Bisbille à la direction générale de Loisirs Laurentides

Photo de Journal Le Nord
Par Journal Le Nord
Bisbille à la direction générale de Loisirs Laurentides
Jacques Allard espère participer au livre des 50 ans de Loisirs Laurentides, comme il l’a fait pour le 40e.

Jacques Allard remplacé

Directeur général de Loisirs Laurentides (L.-L.) depuis 39 ans, le Prévostois Jacques Allard a été informé que ses services ne sont plus retenus. Depuis la mi-mars, Mme Élaine Lauzon occupe le poste à titre intérimaire.

Dans une missive envoyée aux membres et partenaires, le 8 avril, le président du conseil d’administration, M. Michael Leduc, a informé que «M. Jacques Allard n’est plus au service de Loisirs Laurentides (…), mais que les services et programmes offerts vous seront rendus avec tout le professionnalisme auquel vous êtes habitués».

Le principal intéressé n’a pas tardé à faire valoir sa position.

«Dans l’objet de la lettre, ils parlent de départ. Mais en fait, je ne suis jamais parti : ils m’ont congédié. Ils ont parlé d’un bris de confiance. En 39 ans de carrière ici, je n’ai jamais reçu de réprimande. J’ai été loyal et bon gestionnaire. Ils ont créé un comité d’appréciation du directeur général, composé de Michael Leduc, de Sylvain Benoît et de Christian Berland. Ils pensaient que l’âge de la retraite est fixé à 65 ans, mais ce n’est pas le cas, dans la charte d’un OSBL».

M. Allard aura 65 ans, le 31 mai prochain. Il aimerait prolonger son mandat de deux ans, jusqu’aux 50 ans de L.-L, en 2021.

«C’était plutôt un comité de dépréciation. Quand tu reçois des notes de 1 et 2 partout, sur une possibilité de 5 points, tu constates une job de bras. J’ai présenté un plan de transfert de connaissances et de délégation, sur deux ans, mais ça a été refusé».

Parmi ses réalisations, M. Allard a négocié des ententes avec le gouvernement du Québec.

«J’ai été chercher du financement pour 4 années. De plus, la rédaction passée du livre du 40e anniversaire de l’organisme, avec Richard Leduc, est une fierté. Je compte participer à l’élaboration du livre du 50e».

Nouveau scénario

Devant la tournure des événements, Jacques Allard a bougé.

«J’ai porté plainte à la Commission des normes du travail. Je dispose d’un contrat à durée indéterminée. Il n’y a pas eu d’entente de séparation et ça représente des pertes de revenus de 27 mois, si je ne pars pas en 2021. J’ai aussi ouvert un dossier auprès de la CNESST, pour harcèlement du trio d’évaluation, qui a voulu me pousser à la retraite».

Version du c.-a.

De son côté, le président du c.-a. de L.-L., M. Michael Leduc, a expliqué le litige en ces termes.

« Premièrement, je siège à la Fadoq-Laurentides. Ça n’a pas de bon sens de parler d’un cas d’âgisme. Nous reconnaissons son apport, mais, dans certaines choses, il a commis des erreurs importantes de jugement et aurait dû obtenir une motion du c.-a. Nous sommes 21 administrateurs, au c.-a., et nous pouvons justifier notre prise de position».

«Nous avons d’ailleurs émis un préavis à M. Allard. L’indemnité de départ est d’un an de salaire, mais il en voudrait deux. Je ne commenterai pas plus le dossier, car nous espérons encore discuter avec son médiateur», a commenté Michael Leduc.

À propos

L’Unité régionale de loisir, de sport et de plein-air des Laurentides, mieux connue sous le nom de Loisirs Laurentides, est l’acteur central reconnu dans la région. Fondé en 1971, Loisirs Laurentides, compte près de 50 ans d’expérience dans la coordination d’événements. L’organisme regroupe 10 employés, de nos jours.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'abonner  
Notifier de