La Maison des Parents du Québec

Par Rédaction

Considérée comme un appui essentiel avec l’école et le CLSC, depuis 1995 la MAISON DES PARENTS DU QUÉBEC de Saint-Jérôme est un endroit où collaborent plusieurs professionnels pour aider les familles vulnérables à surmonter des moments difficiles avec un enfant. Découverte d’un espace de ressourcement unique tout près de chez vous !

Depuis 10 ans, les familles en difficulté de Saint-Jérôme et des environs peuvent compter sur la MAISON DES PARENTS DU QUÉBEC, qui offre aux enfants des services d’accompagnement familial et de psychodrame. Avec son équipe composée de professionnels en psychoéducation et en travail social, et prochainement un médecin, l’organisme répond notamment à des besoins directs : troubles de comportement, d’apprentissage, de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Les besoins exprimés sont importants : plus de 400 familles ont bénéficié des services de l’organisme.

Le mandat de l’organisme à but non lucratif « est prioritairement de prendre soin des parents, de les accueillir et de les écouter », précise la directrice générale, Paule Blain Clotteau. Les parents ont souvent besoin de « ventiler », de bénéficier d’un appui professionnel. Car parfois les écoles et les CLSC ne suffisent pas à répondre à certains besoins de familles aux prises avec un contexte familial difficile ou en situation de recomposition familiale. La MAISON DES PARENTS DU QUÉBEC devient alors une ressource importante pour des services d’aide complémentaires. Sa mission consiste en somme à outiller les parents face à diverses situations problématiques et à établir avec les familles les services requis et un planning adéquat.

La MAISON DES PARENTS DU QUÉBEC offre des services intégrés et interdisciplinaires qui privilégient le développement, la protection et les stimulations physique, affective, sociale et intellectuelle des enfants tout en favorisant un rapprochement et les échanges parents-enfants. Elle propose une démarche en cinq temps. Cela permet notamment d’identifier l’origine des difficultés et des besoins de l’enfant, de mobiliser les ressources engagées dans et autour de la famille, de développer un plan d’aide pour chaque famille afin de prévenir la délinquance, le décrochage et les problèmes de santé mentale grâce à des activités éducatives et culturelles stimulantes pour les parents et les enfants.

« Dès le début, il est bon de rencontrer TOUTE la famille », précise Mme Blain- Clotteau. Par la suite, la famille est contactée régulièrement, et en fonction des besoins pressentis, des services et des activités lui sont offertes. Enfin, l’organisme prévoit des rencontres de groupes de parents ponctuelles et aborde des thèmes qui concernent chaque parent par le biais de discussions où chacun partage ses expériences, ses astuces et ses succès.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *