| Par lpbw

Budget déficitaire pour l’UQO

UQO. (FLG) Lors de sa rencontre du 27 avril 2015, le conseil d’administration de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) a adopté un budget déficitaire pour l’exercice financier 2015-2016. La direction de l’UQO déclare qu’elle est confrontée à un exercice budgétaire « sans précédent qui commande des mesures exceptionnelles. »

« En effet, une fois de plus, l’UQO doit composer avec d’importantes compressions budgétaires imposées par le gouvernement du Québec, et la hausse des effectifs étudiants anticipée pour la prochaine année ne suffira pas à combler le manque à gagner », disent les dirigeants.

La situation est difficile

L’UQO prévoit en effet un budget de fonctionnement de 80 millions de dollars et des dépenses de près de 82 millions de dollars, pour un déficit anticipé de 1,9 million de dollars.

Toutefois, malgré l’envergure du déficit annoncé, la direction vise toujours l’atteinte de l’équilibre budgétaire en fin d’année et le maintien des services aux étudiants. Une revue périodique de la situation financière sera faite par la direction.

Les dirigeants de l’UQO avisent qu’ils ont procédé à un examen approfondi des budgets de tous les services administratifs de l’Université et leur ont imposé une réduction de 20% de leurs dépenses.

Les membres du comité du budget ont par ailleurs rencontré les syndicats et associations pour les informer de la situation financière de l’UQO, leur exposer les différentes mesures envisagées pour faire face aux compressions budgétaires et les inviter à contribuer à l’effort budgétaire 2015-2016.

Il a notamment été établi que chaque poste (non enseignant) vacant sera soumis à une analyse de la part la direction de l’Université afin de déterminer s’il y a lieu de le doter ou non.

Les services offerts aux étudiants en péril

Pour le recteur de l’UQO, Denis Harrisson, la situation est difficile.

« Le gouvernement du Québec nous force une fois de plus à sabrer dans nos budgets dans un contexte où l’Université a fait sa part au cours des trois dernières années en absorbant d’importantes compressions et qu’elle souffre déjà d’un sous-financement chronique. Il n’y a plus de marge de manœuvre possible sans affecter les services offerts aux étudiants, s’inquète le recteur. La situation est d’autant plus critique pour nous que nous sommes le seul établissement universitaire au Québec dont le développement de base reste inachevé. Le gouvernement doit rapidement mettre en œuvre le statut particulier et le plan de rattrapage promis à l’UQO, à défaut de quoi l’écart continuera de s’accentuer entre l’Outaouais et les autres régions du Québec en termes d’offre de programmes, continuant ainsi de pénaliser la population de l’Outaouais. »

L’UQO a dû retrancher plus de 6 millions de dollars depuis son exercice financier 2012-2013 et les dirigeants doivent atteindre l’équilibre budgétaire au 30 avril 2016 afin de ne pas subir de pénalités additionnelles de la part du ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

On se souvient qu’en décembre 2014, l’Université du Québec en Outaouais (UQO) avait adopté un budget révisé déficitaire de 961 200$ et devait trouver une façon d’éliminer ce manque à gagner d’ici le 30 avril 2015.

NOUVELLES SUGGÉRÉES

0 Comments

Submit a Comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site est protégé par reCAPTCHA et les politiques de confidentialité et conditions de service de Google s'appliquent.