Aperçu de la maquette finale du projet de production et de distribution de GNR.
|

Des déchets pour produire de l’énergie renouvelable

Par France Poirier

Waste Management Québec Inc. (WM) et Énergir ont annoncé le 16 juin dernier, une coopération pour réaliser à Sainte-Sophie un important projet de production et de distribution de gaz naturel renouvelable (GNR). 

Le projet, estimé à 200 M$, sera complété d’ici 2025. WM prévoit investir plus de 150 M$ pour développer un Complexe environnemental et énergétique à Sainte-Sophie. L’entreprise convertira en gaz naturel renouvelable (GNR) les biogaz extraits de la décomposition des matières résiduelles. Par la suite, le GNR sera injecté et distribué dans le réseau d’Énergir.

WM estime que les investissements réalisés à Sainte-Sophie entraîneront une réduction jusqu’à 140 000 tonnes de CO2 par année, soit l’équivalent du retrait de la circulation d’environ 55 000 voitures à essence.

Ghislain Lacombe, directeur de l’ingénierie pour le Canada chez WM.

Ghislain Lacombe, directeur de l’ingénierie pour le
Canada chez WM. (Photo: Courtoisie)

« Depuis l’arrivée de WM en 1997, nous avons été témoins des améliorations en continu des opérations. Il est rassurant de constater la qualité de gestion et le souci
du détail de ce site qui font appel aux meilleures technologies environnementales afin d’offrir à nos citoyens et à ceux des communautés voisines un service essentiel de gestion des matières résiduelles. […] Les initiatives de WM s’inscrivent en lien direct avec les objectifs du Plan de gestion des matières résiduelles de la MRC de La Rivière-du-Nord »
, a souligné le maire de Sainte-Sophie, Guy Lamothe.

Valorisation des biogaz

Le projet prévoit la valorisation des biogaz extraits par les filières en amont et en aval du lieu d’enfouissement de Sainte-Sophie. Il retirera une énergie utile à la communauté à diverses étapes de la chaîne de valeur. Le projet implique la construction d’infrastructures technologiques au complexe de Sainte-Sophie. En premier lieu, il accueille des matières organiques qui produisent du biogaz à partir d’une usine de biométhanisation. Par la suite,  on extrait du lieu d’enfouissement technique (LET) les biogaz qui y sont générés. Ceux-ci seront traités et transformés en gaz naturel renouvelable pour l’injection dans le réseau de distribution d’Énergir.

« Ça fait des années et des mois que l’on travaille sur ce projet. De voir la vidéo de présentation du projet, me rend émotif. Je veux souligner le travail de toute l’équipe. Sans eux, on ne pourrait présenter un projet de cette envergure. Je veux les remercier pour leur implication de leur professionnalisme. Avec le projet de GNR, nous sommes fiers de pouvoir réaliser une économie circulaire », a souligné Ghislain Lacombe, directeur de l’ingénierie pour le Canada chez WM, grand chef d’orchestre du projet à Sainte-Sophie.

À terme, le projet devrait permettre d’injecter annuellement jusqu’à 80 millions de mètres cubes de gaz naturel renouvelable dans le réseau d’Énergir, contribuant ainsi de manière significative (plus de 20 %) à l’atteinte de la cible gouvernementale et celle d’Énergir de distribuer 5 % de GNR dans le réseau gazier d’ici 2025.

La flotte de véhicules de collecte de WM convertie au GNR

Dans le cadre de la réalisation du projet, WM en profitera pour accélérer la conversion de sa flotte de véhicules de collecte. Ainsi, les véhicules de collecte passeront graduellement du diesel au gaz naturel renouvelable. On complète ainsi la boucle de l’économie circulaire. La matière collectée alimentera les camions. Selon WM, chaque véhicule remplacé évitera à son tour l’émission de 14 tonnes de GES annuellement. Il contribuera à réduire l’empreinte carbone de la flotte de WM au Québec.

D’ici 2025

Il est prévu que les infrastructures suivantes seront construites au coût de 200 M$, dont 150 M$ de WM :

  1. Usine de biométhanisation valorisera jusqu’à 50 000 tonnes de matières organiques et les détournera de l’enfouissement.
  2.  Usine de production de GNR pour raffiner les biogaz qui proviennent de l’usine de biométhanisation et du LET.
  3.  Une conduite à haute pression d’environ 11 km et un poste d’injection permettront de raccorder les installations de WM au réseau gazier d’Énergir.

« Énergir vise à faire du GNR l’élément clé de sa stratégie. En décarbonant  son réseau gazier, ça aidera ses clients à consommer mieux. Cet important projet de valorisation des biogaz contribuera significativement à augmenter les quantités de GNR disponibles. Il s’agit d’un parfait exemple d’économie circulaire », a ajouté Éric Lachance, président et chef de la direction d’Énergir.

« Au Québec, nous souhaitons exploiter le potentiel de nos matières organiques. On veut lutter contre les changements climatiques, produire de l’énergie et obtenir du compost de qualité. C’est l’objectif de notre Stratégie de valorisation de la matière organique. On veut valoriser au moins 70 % de la matière organique d’ici 2030, plutôt que de l’enfouir ou l’incinérer.  Nous avons besoin d’infrastructures pour le faire. C’est pourquoi le gouvernement du Québec soutiendra ce projet. Et celui-ci créera également des emplois locaux dans la belle région des Laurentides. Des emplois dans la nouvelle économie verte que nous voulons pour le Québec », a résumé Benoit Charette, ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.