|

Deux sœurs veulent sensibiliser les jeunes aux dangers de la fugue

Par lpbw

SAINT-JÉRÔME. Constatant le nombre important de filles disparues ces dernières années, deux sœurs ont mis sur pied un mouvement pour sensibiliser les jeunes aux dangers liés à la fugue.

Dernièrement, plusieurs fugues ont fait la manchette, surtout à Laval où les adolescentes se font recruter par des proxénètes au centre jeunesse. «Il y a eu plus de 100 disparitions à Laval en 2015, se désole l’initiatrice du mouvement «Sauve ta vie», Nathalie Tumminello. Les proxénètes ont un flair pour dénicher une jeune en difficulté. Ce sont de bons manipulateurs qui sont à l’affût de ce dont les femmes ont besoin. Toutefois, où il y a de l’argent, il n’y a pas de pitié».

À Saint-Jérôme aussi, les fugues sont chose courante, rapporte-t-elle. «En faisant un petit sondage, nous avons constaté que plusieurs jeunes pensaient à fuguer», dit-elle. C’est après avoir entendu le témoignage d’une ex-fugueuse à la télévision que Nathalie et sa sœur jumelle Pascale ont décidé de passer à l’action. «Nous avons constaté que la façon d’agir des proxénètes est la même qu’il y a 25 ans».

Briser les tabous

En plus de convaincre les jeunes que la fugue n’est pas une solution, le mouvement vise à briser les tabous. «Il faut arrêter de juger les autres. On ne sait pas ce que l’autre a vécu, ce n’est pas écrit dans sa face. Nous voulons faire tomber les préjugés», affirme Pascale. De son côté, sa sœur veut parler de ce phénomène puisqu’elle constate que la fugue peut amener son lot de traumatismes dans la vie d’une adolescente. «Ça me fait penser à l’histoire d’Aurore: tout le monde le sait, mais personne n’en parle», observe-t-elle.

Aller dans les écoles

Les sœurs, qui travaillent sur ce projet depuis un an, souhaitent aller dans les écoles secondaires afin de s’entretenir avec les jeunes sur cette triste réalité. «Nous voulons leur démontrer qu’il y a des risques et qu’il y a un réseau qui profite de ça», souligne Nathalie qui espère que les écoles de la commission scolaire vont leur ouvrir les portes.

En attendant, les jumelles Tumminello ont consulté quelques organismes de la région sur la pertinence de leur projet. Vendredi dernier, six représentantes d’organisme étaient réunies dans une salle communautaire pour écouter les initiatrices du mouvement. Ce dernier a été bien reçu par les organismes.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.