(Photo : Arbre-Évolution)
|

Des élèves plantent 360 arbres à Piedmont

Par Marie-Catherine Goudreau

La coopérative Arbre-Évolution a planté plus de 360 arbres le 21 septembre dernier au parc Gilbert-Aubin à Piedmont. Dans le cadre de ce projet de reboisement social, plus de 25 bénévoles ont participé, dont des élèves de l’Académie Lafontaine à Saint-Jérôme. 

Cette année, l’objectif était de mettre en terre plus de 300 arbres pour finaliser l’aménagement sylvicole près du stationnement ainsi que dans la partie sud-est du parc. Au total, huit essences d’arbres ont été sélectionnées.

Réaliser un geste positif

Le reboisement social est l’un des programmes emblématiques de la coopérative. « On s’appuie sur le principe de maximiser les retombées communautaires de chaque arbre planté », souligne Simon Côté, coordonnateur général d’Arbre-Évolution. Ce sont les élèves de l’Académie Lafontaine qui ont contacté l’organisme pour donner un coup de main dans les Laurentides. 

« Ça semble simple comme geste, mais ce n’est pas anodin », soutient le coordonnateur. « Ça permet aux élèves d’accomplir quelque chose qui va servir aux futures générations. Puis, ça permet de cultiver l’état d’esprit de la lutte aux changements climatiques. »

La plantation a pris une journée plutôt que deux et les élèves étaient très motivés, selon M. Côté. « On a commencé par rassembler tout le monde, on a fait une séance de présentation pour leur montrer comment planter un arbre. Ensuite, on les a divisés en sous-groupes selon leurs tâches », explique-t-il. 

Assurer le suivi avec les Villes 

La coopérative avait déjà fait deux autres projets de reboisement dans les cinq dernières années à Piedmont, à la demande de la Municipalité. Arbre-Évolution a un protocole de suivi avec lequel il peut suivre le développement des arbres dans le temps. Lorsque la coopérative fait un projet de plantation, elle fait aussi une entente avec la Ville. Celle-ci s’engage à protéger les arbres pendant 50 ans. 

« La Ville ne peut donc pas couper les arbres, elle doit aussi assurer un minimum d’entretien et les arroser en cas de sécheresse. Sinon, il y a des pénalités si les arbres meurent en raison de causes humaines », affirme Simon. 

« Lors de notre suivi post-plantations en 2020, nous avions calculé un taux de survie inférieur à 80 %. Comme une partie des arbres étaient morts de causes humaines et que nous avons une entente qui engage la Municipalité à ce niveau, nous avons séparé les frais de replantation », explique M. Côté. Lors du dernier projet du mois de septembre, l’organisme a privilégié des arbres de plus grand calibre afin d’éviter de nouveaux problèmes de mortalité.

Les projets de plantations fonctionnent grâce à des partenariats avec des entreprises. Dans le cas de Piedmont, la contribution financière provient d’un partenariat entre la coopérative et l’initiative Artistes pour le climat, coordonnée par la Fondation des Cowboys fringants. 

Sensibiliser les gens à l’environnement 

Arbre-Évolution offre plusieurs autres volets de services, comme l’aménagement comestible ou des programmes de compensation carbone. C’est aussi la coopérative qui a développé l’initiative Le Semoir il y a quelques années. Il s’agit d’un répertoire d’ateliers destinés aux enfants dans un contexte d’apprentissage sous les thèmes du climat, de l’écologie,de l’environnement et de l’écocitoyenneté. 

Visitez arbre-evolution.org si vous souhaitez avoir plus d’informations pour un projet dans votre école !

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.