir sur son plancher, personne ne le sait. Nous trouvons des personnes âgées couchées au sol depuis plusieurs heures. Nous trouvons des gens sans lits, sans frigos, sans nourriture, sans divans, sans vêtements, ici, au Québec, et personne ne voit ça. »

Faire une différence

D’où l’importance de se préoccuper de nos voisins, de nos enfants, nos personnes âgées, les personnes vulnérables. « Nous avons besoin de faire une bonne action par jour, ce qui changera le monde. Que ce soit donner un plat de biscuits, une soupe, une paire de bas chauds, une écoute, une visite ou une épicerie, bref des millions d’idées pour un monde meilleur. »

Mais surtout les gens ont besoin d’amour constate-t-elle. « Certaines personnes pleurent juste parce que nous les touchons, car plus personne ne les touche. » Ce bien qu’ils font, ce bonheur qu’elle reçoit, Rachel le voit tous les jours. « Quand je vois les gens sourire après notre visite, quand je vois une maman pleurer de joie, car elle vient de recevoir une épicerie, quand une personne âgée tremble de joie, car elle n’est plus seule. Quand nous sommes là pour les sans-abris. Quand aucun mot n’est nécessaire pour dire merci. Quand les yeux disent merci du fond du cœur. »

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, le Book humanitaire est une fondation à but non lucratif qui donne la chance à tous ceux qui le désirent d’aider leurs prochains en faisant le lien entre des gens de cœur et les gens dans le besoin.