|

Les infirmières pourront continuer les études à distance

Par France Poirier

Même si les cours reprenaient en présence le 31 janvier, les étudiantes et étudiants en sciences infirmières de l’UQO au Campus Saint- Jérôme, ainsi que les chargés de cours demandaient à l’université de garder la session à distance. On souhaitait permettre aux infirmières qui sont étudiantes d’avoir plus de disponibilités pour travailler dans le réseau grandement affecté par la COVID.

Leur souhait a été exaucé puisqu’une note a été envoyée en ce sens, le 26 janvier dernier, par la rectrice. Elle y annonçait qu’elle maintenait le trimestre à distance pour le programme de sciences infirmières.

« Des centaines de courriels ont été envoyés à l’université et une pétition avec plus de 1250 noms a été déposée pour demander de poursuivre les cours à distance. Malgré tout cela, l’université gardait sa position de reprendre les cours en présence le 31 janvier comme pour les autres groupes. Des courriels avaient également été envoyés aux ministres Dubé et McCann ainsi qu’au premier ministre Legault », souligne Vicky Allard, au nom de toutes les étudiantes en sciences infirmières à l’Université du Québec en Outaouais.

On compte de 1000 à 1500 étudiants et étudiantes en soins infirmiers à l’UQO qui font un programme DEC-BAC. Ils travaillent tous déjà dans le réseau de la santé.

Au départ, on leur disait que les cours à distance n’étaient plus possibles à cause des conventions collectives. Toutefois, d’autres universités le faisaient. « Quand on a des cours en présence, c’est difficile de concilier les deux. On ne peut pas mettre autant de disponibilités au travail. Alors que lorsqu’on est à distance, on peut faire notre cours à la fin d’un quart de travail. C’est moins de déplacement. Alors que le gouvernement manque de personnel, on trouvait important d’avoir des disponibilités pour travailler dans le réseau. Il est clair que l’université a compris nos revendications », ajoute Mme Allard. Elle s’est réjouie de cette décision qui va grandement aider les infirmières dans la conciliation travail-étudesfamille.

Une décision favorable de l’université

Le 26 janvier dernier, la rectrice a fait connaître sa décision aux étudiantes en sciences infirmières :

« Nous sommes très sensibles aux divers arguments qui nous ont été présentés, tant par les membres de la communauté étudiante que pas les membres du corps enseignant, en ce qui concerne la poursuite du trimestre d’hiver en présence.(…) Après avoir pris en considération tous les points de vue exprimés et le contexte propre à votre profession, et en tenant compte notamment du taux élevé d’hospitalisations qui se poursuit en raison de la COVID- 19, de la charge accrue de travail pour le personnel infirmier, du temps supplémentaire qui vous est imposé et de l’annulation des congés pour études, nous avons pris la décision de prolonger les activités du trimestre d’hiver en non-présentiel pour les programmes d’études en sciences infirmières.(…) »

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.