|

Saint-Jérôme prendra un virage important

Par France Poirier

Entrevue. Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, fait du transport en commun une priorité alors que l’abolition du CITL (Conseil intermunicipal de transport Laurentides) est imminente.

On sait que le CITL, qui regroupe 14 villes, fera partie de la CMM (Communauté métropolitaine de Montréal) avec le nouveau projet de Loi 76, qui doit entrer en vigueur au cours des prochaines semaines. «Par contre, on ne sait pas si l’arrivée du nouveau ministre des Transports retardera la mise en place du projet de loi», souligne le maire.

La CMM regroupera 82 villes, dont Saint-Jérôme ne fait pas partie. «Notre structure citoyenne fait en sorte que nous ne nous qualifions pas pour faire partie de la CMM, puisque 50 % de nos citoyens travaillent ici et 24 % de citoyens d’autres municipalités viennent travailler chez nous», explique Stéphane Maher.

Être autonome

Le fait de ne pas entrer dans la structure de la CMM va permettre à la Ville de Saint-Jérôme de prendre en main son propre réseau de transport en commun, ce qui ne déplaît pas du tout au maire qui a son plan. «Le coût actuel pour le transport en commun est de 4,2 M$ pour la Ville de Saint-Jérôme, incluant le train. L’autobus coûte

3 M$ dont 500 000$ proviennent de la tarification. Historiquement, le ministère finançait le transport à la hauteur de 70 % et les villes pour 30 %. Le ministère s’est désengagé et l’on doit contribuer maintenant pour 70 %. On doit investir pour donner du service afin que les gens aient le goût d’utiliser le transport en commun», souligne M. Maher.

Ce dernier, qui a une expertise professionnelle dans la logistique du transport, soutient que l’autobus est l’outil le plus performant au monde.

Transport gratuit

«Il faut changer les perceptions afin de rendre le transport en commun plus intéressant et attrayant. Au départ, nous souhaitons que le transport soit gratuit pour les aînés et les étudiants et, éventuellement, pour toute la population. De plus, nous prendrons en charge le transport adapté. Nous allons devenir une ville innovatrice et nous démarquer», estime le maire Maher. Il souhaite la mise en place de son plan de transport en 2017. «Après l’adoption de la Loi 76, il y aura un comité de transition pour une période de 12 mois», ajoute-t-il.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.