Le retard d’un autobus soulève des craintes parentales

Par Luc Robert
Le retard d’un autobus soulève des craintes parentales

La frousse qui s’était vite propagée sur Facebook, le mercredi 4 novembre dernier, après qu’un autobus eût été en retard de plusieurs minutes à Saint-Hippolyte, n’aura été que passagère. Le véhicule jaune de transport no. 149 était demeuré prisonnier d’un secteur glacé, lors de son tracé quotidien.

Des parents ont rapidement signalé que des jeunes étaient soit revenus à la maison, ou étaient demeurés à leur point d’embarquement, seuls, pendant la période des grands vents.

« L’autobus qui dessert ce circuit est resté coincé dans une côte, en raison de la chaussée glacée. Il y avait à son bord 23 élèves, à ce moment, qui ont pu se rendre à l’école, après que des abrasifs aient été répandus sur la chaussée, avec environ 30 minutes de retard. Les autres élèves du circuit, qui n’étaient pas à bord du premier véhicule, ont pu monter à bord d’un autre autobus, qui est venu les chercher avec quinze ou vingt minutes de retard », a décrit Mme Nadyne Brochu, conseillère en communication, au Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord (CSSRDN).

Craintes parentales

Sur le site Spotted Saint-Hippolyte, des parents ont largement fait état de cet incident.

« Pour l’école du Grand Rocher, l’autobus n’est jamais passé ce matin. Il y a plein de jeunes enfants qui attendaient encore dehors, à l’arrêt, et leurs parents étaient déjà partis travailler. J’ai appelé la police, car les enfants ne peuvent ni rentrer chez eux ni rien faire d’autre. Assurez-vous qu’ils entrent bien dans l’autobus, avant de les laisser », peut-on lire sur une publication anonyme de la page Facebook. Ce à quoi Mme Brochu a renchéri. « Chaque année, nous rappelons aux parents l’importance de ne pas laisser leur(s) enfant(s) seul(s) à l’arrêt d’autobus, mais d’attendre le passage de celui-ci, avant de partir pour le travail. Des incidents comme celui-ci arrivent fréquemment. Tant qu’ils ne sont pas à bord de l’autobus, il revient aux parents d’assurer la sécurité de leur(s) enfant(s). »

Covid-19

Dans un autre ordre d’idées, le mot s’est vite ébruité à l’effet que la Covid-19 a connu un épisode d’éclosion, à l’école des Hauteurs, l’autre établissement scolaire élémentaire situé à Saint-Hippolyte.

« En ce moment, nous avons une classe de fermée à l’école des Hauteurs, pour un cas d’élève déclaré (positif). Le retour à la normale pour cette classe et pour l’élève est prévu le lundi 9 novembre. En fait, la Santé publique a donné le OK pour le 7 novembre, mais il s’agit d’un samedi », a indiqué Mme Brochu.

Un élu local a ajouté suivre la situation locale de près. « Nous demeurons vigilants. Il n’y a environ que 5 cas actifs à Saint-Hippolyte. L’étau se resserre un peu vers les Laurentides, mais il n’y pas vraiment de préoccupations majeures à notre institution, outre ce cas », a renchéri M. Bruno Allard, membre de la communauté, au sein du Conseil d’établissement de l’école des Hauteurs. Il est également conseiller municipal.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments