Sections

Pour ne pas oublier les femmes victimes de violence

Place de la Paix


Publié le 13 décembre 2017

Des membres d’organismes communautaires se sont réunis à la Place de la Paix pour commémorer la mémoire des femmes tuées notamment le 6 décembre 1989 à l’École polytechnique.

©Photos : France Poirier

Douze jours d’action contre la violence faite aux femmes ont débuté le 25 novembre qui représente la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et se sont clôturés le 6 décembre, Journée de commémoration d’action contre la violence faite aux femmes.

Cette année, le thème des 12 jours d’action était La violence est systémique. « Notre constat est unanime : les violences envers les femmes sont systémiques et encore plus virulentes envers celles d’entre nous qui se trouvent à la croisée de plusieurs discriminations. Par exemple, les taux de victimisation sont plus élevés chez les femmes vivant avec un handicap ou chez les femmes autochtones », a expliqué l’une des porte-parole du comité local d’actions féministes, qui regroupe les organismes le Centre des femmes les Unes et les Autres, la Maison d’Ariane et le Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (Calacs-Laurentides).

Pour l’occasion, différents organismes communautaires se sont réunis à la Place de la Paix à Saint-Jérôme pour commémorer la mémoire de femmes tuées parce qu’elles étaient des femmes, comme les quatorze victimes de l’École polytechnique, la victime du collège Dawson, la violence systémique envers les femmes autochtones et les femmes et enfants assassinés au cours de l’année au Québec.

Les victimes ont été nommées et des rubans blancs ont été accrochés à l’un des arbres de la paix en mémoire de celles-ci. Une chandelle et la photo de chacune des quatorze victimes de la tuerie de l’École polytechnique ont été déposées pour s’y recueillir le temps d’une minute de silence.

Le 6 décembre marqué à jamais

Les organismes de la région se souviennent chaque année du 6 décembre 1989. « La tuerie du 6 décembre reflète d’une manière tragique la violence faite aux femmes dans le quotidien : viol, harcèlement sexuel, inceste, attouchements, sexisme, violence conjugale, meurtre. Cette journée s’inscrit dans le cadre des douze jours contre la violence faite aux femmes », selon le comité local d’actions féministes.