Le nombre de dynamitages hebdomadaires de la carrière des Sables L. G. ne dépasse pas les limites légales provinciales, selon l’ex-directeur. (Crédit photo: Archives)

| Par Luc Robert

Journées portes ouvertes dès cet automne

Questionnée de toutes parts par les citoyens, la direction des Sables L.G. de Saint-Hippolyte souhaite réinstaurer des journées portes ouvertes publiques. Cela permettrait à la population d’en apprendre sur les différentes étapes de transformations de la pierre concassée.

Un intervenant de la première heure, l’ex-directeur Luc Lachapelle, tient à rassurer la population à l’effet que le nombre de dynamitages hebdomadaires de la carrière ne dépasse pas les limites légales provinciales. « Nos gens de forage et de dynamitage sont très sérieux et soucieux des normes. Le ministère de l’Environnement effectue des visites surprises et nous nous faisons un devoir que toutes les étapes soient en règle. On n’a pas de cachette à faire. Nous ne sommes pas dans une salle de quilles ici. En fait, on charge beaucoup moins qu’il y a trente ans, en matière d’explosifs », a assuré M. Lachapelle. Celui-ci aide présentement à la transition des firmes Bauval et Roxboro, qui ont fusionné.

Plages horaires

Lachapelle ajoute que les Sables L.G. se font un devoir d’essayer de ne pas importuner les voisins. « S’il y a des secousses ou des explosions en dehors des heures d’ouverture, comme une charge à un ou deux coups subits, c’est un privé qui se creuse une cave ou quelque chose dans le genre. Nous fonctionnons en cascade, selon deux plages horaires, entre 10h et 11h45, ainsi que de 13h30 à 16h. La majorité de nos fenêtres d’explosion se déroulent l’après-midi », dit-il.

« Ce sont ces genres de détails que nous voulons transmettre aux gens lors des portes ouvertes, qui ont été suspendues pendant la COVID. Ce n’est pas tout le monde qui sait ce que comportent les étapes du concassage de la pierre, de son déplacement, du stockage et des autres étapes de préparation. On a la chance d’avoir à Saint-Hippolyte la meilleure pierre de compaction au Québec pour les fonds de routes », a-t-il fait valoir.

Expansion

Avec les années, les Sables L. G. ont étendu leurs forages à d’autres terrains leur appartenant, notamment du côté nord-est du chemin de la Carrière. 

« Du côté nord, vers anciennement les terres de M. Ward, il se trouve le secteur LG-2B. Il y passera éventuellement le futur chemin de la Carrière. L’assiette du chemin actuel, bien que municipalisé avec les années, passe sur notre territoire. Il pourrait éventuellement se raccorder au chemin de la Chapelle et passer plus à l’est du tracé actuel », explique Luc Lachapelle.

« Un nouveau chemin pourrait permettre de passer plus proche du nouveau poste d’Hydro. Au tracé actuel, Hydro-Québec ne pouvait passer de lignes électriques, car c’était trop proche de la carrière. D’autres possibilités de constructions existent plus loin, mais c’est du ressort de l’urbanisme de la Municipalité de Saint-Hippolyte. On en a en masse à gérer avec notre propre territoire », ajoute l’ancien directeur des Sables L.G.

Le secteur LG-B2, qui borde le chemin du Roi, comporte aussi son lot de bruit. « On procède régulièrement à des visites de sécurité de notre carrière. Récemment, plusieurs motocyclettes, avec le silencieux coupé, se courraient après sur notre territoire. Ils sont non seulement bruyants, mais c’est dangereux de sauter entre des tas de grosses pierres. On va demander à la patrouille nautique et terrestre de Saint-Hippolyte d’être aux aguets. Ce n’est pas agréable pour le voisinage, pas plus que pour nous les dirigeants. Ce n’est pas évident de tenir les motocross à l’écart. Même en coupant les fossés, ils se trouvent d’autres accès d’entrée. »

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.