Anaïs Barbeau-Lavalette : De l’impuissance à la mobilisation

Par Ève Ménard
Anaïs Barbeau-Lavalette : De l’impuissance à la mobilisation
Anaïs Barbeau-Lavalette et Les Mères au front ont aussi profité de leur mobilisation pour remettre à Monsieur Trudeau les « 101 idées pour une relance verte et juste », un plan d’action préparé principalement par des scientifiques et économistes. (Photo : Julie Durocher )

Le 21 octobre dernier marquait le premier anniversaire de la réélection du premier ministre Justin Trudeau. Pour l’occasion, des Mères au front se sont rassemblées à son bureau de Montréal pour réclamer de son gouvernement des actions plus ambitieuses et du courage politique face aux changements climatiques. Anaïs Barbeau-Lavalette, cinéaste, auteure et co-instigatrice du mouvement des Mères au front, discute avec nous de cette mobilisation, d’engagement et de remise en question.

À Montréal la semaine dernière, la lecture des principales revendications, dont la sortie des énergies fossiles et l’abandon du projet de réfection du pipeline Trans Mountain, s’est suivie de nombreuses minutes de silence au cours desquelles les participants se sont étendus au sol. Somme toute, il s’est agi d’un moment « fort », selon la cinéaste, pour qui le plus choquant demeure l’insuffisance des actions entreprises par le gouvernement devant l’ampleur de la situation. « Nous ne pouvons plus faire semblant que la crise environnementale n’existe pas et surtout, nous ne pouvons plus faire semblant que nous ne savons pas comment l’affronter. »

Porter la voix des enfants

Selon Anaïs Barbeau-Lavalette, les solutions existent et il ne reste qu’aux gouvernements d’avoir le courage de les mettre en place, ne serait-ce que pour assurer la sécurité des futures générations. Justement, la mission principale des Mères au front est de protéger l’avenir des enfants, dont la voix n’est pas encore suffisamment forte pour défendre leurs intérêts. « Ce serait un grand crime que le gouvernement n’ait pas utilisé son courage politique au moment où il aurait dû le faire. »

Le courage décisionnel et politique qu’a déclenché la crise sanitaire est le même que la cinéaste revendique pour la crise environnementale. « L’urgence climatique est du même ordre, sinon plus grand. Ce que ça nous prouve, c’est que nous sommes capables de prendre de grandes décisions qui ne plaisent pas nécessairement à tout le monde, mais qui assurent la sécurité et la santé. »

Émerger du désespoir

Les jeunes semblent manifester des craintes de plus en plus tôt par rapport à leur avenir et à celui de la planète. Il s’agit d’appréhensions auxquelles Anaïs Barbeau-Lavalette est déjà confrontée de la part de ses enfants, âgés de 5, 8 et 9 ans.

L’hiver dernier, l’auteure raconte avoir vécu une période difficile au cours de laquelle elle ressentait de l’impuissance, notamment vis-à-vis l’impossibilité de rassurer et de protéger ses propres enfants. Lorsqu’elle a voulu trouver du réconfort auprès de Laure Waridel, environnementaliste et activiste, elle y a plutôt retrouvé les mêmes sentiments. « C’est de notre tristesse, de notre éco-anxiété qu’est né le désir de rencontrer d’autres mères. » À travers cette mobilisation, l’auteure a réussi à surmonter son désespoir, une expérience qu’elle qualifie de salvatrice. « Du moment que tu es dans l’action, tu émerges de cette profonde tristesse. »

 

Un tournage écoresponsable!

La Déesse des mouches à feu, réalisé par Anaïs Barbeau-Lavalette, a connu un excellent départ à sa sortie dans les cinémas avant que la deuxième vague de la Covid-19 ne force son retrait des grands écrans.Succès auprès du public et des critiques, le film peut aussi se vanter d’être un succès environnemental. En effet, il a été tourné de manière complètement écoresponsable. Chaque chef de département a dû réfléchir avec un expert à la façon dont il pouvait réduire son empreinte carbone. Entre autres, on privilégiait le covoiturage, le compost à la cantine et les matières recyclables et recyclées pour les décors et les costumes. Le processus a été documenté et pourra servir de référence pour d’autres productions.

Partager cet article
S'abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments