|

Le recycleur à Saint-Colomban aurait repris ses activités

Par lpbw

Malgré le souhait de la Ville de Saint-Colomban et plus de 600 citoyens de chasser un recycleur de transformateurs, ce dernier aurait repris ses activités, selon les résidants, le 11 juillet dernier, sur le terrain du 781 montée de l’Église.

Alerté par les bruits du recycleur, le porte-parole, Jean-Baptiste Alagnoux, qui habite à environ 200 mètres de là, a immédiatement communiqué avec le Service de police de la Ville de Mirabel. « Je ne pensais pas que ça allait repartir, je pensais qu’on avait gagné une manche. Je me rends compte qu’il faut encore se battre. Le gars n’a pas compris et la municipalité n’est pas claire. Ça me met hors de moi», fulmine M.Alagnoux.

 

Selon lui, la municipalité a envoyé une mise en demeure au propriétaire du terrain, Normand St-Louis, qui loue l’espace à l’entrepreneur bruyant Jean-Marc Rainville, de HT logistique. M.Alagnoux rapporte que M.Rainville ne possède pas de permis requis par le ministère de l’Environnement et travaille donc dans l’illégalité.

Lors de notre appel, mardi après-midi, Claude Panneton, directeur général de la municipalité, n’était pas en mesure de nous confirmer si le recycleur avait repris ses activités. Dans ce cas, l’entrepreneur serait dans l’illégalité puisqu’il doit, avant tout, posséder son certificat d’autorisation du ministère, explique M.Panneton.

Bien que la municipalité et les citoyens s’entendent pour faire cesser les activités de l’entrepreneur, Jean-Baptiste Alagnoux critique Saint-Colomban pour la gestion du dossier. « En plus de leur lenteur à agir, ils nous mènent en bateau. Ils manquent de clarté, ne prennent aucune position… Qu’on soit d’accord ou non avec eux, il n’y a aucun changement, aucune action», lance-t-il.

Une réponse insatisfaisante

Saint-Colomban a mandaté le procureur Carl-Éric Therrien afin qu’il donne une opinion juridique concernant les activités sur les lots situés au 779 et 781 montée de l’Église. « M.Therrien est responsable du dossier. Il faut lui laisser faire son travail», a martelé le maire Jacques Labrosse, lors du dernier conseil municipal, le 9 juillet.

 

Cette réponse est loin d’avoir satisfait M.Alagnoux qui a déposé une pétition de 602 noms demandant l’abandon des activités industrielles et commerciales sur ces terrains.

 

« On veut que la municipalité mette ses culottes et que les communications soient claires et précises. Il doit y avoir un calendrier d’actions», a-t-il dit.

 

En plus des risques environnementaux ( pollution de l’eau, des sols et des puits, contamination avec des matières dangereuses), ces activités pourraient entraîner une perte de valeurs des maisons et une détérioration de la qualité de vie, selon le porte-parole.

 

Rappelons que lors d’un conseil municipal de Saint-Colomban en juin, Jacques Labrosse a affirmé avoir parlé à l’inspectrice Mélanie Dupuis du ministère de l’Environnement. Celle-ci lui a indiqué que le rapport d’inspection du ministère confirmait que les sols de ces terrains étaient bien contaminés et que le propriétaire devra procéder à la décontamination des sols de ses terrains.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.