(Photo : France Poirier)

La prévention mise de l’avant par les policiers

Par France Poirier

Saint-Jérôme

Avec la légalisation de la marijuana d’ici quelque temps, le Service de police de Saint-Jérôme continuera de faire respecter les règlements qui seront votés par la Ville et va poursuivre son travail de prévention, surtout auprès des jeunes dans les écoles.
« Depuis que l’on parle de légaliser la marijuana, l’Association canadienne des chefs de police a discuté de ce sujet et a déposé des recommandations publiques à cet effet. L’Association suit de près le dossier et nous allons nous rallier à eux », a souligné Mark Roy, inspecteur à la Division du soutien des affaires avec la communauté du Service de police de Saint-Jérôme.

L’importance de la prévention

Avant même que le gouvernement fédéral ne parle de légalisation, le Service de police de Saint-Jérôme avait déjà adopté un plan d’action pour contrer la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue. «La prévention est pour nous une priorité et nous travaillons en ce sens, beaucoup auprès des jeunes, avec nos policiers qui sont présents dans les établissements scolaires », explique Mark Roy.

Agents évaluateurs

Ainsi, dès 2012, Saint-Jérôme a démontré de l’intérêt pour que des patrouilleurs soient formés dans le but de devenir des agents évaluateurs. Deux policiers du Service de police de Saint-Jérôme sont spécialisés en facultés affaiblies par la drogue. « De plus, nous avons une entente avec les autres corps de police de la couronne nord afin de nous assurer qu’il y a toujours un agent évaluateur disponible dans le territoire », a souligné l’inspecteur Roy.
Il ajoute que depuis 2014, on demande aux policiers de faire des opérations routières contre la drogue au volant. «Pour notre organisation, c’est une priorité, et c’est pour cette raison que nous avons rapidement démontré notre intérêt pour avoir des agents spécialisés en matière de conduite avec les facultés affaiblies par la drogue», ajoute M. Roy.
Les agents évaluateurs sont de plus en plus impliqués dans les activités de prévention auprès des jeunes, par exemple en prévision du bal de finissants. « C’est important de rencontrer les jeunes et de les conscientiser aux dangers de la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool, mais aussi par les drogues. Cette année, nous avons acquis des lunettes pour la simulation des effets des drogues. Nous avions déjà celles pour reproduire les effets de l’alcool. Lorsque nous les faisons essayer, c’est efficace et les gens comprennent qu’ils ne sont pas aptes à conduire », ajoute Mark Roy. Il est certain que le Service de police souhaite augmenter le nombre d’agents évaluateurs, mais pour l’instant, tout le personnel est sensibilisé aux symptômes associés à la consommation.
Lisez la suite du DOSSIER CANNABIS la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *