| Par journal-le-nord

Le lieutenant-gouverneur du Québec en visite à l’école secondaire des Hauts-Sommets

Quelque 200 élèves de 4e et 5e secondaire de l’école des Hauts-Sommets ont eu une visite toute spéciale jeudi le 23 janvier. Le Lieutenant-gouverneur du Québec, l’honorable J. Michel Doyon est venu leur expliquer son travail et répondre à leurs interrogations.

Le Lieutenant-gouverneur a été invité par Christian Déry, enseignant en Monde contemporain et Droit à venir parler aux élèves. « C’est un homme généreux. Je suis vraiment content de sa visite et les élèves ont semblé bien l’apprécier aussi », affirme M. Déry.

« Je m’attendais à rencontrer quelqu’un de très sérieux, mais je l’ai plutôt trouvé vraiment sympathique », affirme Léanne, une élève de 4e secondaire. « Il était captivant, il faisait des blagues! Tout le monde l’écoutait! », confient d’un commun accord Marc-Antoine, Mathieu, Élodie et Estel, quatre élèves de 5e secondaire. 

UN HOMME SYMPATHIQUE ET UN DISCOURS CAPTIVANT

Me Doyon a expliqué qu’un Lieutenant-gouverneur, c’est un représentant fictif de la Couronne. Son rôle est d’assurer le fonctionnement démocratique de l’état, un rôle essentiel qu’il joue notamment en signant les lois afin qu’elles puissent être appliquées. Il se doit cependant de rester neutre. « Je n’ai pas à donner mon opinion. C’est aux tribunaux de vérifier la validité des lois », mentionne-t-il.

Il ajoute qu’un Lieutenant-gouverneur n’est pas élu. Il est nommé par le Gouverneur général du Canada. Comment Me Doyon a-t-il été choisi? C’est ce que se demandaient les élèves. « Dans le ciel, répond-il, les astres étaient bien alignés! »    

L’honorable J. Michel Doyon n’avait pas postulé, son nom a été proposé et il l’a appris en jouant au golf. Il est allé rencontrer le premier ministre, préparé à passer une entrevue, et on lui a annoncé qu’il était déjà nommé.

Un Lieutenant-gouverneur peut-il être mis à la porte? Les élèves se posaient aussi cette question. Ça serait très compliqué, selon Me Doyon, parce que toutes les provinces, le gouvernement fédéral et le Sénat doivent être unanimes. « C’est une utopie. Si ça arrive, je ne serai plus là et ce, même si j’étais très jeune! » déclare-t-il.

DES INFORMATIONS APPRÉCIÉES         

Les élèves ont beaucoup appris de la conférence. « Il a pris le temps de répondre à toutes les questions », mentionne Maélie, une élève de 4e secondaire. « Je ne savais pas qu’il existait un Lieutenant-gouverneur pour les provinces ni que les lois devaient obligatoirement être signées par lui » ajoute aussi Léanne.

Tristan, élève de 5e secondaire, a été très satisfait des propos de Me Doyon : « Je me dirige vers une carrière en droit, je l’ai trouvé vraiment intéressant. »

UN PLAISIR PARTAGÉ

Me Michel Doyon était enchanté d’expliquer son rôle aux élèves, mais aussi de les encourager pour leur avenir : « C’est important de se mettre dans une situation pour être heureux. »   

« Mon rôle, c’est aussi d’être là pour les jeunes, de les encourager et de les écouter surtout », conclut-il.

Partager l'article

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.