Baseball féminin : Une athlète de Saint-Anne-des-Lacs promise à un brillant avenir

Baseball féminin : Une athlète de Saint-Anne-des-Lacs promise à un brillant avenir

Maëva Saint-Pierre affectionne les casques de receveur de type «vintage».

Crédit photo : Sophie-Sonia Dufresne

La baseballeuse Maëva Saint-Pierre, de Sainte-Anne-des-Lacs, est identifiée «athlète espoir», au sein du programme d’excellence de Baseball Québec (BQ).

La jeune femme de bientôt 14 ans revient d’un séjour en Floride, où elle a parfait son jeu avec d’autres joueurs des Cimes, de la Polyvalente de Saint-Jérôme.

Les athlètes du programme sport-études, inscrits au profil baseball de la maison d’enseignement de la rue Filion, participent chaque hiver à un camp tenu à Vero Beach, aux installations de pointe, jadis utilisées par les Dodgers de Los Angeles.

Dans une lettre d’appui à son support financier, rédigée par le Directeur technique de BQ, Sylvain Saindon, celle qui se démarque au poste de receveur a reçu beaucoup d’éloges.

Programme d’excellence

«Maëva fait partie du programme d’excellence de Baseball Québec (BQ), étant identifiée athlète espoir, au sein de la structure de la fédération. Cette identification vient du fait qu’elle a représenté sa région (Laurentides) lors du dernier Championnat provincial pee-wee féminin, en 2018. Si elle se développe bien, elle pourrait devenir une candidate très intéressante pour nos équipes féminines provinciales futures», a-t-il estimé.

Maëva Saint-Pierre porte l’uniforme des Pirates de Prévost, parmi des garçons, lors des saisons estivales. Elle partage aussi son temps avec les Rebelles des Laurentides, la formation élite féminine de la région. «J’ai participé à un camp d’Équipe Québec, à Drummondville, pour les moins de 14 ans. Avec les Rebelles, lors d’un tournoi, j’ai agi comme receveur à la fois pour leur équipe pee-wee et bantam. J’ai le goût constant de m’améliorer», a souligné celle qui est reconnue pour frapper son lot de doubles.

Forte des appuis de BQ, la jeune Saint-Pierre et 140 joueuses du Canada et des États-Unis ont été invitées à soumettre leur candidature à un camp élite féminin, au Texas, où tous les coûts étaient défrayés par les Ligues de baseball majeur (MLB).

Ce furent finalement trois québécoises d’âge junior (16 ans et plus), soit Alexane Fournier, Sophy Gagné et Sena Sofia Caterall, qui ont réussi à se faufiler parmi les 64 joueuses ayant participé au camp et au tournoi High School girls baseball invitation, le «MLB Grit».

Quelques québécoises se sont déjà démarquées au pays d’oncle Sam. Émilie Laliberté, de Granby, a étudié dès 2014 au Collège communautaire de l’état du Kansas, pour ensuite atteindre les rangs universitaires (NCAA), avec les Griffons de l’Université Western Missouri. «C’est mon rêve d’atteindre les universités américaines. Je prends les bouchées doubles pour obtenir les notes nécessaires (moyenne académique générale supérieure à 90 %) et améliorer mon anglais. Éven-tuellement, j’aimerais travailler dans l’animation de films ou de dessins animés», a-t-elle prévu.

Apprentissage intense

Pour le moment, Maëva Saint-Pierre, une étudiante de deuxième secondaire, a fait sa niche au sein du programme des Cimes, pour une première fois, en septembre dernier. «Nous nous entrainons à raison de trois heures par jour, soit 15h par semaine. J’évolue aussi au monticule et au 3e but. Je travaille actuellement la coordination de mes réflexes. En Floride, on a travaillé l’angle de mon bâton, en position d’attente», a ajouté celle dont le bras représente l’atout majeur.