Les stationnements étaient bondés, au Lac Échos, pendant les vacances.

| Par Luc Robert

Lac Écho : Appel à la courtoisie et au respect pour les activités extérieures

« Nous ne sommes pas la sécurité publique. Nous avons avant tout un mandat environnemental au lac Écho. La Sûreté du Québec a appliqué les lois et règlements et nous sommes satisfaits du dénouement ».

La poussière étant maintenant retombée au plan d’eau mitoyen entre Prévost et Saint-Hippolyte, le président de l’Association des résidents du lac Écho et des Quatorze Îles, M. Tom Poitras, estime que le message a été passé, à l’effet que les bruits et la nuisance publique ne peuvent être tolérés dans le secteur.

« Dans le cas des courses de motocross, ce sont certains adeptes locaux, qui ont fait venir des amis du centre du Québec. Les véhicules et remorques monopolisaient les stationnements et les abords de la rue des Mésanges. On a tenu des rencontres avec la municipalité de Prévost, pour qu’il y ait plus de pancartes pour le stationnement. Ça a pris des solutions rapides, pour décourager les non-résidents. Il existe un programme de vignettes de stationnement pour l’été, mais pour l’hiver, ça aurait pris trop de temps pour l’implanter. C’est partie remise », a prévu M. Poitras.

Le collaboration semble bien installée entre les municipalités voisines.

« Les directeurs de la Sécurité communautaire de Prévost et de Saint-Hippolyte sont venus sur place, pour voir ce qui pourrait être fait. Il y a une très bonne collaboration entre les deux villes voisines ».

Le président croit que les habitants du coin peuvent profiter de l’hiver sans anicroches.

« J’encourage le monde qui utilise le lac à mettre de l’eau dans leur vin. Il y a moyen d’avoir du plaisir en plein air et de partager les vastes étendues du lac Écho ».

Tom Poitras soutient que les habitants devraient prendre en exemple les activités estivales et appliquer le même contexte en hiver.

« Avec un seul accès municipal au lac, l’été, tous coopèrent depuis l’avènement des vignettes. On a une capacité limitée d’embarcations. La situation est assez bonne l’été. Faisons aussi preuve de respect l’hiver ».

Pour le maire de Saint-Hippolyte, M. Bruno Laroche, il s’agit d’établir un équilibre.

« La SQ a appliqué la loi et c’est bien. Il était important de passer un message. On discute de mesures. C’est certain que lorsque les gens de l’extérieur viennent faire du tapage et quittent, ce n’est pas évident (de les trouver). Mais ce n’est pas nouveau. J’ai déjà habité là et des motos venaient à une période précise de l’hiver. Le son se propage de tous les bords du lac. On me faisait remarquer, par ailleurs, qu’un simple bonhomme de neige gelé, jumelé à une distraction d’un conducteur, peu mener à une sévère collision. Au nombre de lacs qu’on a dans les Laurentides, ils doivent se déplacer souvent. Au niveau municipal, l’été, nous allons intensifier nos patrouilles nautiques ».

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.