(Photo : Robert Longpré)
De gauche à droite : David Legault (constable spécial) ; la mascotte de Nez rouge ; Christian Marc Gendron (Piano Man) ; François Piché (constable spécial) ; Caroline Lavoie (constable spéciale) ; Simon Duquette (contrôleur routier).
|

Guignolée des médias : Le palais de justice fait sa part

Par Aurélie Moulun

Le 1er décembre dernier, les constables spéciaux du palais de justice de Saint-Jérôme récoltaient des dons dans le cadre de La grande guignolée des médias. Plus d’une soixantaine de bénévoles prenaient part à la deuxième édition de l’événement.

Pour François Piché, constable spécial et organisateur de l’événement, celui-ci fut un succès. « C’était extrêmement rassembleur. On peut vraiment voir l’entraide et une grande solidarité entre les gens. À la fin de la journée, j’ai pu aller porter 30 tirelires à Moisson Laurentides.

Au moment d’écrire ces lignes, le décompte des dons n’est pas encore terminé. Toutefois, M. Piché indique que la campagne de l’année dernière a permis de récolter 12 843 $. « On vise la même chose cette année », ajoute-t-il.

Des rencontres inspirantes

« Les gens sont vraiment inspirants. Même si ça ne dure qu’une journée, on a quand même le temps d’entendre des histoires touchantes. Autant les donateurs que les bénévoles étaient très généreux », souligne le constable spécial.

La mascotte de Nez rouge était présente puisqu’il s’agissait également du lancement de l’opération. Le chanteur Christian Marc Gendron était d’ailleurs de passage en fin de journée afin de collecter des dons avec les bénévoles.

De punition à prévention

Pour M. Piché, la participation du palais de justice à la Grande guignolée permet de mettre en lumière une autre facette de cette institution. « Le palais de justice est réputé pour punir le crime. Les gens qui souffrent et la misère humaine sont présents au palais de justice. En participant à la guignolée, on fait aussi de la prévention. Je trouve que c’est un beau message. Ça m’a toujours touché la relation d’aide, la solidarité », explique-t-il.

Lors de cette journée, des employés du ministère de la justice, de la magistrature, du DPCP, de la SQ, d’autres corps policiers, des contrôleurs routiers et des employés du bureau de l’aide juridique participaient à la collecte de dons. Le ministère des Transports a également fourni des cônes orange « afin de protéger les bénévoles », indique François Piché.

Dans l’ensemble des Laurentides

La grande guignolée des médias avait également lieu « sur l’ensemble du territoire desservi par Moisson Laurentides », écrit l’organisme sur son site internet. Afin de récolter des dons, près de 1 500 bénévoles étaient réparties au sein d’une centaine de points de collecte.

L’événement comptait des bénévoles dans certains supermarchés, certains magasins et, bien entendu, certains points de collecte sur rue.

Bien que la journée de La grande guignolée des médias soit passée, Moisson Laurentides poursuit sa Grande guignolée. Encore plusieurs épiceries et magasins acceptent les dons. Il est d’ailleurs toujours possible de donner en passant par le site internet de l’organisme communautaire.

« Les 2 000 bénévoles, les dizaines d’événements en 30 jours, l’implication à la fois des citoyens, des organisations et des municipalités font de la Grande Guignolée pour Moisson Laurentides, le plus important événement de solidarité à se tenir sur le territoire des Laurentides », indique l’organisme sur son site internet.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.