Des nouvelles de Prévost

Par Simon Cordeau

La Ville de Prévost tenait une séance de son conseil municipal le 11 septembre dernier. En voici les faits saillants.

Participation citoyenne

Le 7 septembre, la Ville a tenu sa « première assemblée de consultation publique avec notre nouvelle politique de participation publique », s’est réjoui le maire, Paul Germain. « On a eu une belle rencontre. Tous les citoyens ont pu s’exprimer. » M. Germain a indiqué que l’avis des citoyens permettra d’ajouter des points aux règlements.

Pour le projet de règlement 601-93, la superficie bâtissable pour la zone C-287 (dans le secteur de l’ancien golf) sera revue à la baisse, de 75 % vers 60 %, afin d’éviter la construction de bâtiments trop imposants : une crainte soulevée par un citoyen. Pour le projet de règlement 607-9 sur les PIIA, on ajoutera des critères de volumétrie. À la suite de la consultation publique, on souhaite également ajouter des lignes directrices en architecture à Prévost, a indiqué le maire. « Cet hiver, on va adopter notre nouvelle politique règlementaire », a-t-il ajouté.

Déneigement et stationnement

Le conseil a donné un avis de motion et déposer un projet de règlement concernant le déneigement résidentiel et commercial des allées véhiculaires privées, des stationnements privés et des entrées charretières privées. Celui-ci demandera aux entreprises de déneigement d’avoir un permis, « pour qu’on puisse savoir à qui on a affaire et lui donner des directives, le cas échéant, pendant l’hiver, si on veut faire du travail d’équipe », a expliqué le maire. Il a souligné que le déneigement des voies publiques doit se faire en collaboration avec les déneigeurs privés.

De plus, la neige ou la glace devront rester sur la propriété en tout temps, et il sera interdit de la pousser dans la voie publique ou dans les fossés. Sinon, au printemps, la Ville doit souvent intervenir pour éviter des inondations par exemple, a précisé le maire. « On est en retard sur les autres villes. C’est un règlement à peu près standard. » Une campagne de communication sera faite cet automne, concernant le déneigement et le stationnement hivernal.

Circulation

Un projet de règlement ajoutera deux panneaux d’arrêt à l’intersection des rues Chalifoux et Prévost. Le stationnement sera interdit en tout temps sur la rue du Clos-Fourtet des deux côtés, entre les rues du Clos-du-Petit-Mont et du Clos-Micot. Le stationnement sera également interdit sur la rue Gérard-Cloutier des deux côtés, entre le chemin du Lac-Écho et le 1049 rue Gérard-Cloutier.

Le débarcadère au stationnement de l’école du Champ-Fleuri a aussi été réaménagé. « On a fait des travaux cet été. Et on a refait la configuration pour sécuriser la descente des élèves des autobus. On a aussi aménagé un débarcadère pour les parents. […] L’année prochaine, on devrait aller dans le coin de l’école Val-des-Monts, probablement », a détaillé M. Germain.

En vrac

La Ville a adopté une Politique encadrant la gouvernance à l’égard des renseignements personnels. Celle-ci vise à « établir les principes directeurs qui guident les pratiques de la Ville dans la gestion des renseignements personnels, leur collecte, leur utilisation, leur communication, leur conservation et leur destruction », a expliqué la greffière, Me Caroline Dion. La politique comprend aussi un processus de traitement des plaintes.

Le règlement sur la décarbonation devrait être adopté à la fin du mois de septembre. « On travaille avec le Centre québécois du droit de l’environnement. Ils devaient nous remettre leur rapport au mois d’août. Ils ne l’ont pas fait. Donc on va repousser de quelques semaines l’adoption du règlement », a indiqué le maire. M. Germain a ajouté qu’une conférence sur l’impact des gaz naturels et du propane sera donnée par Dre Lise Lajoie, de la Santé publique au CISSS des Laurentides, le 28 septembre à 19 h.

Le maire a présenté le maillet de Claude Hotte, maire de Prévost à deux reprises dans les années 1970. « Dans les années 1990, quand j’étais un jeune notaire, c’était un modèle », a raconté M. Germain. « En signe de gratitude, j’aimerais lui remettre son maillet, qui était caché dans la voûte de la Ville. »

Un citoyen a demandé pourquoi, sur le boulevard du Lac-Saint-François, on n’avait pas planté d’arbres dans la dernière section. Le maire a expliqué qu’une ligne électrique passe au-dessus, et qu’il y a des normes de dégagements imposées par Hydro-Québec à respecter. « On est conscient que ça fait un peu bizarre. Quand les travaux avec l’entrepreneur seront terminés, il y a quelques petites choses à régler, on va peut-être envisager de trouver une espèce d’arbre qui ne pousse par trop haut. »

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *