| Par nathaliedansereau

Plus de 3 000 personnes demandent un moratoire sur l’asphaltage du P’tit train du Nord

Il est minuit-moins-une pour les citoyens qui se mobilisent contre les travaux d’asphaltage d’un tronçon de 16 km du P’tit train de Nord, entre Sainte-Agathe et Val-Morin. Une pétition déposée lors d’une séance d’information de dernière minute organisée à l’Église de Val-David, le mercredi 5 aout, et une manifestation organisée le samedi 8 août suffiront-elles à forcer la MRC des Laurentides et la corporation Le P’tit Train du Nord à faire marche arrière?

 

Les quelque 3 200 signataires protestent contre la décision prise par la municipalité de Val-David de donner son accord à l’octroi du contrat de pavage entériné par le conseil des maires de la MRC des Laurentides le 18 juin. Ces citoyens demandent d’imposer un moratoire, de faire une étude indépendante sur les impacts et de tenir une véritable consultation citoyenne.

Depuis l’annonce du contrat par voie de communiqué le 19 juin, on assiste à une polarisation du débat. D’un côté, les citoyens concernés notamment par la conservation du milieu naturel, la préservation du patrimoine visuel et la réduction de la vitesse excessive, et de l’autre côté, les instances régionales ayant pris tour à tour position en faveur des travaux d’asphaltage.

La séance d’information au sujet de l’asphaltage du parc linéaire, animée par l’Institut des territoires, avait pour objectif de présenter le projet aux citoyens de Val-David et les éléments qui ont dicté le choix pour un revêtement de pavage.

Le Conseil régional de l’environnement des Laurentides et Vélo Québec se sont joints à la présentation de la Corporation du P’tit Train du Nord et de la MRC des Laurentides pour démontrer les avantages du projet et l’appuyer. Cela étant dit, l’argument des citoyens repose autant sur le processus de décision que sur le fond.

« On demande une consultation publique et des études qui n’ont pas été faites. À l’heure du changement climatique, comment peuvent-ils nous imposer un choix rétro-grade d’asphalter un chemin qui n’en a pas besoin !? », s’indigne Isabelle Mougeot, porte-parole du Comité de protection de la piste du P’tit Train du Nord.

La mairesse de Val-David, Kathy Poulin, déplore que la séance d’information spécifique sur le projet de pavage prévue au mois de mars ou avril ait été retardée à cause de la pandémie.

Son bureau souligne par ailleurs que les signataires des trois pétitions unifiées qui circulent ne sont pas tous des résidents de Val-David ni même des Laurentides. « Cette pétition est antérieure à la séance d’information où l’on sait que plusieurs ont changé d’opinion », ajoute Julie Duval, directrice des communications à la Ville de Val-David.

Les travaux doivent commencer le 17 août et durer huit semaines. Les citoyens de Val-David pourront-ils faire reculer les décideurs, d’ici là?

La MRC des Laurentides a confirmé au journal qu’aucune décision du conseil des maires n’a été prise pour arrêter les travaux, malgré le battage médiatique.

« Les villes ont adopté des résolutions en juin et en septembre 2019 pour autoriser leur contribution projet de pavage du P’tit Train du Nord. Ce projet est discuté depuis deux ans. Il faut utiliser les subventions dédiées aux travaux de pavage d’ici la fin du mois de novembre, sinon on risque de les perdre », précise Nicolas Joly, directeur du service environnement et parcs à la MRC des Laurentides.

Cliquez ici pour télécharger les présentations faites lors de la soirée d’information citoyenne tenue le 5 aout 2020.

https://mrclaurentides.qc.ca/projet-de-pavage-du-ptit-train-du-nord-seance-dinformation-a-la-municipalite-du-village-de-val-david/.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

1 Comment

  1. Pierre Lafond

    Le bonhomme 7 heures est bien présent encore dans les mœurs des politiciens des Laurentides.
    On va perdre nos subventions…
    Quelle aberration de mettre de l’asphalte dans le bois au lieu de patcher les nids de poule.

    Reply

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.