Sections

De la haute technologie pour les étudiants en soins infirmiers

Cégep de Saint-Jérôme


Publié le 13 novembre 2017

On a lancé la campagne de financement de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme le 7 novembre dernier.

©Photo :France Poirier

La Fondation du Cégep de Saint-Jérôme lançait officiellement sa campagne majeure de financement pour soutenir le collège dans l'acquisition d'équipements de pointe pour son programme de soins infirmiers.

Ce projet a pour but d'ajouter de nouveaux équipements pour les centres de simulation haute-fidélité des campus de Saint-Jérôme et de Mont-Laurier. Ceux-ci contribuent à enrichir la formation des étudiants, mais aussi à soutenir le perfectionnement des différents intervenants; les infirmiers, les médecins ainsi que les premiers répondants. Le coût du projet est évalué à 1,6 M$.

Une révolution technologique

Annie Denoncourt et Sylvie Marsan ont démontré le fonctionnement de l'un des mannequins intelligents.
Photo :France Poirier

Le simulateur haute-fidélité ou mannequin intelligent possède des caractéristiques physiologiques d'un être humain. Il permet aux étudiants de s'exercer dans un environnement sécuritaire et concret qui se compare en milieu hospitalier. «Lorsqu'ils arrivent en stage, ils ont déjà pratiqué les techniques sur les mannequins, ce qui développe une meilleure confiance en eux », expliquent Annie Denoncourt et Sylvie Marsan, coordonnatrices des Centres de simulation du cégep de Saint-Jérôme et du Centre collégial de Mont-Laurier.

Le département de soins infirmiers du cégep a fait l'acquisition, en 2014, d'un parc d'équipements qui a permis d'amorcer un virage pédagogique et technologique important. Il était toutefois important de faire l'acquisition de nouveaux équipements pour rehausser la formation. « Actuellement, nous avons développé 19 scénarios avec les mannequins intelligents et on veut en avoir 31. Lors d'un stage, chaque étudiant ne peut pas vivre tous les scénarios, mais avec le centre de simulation, ils les pratiquent tous », ajoutent les coordonnatrices.

Elles expliquent que ces simulations leur apportent plus d'assurance, d'autonomie et le sens du travail d'équipe et le leadership.

Coprésidents d'honneur

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, et Dr Michel Massé, médecin dans les Hautes-Laurentides depuis 1978, ont accepté la coprésidence d'honneur de la campagne de financement Voir grand pour soigner. « En regard de la santé, notre collectivité a trois devoirs. Un devoir de prévoyance considérant la croissance et le vieillissement de la population, un devoir d'efficacité en ce qui concerne la formation des intervenants et les moyens d'agir mis à leur disposition, et enfin, un devoir de générosité qui est plutôt un élan du cœur, en vue d'améliorer le sort des personnes vulnérables et des générations futures. Je crois que cela constitue d'excellentes raisons de donner », a souligné Stéphane Maher.

Pour sa part, le Dr Michel Massé souligne que ce projet mobilisateur permettra au collège de se doter d'équipements ultramodernes et de favoriser la rétention de nos étudiants du domaine de la santé dans la région. « Je suis persuadé que le Centre de simulation joue un rôle essentiel dans la formation polyvalente et rigoureuse des professionnels de la santé à y contribuer », ajoute ce dernier.

Résultats préliminaires

Carole Marchand, présidente de la Fondation du Cégep de Saint-Jérôme, a présenté les résultats préliminaires de la campagne de financement qui s'élèvent à 940 725 $, soit 59 % de l'objectif qui est de 1,6 M$. « Ça fait une différence d'investir dans le domaine de la santé et ça permet la formation d’élites », a ajouté Mme Marchand.

« Les résultats dévoilés me donnent bon espoir de réaliser notre objectif. C'est important pour le développement de notre milieu », ajouté Nadine Le Gal, directrice générale du cégep de Saint-Jérôme.

Le député Marc Bourcier a pour sa part souligné l'excellence du programme en soins infirmiers de Saint-Jérôme qui a toujours fait la fierté du collège et dont la réputation n'est plus à faire.