Julie Gravel et Guylaine Charlot, organisatrices de l'événement. (Crédit photo: France Poirier)
|

Une rencontre de proches aidants qui fait du bien

Par France Poirier

À la suite d’une proposition de la ministre Marguerite Blais pour offrir de la formation aux proches aidants, les organismes Maison Aloïs Alzheimer et l’Antr’Aidant ont plutôt suggéré d’organiser un colloque pour reconnaître l’implication des proches aidants.

« C’est une première et, à voir l’intérêt, ce ne sera pas la dernière fois. Le colloque pour les proches aidants a été tenu le 26 mai dernier aux Sentiers, cimetière naturel de Prévost, et regroupait plus de 80 personnes », a expliqué Julie Gravel, directrice générale de l’organisme l’Antr’Aidant.

« Les proches aidants réseautent lors de cette rencontre. Ç’a eu un effet positif sur le travail de collaboration pour tous les organismes et sur les proches aidants qui, pour la plupart, ne se connaissaient pas. On peut développer ensemble des stratégies. Chacun dans nos organismes, nous avons des choses qui nous différencient. Mais nous avons aussi beaucoup de points en commun », ajoute-elle.

« On a voulu rallier l’ensemble des organismes et se donner le goût de travailler ensemble dans un même but. On se regroupe pour faire fructifier les services.
On pense que la proche-aidance doit être soutenue par la communauté. Il faut mentionner l’implication et le soutien de la ministre Marguerite Blais, ainsi que de Centraide pour leur ouverture en accompagnant les organismes », souligne Guylaine Charlot, directrice générale de la Maison Aloïs Alzheimer.

Au cours du colloque, les gens ont été invités par l’animateur à réfléchir et à partager ce qu’ils vivent comme proches-aidants. Ainsi, individuellement, ils répondaient à différentes questions, qu’ils partageaient par la suite en petits groupes, puis à tous. On a pu voir que les expériences sont similaires et que les besoins sont les mêmes. « Ça fait du bien de voir que l’on n’est pas seuls dans notre situation et qu’on fait face aux mêmes défis », a confié une participante.

Voici deux des questions auxquelles ont répondu les proches-aidants. Nous avons ressorti les demandes les plus fréquentes:

Qu’est-ce qui est lourd ? Quels sont les irritants au quotidien ?

• Faire face à l’inconnu

• L’impuissance

• La lourdeur bureaucratique

• Manque de financement et de reconnaissance

• Manque de ressources

• Se battre pour obtenir de l’aide

• Le poids des tâches à accomplir

Qu’est-ce qui améliorerait votre qualité de vie ?

• Avoir des jours complets de répit

• Plus d’accès aux ressources

• Plus de financement pour les organismes

• Des conseils professionnels dans toutes les sphères

• Réduire les conseils non-sollicités

• Le partage de nos expériences

• Meilleurs soins dans les ressources

• Accompagnement pour trouver les services et soutien technique

• Se soucier de la santé mentale des proches aidants

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.