| Par lpbw

Pétrole Pagé: un décès qui aurait pu être facilement évité, conclut la CSST

SÉCURITÉ. Le décès du chauffeur-livreur Richard Leclair le 2 décembre 2014 aurait pu facilement être évité si son entreprise Pétrole Pagé n’avait pas manqué à ses devoirs, a conclu l’enquête de la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST).

Rappelons que M.Leclair effectuait une opération de transvasement de diésel entre deux compartiments d’un camion-citerne lorsqu’une décharge d’électricité s’est créée et qu’une explosion de vapeurs inflammables s’est produite. Le décès par asphyxie du travailleur qui se trouvait au-dessus de la citerne est constaté tandis que son collègue au sol subit des brûlures et un choc nerveux.

L’accident de travail s’est produit sur les lieux de la station-service Intergaz et Dépôt Diésel de Piedmont où l’entreprise Pétrole Pagé possède un terminal de produits pétroliers.

 

L’employeur est fautif

Dans son rapport signé par les inspecteurs Serge Côté et Sadreddine Bougrine, la CSST, qui a convié les médias à l’Hôtel Best Western mercredi matin pour expliquer les conclusions du rapport,conclu que l’employeur est fautif sur toute la ligne. Elle écrit que « les mesures mises en place pour identifier, prévenir et contrôler les risques liés à la manipulation des produits inflammables sont insuffisantes, ce qui fait en sorte que le travailleur est exposé à un danger lorsqu’il est appelé à travailler avec ces produits».

L’absence de directives de travail spécifique et de procédure de travail sécuritaire, la formation des travailleurs insuffisante ainsi que les équipements de protection et les vêtements de travail inadéquat sont mis en cause.

« Le travailleur aurait dû avoir des vêtements appropriés à base de coton, un masque, un casque et un vêtement à haute visibilité comme un dossard», affirme l’inspecteur Côté.

« L’employeur a manqué à ses devoirs de diligence», ajoute Denis Beaulieu, directeur régional des Laurentides de la CSST.

 

Pour éviter un autre drame

Pour avoir agi de façon à compromettre la sécurité des travailleurs, Pétrole Pagé a reçu deux constats d’infraction dont l’amende peut varier de 15 839 $ à 63 355 $.

De plus, à la suite de cet accident, la CSST a interdit les transvasements entre deux compartiments d’un même camion-citerne et entre deux camions-citernes.

Elle a également interdit les transvasements d’un camion-citerne à un réservoir sous terre et hors terre à l’aide d’une pompe auxiliaire ou d’un pistolet dans une ouverture non appropriée. La CSST a aussi exigé que l’employeur élabore une procédure de travail sécuritaire pour ses opérations de chargement et de déchargement de produits pétroliers à son terminal.

Pour éviter qu’un tel accident ne se reproduise, la CSST informera l’Association canadienne des carburants et l’Association québécoise des indépendants du pétrole des conclusions de l’enquête.

Finalement, le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche diffusera, à titre informatif et à des fins pédagogiques, le rapport d’enquête dans les établissements de formation qui offrent les programmes d’étude "Conduite de camions".

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.