Visiblement motivée par les quelque 32 000 personnes qui ont signé sa pétition

Isabelle Gaston soutient Gilles Robert

Bien qu’elle se dise apolitique, Isabelle Gaston a signifié son appui à Gilles Robert, mercredi, pour son aide dans le dossier de la pétition pour la bonification de la Loi sur l’indemnisation des victimes d’actes criminels. «On peut bien avoir une idée, il faut quand même avoir quelqu’un qui nous reçoit, qui nous écoute, qui y croit et qui l’entérine. C’est le côté humain qu’il a fait preuve à mon égard. »

La suite des commentaires de Mme Gaston sur notre page Facebook.

« Nous avons vécu un drame inimaginable dans notre région et cela nous a tous interpellés afin qu’on puisse se doter d’une justice plus humaine. C’est madame Isabelle Gaston, mère des deux victimes qui a lancé un véritable cri du cœur par le biais d’une pétition signée par plus de 32 000 personnes. Sa pétition a permis d’éveiller des consciences et cela a donné des résultats concrets, » répond M. Robert.

Suite à la pétition parrainée par Gilles Robert, le Parti québécois s’est engagé à mettre en place des mesures moyennant 5 millions de dollars par année. Ces engagements consistent à « élargir la liste des actes criminels couverts en étendant le programme à un plus grand nombre de crimes, de faire passer le délai pour effectuer une réclamation d’un an à trois ans et une simplification des procédures requises. Le gouvernement libéral a annoncé l’augmentation des montants remis aux parents d’un enfant décédé à la suite d’un crime violent. Ce fut là une conséquence directe de la pétition présentée au Parlement par M. Robert, en présence de Mme Gaston, le 21 mars dernier. Les engagements pris par Mme Marois et le Parti québécois permettront de corriger des lacunes identifiées par le rapport Lemieux, dont les recommandations datant de 2006 qui n’ont jamais été appliquées, » précise l’équipe de Gilles Robert.

La pétition de Mme Gaston relève quatre points :

1. Considérer les parents comme étant des victimes;

2. Offrir une compensation financière de salaire de ces derniers pendant leur réadaptation;

3. Augmenter le nombre de séances de psychothérapie avec possibilité de prolongation selon évaluation;

4. Augmenter le montant octroyé aux séances de psychothérapie pour être compétitif avec le marché actuel;

5. Augmenter le montant consenti aux frais funéraires.

 

Visitez de notre page Facebook pour voir nos vidéos des commentaires d’Isabelle Gaston (facebook.com/Journallenord).

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.