| Par Luc Robert

Rôles inversés pour étudiants et enseignants

Une mesure exceptionnelle de remplacement dans les écoles, qui devait être utilisée en dernier recours par les Centres de services scolaire, se produit plus souvent qu’anticipé: certains professeurs affectés par la COVID-19, sans symptôme majeur, peuvent enseigner devant leur ordinateur à partir de la maison, alors que leurs étudiants suivent les cours… assis en classe devant un écran.

Moins connu, ce moyen d’obtenir une continuité scolaire est passé sous le radar, bien qu’il est bien prévu dans les directives des autorités. Certains parents se demandent si les élèves n’auraient pas dû poursuivre l’apprentissage à la maison, vu que plusieurs ont déjà reçu le prêt d’un ordinateur portatif. Cette inversion des rôles en rend plusieurs perplexes dans les chaumières laurentiennes.

« L’enseignement aux élèves peut également s’avérer différent de temps à autre. Par exemple, un enseignant en isolement à la maison peut enseigner à distance à ses élèves, qui eux seraient en présentiel à l’école, sous la surveillance d’un membre du personnel. Nous nous sommes préparés à plusieurs éventualités de la sorte, afin d’être en mesure de poursuivre les services éducatifs aux élèves, tout en assurant leur sécurité », a laissé savoir dans une lettre aux parents le directeur général de la CSSL, M. Sébastien Tardif.

Des variations de services peuvent aussi survenir, selon l’absence d’acteurs clés.

« Compte tenu de la grande contagion du variant Omicron, nous anticipons qu’occasionnellement, un nombre plus élevé qu’à l’habitude de membres du personnel devra s’absenter, pour une période d’isolement. Ces absences pourraient malheureusement créer des modifications aux services normalement offerts », a-t-il poursuivi.

« Par exemple, il est possible que nous devions réduire les heures d’ouverture du service de garde d’une école, ou encore que nous ne puissions pas assurer un circuit de transport, pour une période donnée. Soyez assurés que nous communiquerons avec les parents le plus rapidement possible, pour les tenir informer d’une situation, le cas échéant », a repris M. Tardif.

Au Centre de services scolaire voisin, soit celui de la Rivière-du-Nord, la visioconférence a été utilisée à au moins une occasion par un professeur de l’école des Hauteurs, confiné à domicile.

« Tout le personnel scolaire est très motivé à accueillir les élèves et à poursuivre les apprentissages avec eux de façon sécuritaire. (…) Notre priorité est d’offrir un environnement sain et sécuritaire, en maintenant un enseignement le plus normatif possible. Nous prendrons les moyens nécessaires pour y arriver. Nous sommes prêts à traverser cette nouvelle vague et sommes bien préparés. Nous devrons cependant, encore une fois, compter sur la collaboration des parents pour y arriver. »

Aucune obligation

En convalescence, les professeurs ne sont pas tenus d’enseigner virtuellement à tout prix.

« Jamais le CSSRDN n’exigera à un employé inapte au travail d’offrir sa prestation, en présentiel ou à distance. Notre Centre de services scolaire a mis en place un plan de contingence, qui sera appliqué pour éviter les bris de services pédagogiques et de permettre aux élèves de rester en classe. Dans le plan de contingence, le recours à des parents est une des solutions envisagées (pour surveiller en classe) », a détaillé Mme Nadyne Brochu, conseillère en communication au Centre de services scolaire de la Rivière-du-Nord.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.