| Par lpbw

«Je sais d'où je viens » – Pierre Karl Péladeau

SAINT-JÉRÔME. « Il ne faut pas se raconter d’histoire, le chef de l’opposition à une tâche beaucoup plus importante que celle d’un simple député» nous lance mardi matin le député de Saint-Jérôme, Pierre Karl Péladeau.

Le nouveau chef du parti québécois se veut cependant rassurant et nous confie ne jamais manquer une occasion, « dans mes interventions et aussi dans mon travail» de rappeler les électeurs de son comté, et veillera à «ne jamais oublier que j’ai eu la confiance des électeurs de la circonscription de Saint-Jérôme. Je sais d’où je viens et j’ai bien l’intention de le garder bien profondément ancré dans ma tête.»

 

Le député de Saint-Jérôme mentionne par ailleurs qu’il peut s’appuyer sur une organisation efficace à son bureau, entre autres avec Nadine Soumis, son attachée politique avec laquelle il travaille de façon très efficace, «une efficacité redoutable», dit-il.

«Je vais rester en contact»

«Je vais rester en contact, nous mentionne-t-il. J’ose espérer venir le plus souvent possible dans ma circonscription, dans mon bureau, et assister à des événements pour m’assurer d’être en mesure de maintenir une relation étroite avec la population de Saint-Jérôme»

 

Deux gros dossiers sont d’ailleurs sur la table à Saint-Jérôme, General Cable, et la fermeture de l’usine Mueller. « Pour Général Cable, il y a eu la pétition, mais aussi une intervention à l’Assemble nationale pour bien s’assurer qu’Hydro Québec favorise nos fournisseurs québécois », rappelle le député de Saint-Jérôme.

Il s’inquiète du fait que, par exemple pour la construction de pylônes, il soit fait appel à des entreprises étrangères, « alors il s’agit d’une ressource et d’une richesse qui appartient au Québécois. À cet égard nous devons être en mesure de mettre en valeur le plus possible nos retombées économiques, c’est vrai pour les pylônes, mais aussi pour General Cable qui travaille pour Hydro Québec, depuis des décennies et des décennies, et je vais continuer à m’en occuper. »

 

«Je vais aussi continuer à travailler pour l’usine de Mueller, nous dit-il. Je vais avoir l’occasion de relancer ce dossier avec le ministre de l’Économie et j’ai bien l’intention d’y donner suite. Il ne me semble pas que de leur côté, il y ait un empressement renversant. Je vais m’organiser pour leur rafraichir la mémoire […], et pour faire en sorte que nous privilégions les entreprises du Québec, et c’est d’autant plus vrai dans la circonscription du chef de l’opposition.»

Pierre Karl Péladeau est devenu vendredi soir le 8e chef du Parti québécois avec près de 57,6% des voix.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.