| Par lpbw

«Une décision injuste pour certaines régions» – Denis Chalifoux, vice-président de la CRÉ

Daniel Deslauriers
Peu d’espoir de changer les choses suite à l’annonce du ministre Pierre Moreau d’abolir les CLD et les CRÉ.

Le maire de Sainte-Agathe-des-Monts, préfet de la MRC des Laurentides et vice-président de la Conférence régionale des élus des Laurentides (CRÉ), Denis Chalifoux, comprend jusqu’à un certain point la décision de Québec, mais précise, dans un même souffle, que cette décision est injuste pour certaines régions, comme les Laurentides, qui sont très performantes si l’on parle strictement des CLD.

«Je comprends aussi que l’on veuille alléger une structure très lourde comme celle des CRÉ. Il cite l’exemple de la CRÉ de la Gaspésie et des Îles de la Madeleine avec ses 31 employés. La CRÉ des Laurentides, qui fera place comme les autres régions du Québec à une table régionale des préfets, verra le nombre de ses intervenants passer d’une cinquantaine à 16 seulement. Au final, les huit préfets de la grande région et les huit directeurs généraux qui n’auront aucun droit de vote.

«Une cinquantaine d’intervenants autour de la table, c’est beaucoup, mais on écarte du même coup toute participation citoyenne», explique M. Chalifoux. Certains groupes communautaires étaient représentés à cette table et leur expertise a permis de nous éclairer dans bien des dossiers. Aussi, qui va gérer les programmes qui relevaient des CRÉ. Chez nous, il y en a pour plus de 3 M$.»

Les régions abandonnées

Le vice-président de la CRÉ des Laurentides constate avec regret que le gouvernement du Québec n’écoute que deux interlocuteurs, soit la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et l’Union des municipalités du Québec (UMQ). «Les régions sont de plus en plus abandonnées», estime M. Chalifoux.

«La FQM et l’UMQ ont dit oui à l’abolition des CLD et des CRÉ, oui à une réduction des ristournes payées aux municipalités pour la TVQ (50% maintenant) et oui à la réduction des montants versés pour les «Tenant lieu de taxes» pour les édifices gouvernementaux (hôpitaux, commissions scolaires, etc.). «Ce que ça veut en bout de ligne, c’est que le manque à gagner, pour les municipalités, va continue d’augmenter», dit-il.

M. Chalifoux confirme enfin que le conseil d’administration de la CRÉ tiendra une réunion extraordinaire vendredi prochain. Il se dit peu confiant que cette rencontre mène à quelque chose. «Les dés sont jetés. Pour le reste, on nage dans le flou le plus total. Il y a encore beaucoup d’inconnus et il faudra attendre les explications de Québec.»

Lisez l’article à l’origine de cette réaction ici. Une primeur signée le Progrès-Éclaireur, à Saint-Georges-de-Beauce: http://www.leclaireurprogres.ca/2014/11/04/exclusif-les-cre-seraient-abolies

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.