(Photo : Archives - France Poirier)

Démolition du 33, rue Duvernay à Saint-Jérôme

Par Rédaction

La Ville de Saint-Jérôme a autorisé la démolition du bâtiment situé au 33, rue Duvernay. Le bâtiment était problématique en raison d’actes de violence qui y étaient commis. Puis, la Ville avait acheté la bâtisse en juillet dernier afin « d’acheter la paix ».

Le bâtiment en question se trouve à proximité des écoles primaires Mariboisé et de la Fourmilière. Plusieurs résidents du secteur s’inquiétaient de ce qui se passait dans la maison. La police se déplaçait régulièrement à cet endroit à cause de coups de feu, de gestes d’incivilité, de bagarres et de drogue, entre autres.

« C’était important d’agir, même les intervenants sociaux avaient peur de se présenter à cette adresse », avait souligné le maire Marc Bourcier dans nos pages en juillet.

70 interventions de la police

En 2023, les policiers ont d’ailleurs dû intervenir plus de 70 fois sur les lieux. Ils ont également dû accroître leur surveillance, ce qui a entraîné des coûts importants pour la Ville.

« Près d’une vingtaine de personnes y habitaient. Un comité s’était formé pour les relocaliser. Le CISSS des Laurentides et différents organismes sont dans le dossier, dont la HUTTE », avait expliqué le maire.

Maintenant désaffecté, le bâtiment construit en 1940 représente toujours un risque pour les résidents du secteur compte tenu de son historique, mais aussi pour les policiers et les pompiers qui pourraient avoir à y intervenir. De plus, sa décontamination et sa mise aux normes nécessiteraient un investissement majeur.

La Ville a donc autorisé la démolition afin d’assurer la sécurité de la population.

Des travaux en deux phases

Une première phase de travaux, soit la préparation, le désamiantage et la démolition du bâtiment, sera réalisée cet automne. Des mesures appropriées seront mises en place pour protéger la berge de la rivière du Nord pendant le chantier.

Puis, une seconde phase de travaux est prévue à l’été 2024. La Ville procédera à la réhabilitation du site et à la restauration de la berge, conformément aux exigences du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *